Search Results for: human made

MICHAEL WOLF – HONG KONG COAT HANGERS

Michael Wolf photographie les mégapoles. Deux fois vainqueur du World Press Photo, il a notamment connu un grand succès pour ses clichés oppressant de façades de gigantesques immeubles résidentiels en Asie. Depuis 2013, le photographe allemand met en lumière – à travers une série de neuf ouvrages – un pan essentiel de son œuvre à savoir : son exploration menée depuis plus de quinze ans dans les rues de Hong Kong, ville où il a élu domicile. Aux grandes artères et ses architectures rutilantes, il préfère les petites ruelles et arrière-cours, et leurs constructions empiriques. Dans la lignée d’un Walker Evans qui a œuvré avec constance et tendresse pour la reconnaissance des formes vernaculaires, Michael Wolf s’attache à dresser minutieusement une cartographie souterraine de la ville, relevant quotidiennement ces petits arrangements informels qu’un regard attentif découvre aux détours des back alleys. Retournant parfois jusqu’à vingt fois sur le même lieu, le photographe pointe ces formes innocemment sculpturales, et dessine le visage d’une ville au travers de ses usages, car toujours derrière ces ready mades colorés se devine le geste d’un travailleur, d’un habitant, qui parvient à faire sien un territoire de béton, d’acier et de verre. Faisant se côtoyer façades monumentales et bouts de ficelle, ce corpus file la trame d’une ville où ingéniosité et poésie s’entremêlent. Pour ce huitième volume publié par les éditions allemandes Peperoni Books, le photographe présente une série de clichés de cintres installés par les locaux dans les ruelles de la ville. Si ces derniers paraissent à priori sans intérêt, leurs dispositions improbables en cascade, leurs formes disproportionnées et leurs emplacements surréalistes sont à la fois drôles et poétiques, et dévoilent un instant d’humanité dans cette urbanité galopante. Hong Kong Coat Hangers est maintenant disponible sur Amazon.com.

Continue reading

MICHAEL WOLF – HONG KONG RUBBER BOOTS AND SHOES

Michael Wolf photographie les mégapoles. Deux fois vainqueur du World Press Photo, il a notamment connu un grand succès pour ses clichés oppressant de façades de gigantesques immeubles résidentiels en Asie. Depuis 2013, le photographe allemand met en lumière – à travers une série de neuf ouvrages – un pan essentiel de son œuvre à savoir : son exploration menée depuis plus de quinze ans dans les rues de Hong Kong, ville où il a élu domicile. Aux grandes artères et ses architectures rutilantes, il préfère les petites ruelles et arrière-cours, et leurs constructions empiriques. Dans la lignée d’un Walker Evans qui a œuvré avec constance et tendresse pour la reconnaissance des formes vernaculaires, Michael Wolf s’attache à dresser minutieusement une cartographie souterraine de la ville, relevant quotidiennement ces petits arrangements informels qu’un regard attentif découvre aux détours des back alleys. Retournant parfois jusqu’à vingt fois sur le même lieu, le photographe pointe ces formes innocemment sculpturales, et dessine le visage d’une ville au travers de ses usages, car toujours derrière ces ready mades colorés se devine le geste d’un travailleur, d’un habitant, qui parvient à faire sien un territoire de béton, d’acier et de verre. Faisant se côtoyer façades monumentales et bouts de ficelle, ce corpus file la trame d’une ville où ingéniosité et poésie s’entremêlent. Pour ce septième volume publié par les éditions allemandes Peperoni Books, le photographe présente une série de clichés de chaussures et bottes en caoutchouc. Si ces dernières paraissent à priori sans intérêt, leur disposition sur des cintres, sur des cordes à linges à coté de poissons, accrochées à des tuyaux, ou encore posées sur des rebords de fenêtres est à la fois drôle et poétique, et dévoile un instant d’humanité dans cette urbanité galopante. Hong Kong Rubber Boots and Shoes est maintenant disponible sur Amazon.com.

Continue reading

JOSEF KOUDELKA – EXILES

Thames & Hudson et Aperture ressortent Exiles, l’ouvrage classique de Josef Koudelka, publié en 1988 par Robert Delpire. Cette dernière édition reprend les bases de l’originale tout en présentant une dizaine d’images nouvellement insérées. On y retrouve l’esprit nomade qui a toujours habité le photographe tchèque, en errance à travers l’Europe, d’Irlande en Espagne, d’Angleterre en Suisse, de son pays natal à celui de son adoption, la France. Ce voyage, sans autre but que l’observation du quotidien des peuples qu’il a rencontrés, parle d’humanisme, de passion, d’aliénation, de déconnexion, sans pour autant être sentimental. Bien que ces photographies soient aujourd’hui célèbres, elles restent toujours aussi magnifiques au toucher, entre sensibilité, mystère et étrangeté, sans oublier d’évoquer les grands thèmes et évènements sociaux qui ont marqué le XXe siècle, dont celui, évidemment, de la migration à grande échelle. Avec la puissance qui caractérise son style, Joseph Koudelka y transcende la représentation des êtres et des objets : corps en mouvements inaccoutumés, regards bouleversants, scènes incongrues ou iconiques, jeux de lumières et d’ombres, aménagements troublants des éléments dans son champ de vision. A chaque fois, c’est une étonnante poésie du monde, de son époque et de ses expériences troublantes. Le livre est disponible sur Amazon.fr et Amazon.com.

Continue reading