PETER FRASER – TWO BLUE BUCKETS

Initialement publié en 1988, le premier livre de Peter Fraser, Two Blue Buckets, a récemment été réédité par Peperoni Books, nous donnant l’occasion non seulement d’apprécier les débuts de la carrière artistique du photographe gallois, mais aussi de réévaluer ce livre précurseur et unique en son genre. Après s’être rendu chez le photographe américain William Eggleston à Memphis pendant deux mois, Fraser décide de se consacrer aux tirages en couleur et à la photographie du quotidien, de l’ordinaire. Libéré du sentiment de devoir donner une signification à ses images, convaincu par l’idée qu’il n’existe pas d’ordre hiérarchique entre les grandes et les petites choses et inspiré par l’idée que notre inconscient peut appréhender beaucoup plus que notre conscience de tous les jours, il se sent capable de tout photographier – et c’est exactement ce qu’il décida de faire. Un tas de pierres, une fleur coupée dans une bouteille, une valise rouge dans un porte-bagages, des vaches dans un pré, une boîte à biscuits, une ampoule, ou seulement deux seaux bleus… Cette approche artistique va à l’encontre de ses amis photographes britanniques tels que Martin Parr, Paul Graham et Peter Mitchell qui, malgré leur utilisation de la couleur, ont tous une approche plus documentaire de la société. Décrit comme une version Director’s Cut, cette nouvelle édition de Two Blue Buckets contient trois des quatre séries originales (12-Day Journey (1984), The Valleys Project (1985) et Everyday Icons (1986)), et inclut 19 images inédites. Les essais originaux de Rupert Martin et Maureen O. Paley sont remplacés dans cette nouvelle version du livre par une introduction par Gerry Badger et une interview du photographe menée par David Campany. L’ouvrage de 88 pages est maintenant disponible dans les meilleures librairies spécialisées.

Continue reading

 

STUSSY – SUMMER TRIP FEST 2017 COLLECTION

Chaque été, Stussy propose une collection inspirée par l’esthétique outdoor, la randonnée, la plage et la montagne. Cette saison, la collection Summer Trip Fest fait la part belle au camouflage et se compose d’une collaboration avec Suicoke sur une paire de sandales, avec Kavu sur une casquette et un bucket hat, et avec Coleman sur une ligne de chaises pliantes, une couverture et une serviette. Stussy propose également une ligne de tee-shirts, de shot pants et de sacs, ainsi que quelques accessoires comme un Evrybox Bluetooth Speaker, une lampe torche et enfin un vacuum mug en collaboration avec la marque Stanley. L’ensemble de la collection sera disponible à partir de demain dans l’ensemble des chapter stores de la marque.

Continue reading

 

WEEGEE – EXTRA! WEEGEE

Le photographe américain Arthur Fellig, plus connu sous le pseudonyme de Weegee, commence sa carrière par les faits divers de New York durant les années 30 et 40, la période sombre de la Grande Dépression et de la Prohibition. Rapidement lui vient l’idée de faire des photos spectaculaires, parfois un peu trash, semblables à celles des paparazzis. En se greffant sur la radio de la police new-yorkaise, le photojournaliste futé arrivait toujours premier sur les lieux de crimes, de collisions ou d’incendies. Il réussit de cette façon à « mettre en scène » la scène du crime et réalise des clichés extraordinaires des badauds où l’on peut voir tous les sentiments humains: de l’épouvante à une espèce de sadisme, en passant par la joie et le voyeurisme. La profondeur des noirs de ses photos contraste avec la blancheur provoquée par le flash, et rappelle les ambiances des polars et des grands films de gangsters hollywoodiens. Le terrain privilégié de Wegee, c’est New York, et tout particulièrement sa vie nocturne, dans ses lieux emblématiques (cabaret, restaurant, refuge de nuit, Metropolitan Opera…), et au fil de ses incidents sordides ou tragiques (crimes, accidents, noyades, incendies…). L’art du photographe consiste, selon sa propre expression, à « montrer combien, dans une ville de dix millions d’habitants, les gens vivent en complète solitude ». Mais il réalise également une sublime chronique quotidienne de la vie new-yorkaise, et photographie la joie de vivre à l’américaine, notamment lors des célébrations de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Suivant les déshérités, se battant tout au long de sa vie contre l’apartheid, Weegee est un photographe humaniste au talent et au coup d’œil incroyable. Sa façon de mettre en scène ces moments du quotidien, de les rendre à la fois spectaculaires et grotesques est exceptionnelle: il tourne en dérision le sérieux et le tragique de la vie. Publié par Hirmer Publishers, ce nouvel ouvrage de 336 pages passe en revue l’ensemble de la carrière du photographe, avec de nombreux clichés redécouverts en 2012 et publiés ici pour la première fois. Extra! Weegee est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions allemandes ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

 

PETER SAUL – RETROSPECTIVE @ SCHIRN KUNSTHALLE FRANKFURT

Le musée Schirn Kunsthalle de Francfort présente depuis quelques jours une grande rétrospective de l’œuvre de Peter Saul. L’artiste californien de 82 ans mélange avec humour Pop Art, Surréalisme, Expressionnisme Abstrait, culture funk de San Francisco et univers du cartoon. Il présente à cette occasion une vue d’ensemble détaillée et complète de son travail, à travers une série de toiles anciennes et plus récentes. Jusqu’au 3 septembre 2017.

Continue reading

 

JIM JOCOY – ORDER OF APPEARANCE

Entre 1977 et 1980, le jeune photographe américain Jim Jocoy a créé un grand nombre d’images spontanées illustrant l’explosion du mouvement Punk à San Francisco. Ses photos ont été cachées depuis des décennies jusqu’à ce que Thurston Moore (Sonic Youth) dévoile son travail au public à travers la publication de We’re Desperate (PowerHouse Books, 2002), une célébration du mode de vie de l’époque. Quinze ans plus tard, Jocoy a sélectionné 44 photographies inédites choisies parmi sa série originale et finalement publiées dans le livre Order of Appearance par les éditions TBW Books. Dans cette œuvre, le photographe parvient à humaniser les jeunes dont il dresse le portrait au fur et à mesure de leur vie quotidienne, en partageant des moments tendre d’amour et de débauche qui s’inscrivent dans la fin des années 70 et dans début des années 80, alors que le Summer of Love touche lentement à sa fin et cède sa place au désenchantement de la scène Punk mondiale. À l’aube de l’épidémie du sida qui touchera quelques années plus tard la majorité des communautés underground du pays, les clichés bouleversants de Jim Jocoy dévoilent une certaine intimité et une esthétique brute qui n’est pas sans rappeler le travail de la photographe Nan Goldin et l’énergie des photos de Katsumi Watanabe et Karlheinz Weinberger. Pour Thurston Moore, « le photographe trouve la beauté dans le sauvage et la spontanéité. Sa photographie est toujours au service de la magie de l’iconoclaste déviant. » Limité à 1000 exemplaires, ce très bel ouvrage de 84 pages est maintenant disponible en exclusivité sur la boutique en ligne des éditions TBW Books.

Continue reading