Search Results for: Michael Wolf

MICHAEL WOLF – TOKYO COMPRESSION FINAL CUT

Le photographe allemand Michael Wolf vient de publier aux éditions Peperoni Books la quatrième et dernière édition de sa série culte: Tokyo Compression. Pour ce projet, acclamé par la critique et exposé à travers le monde, le photographe réalise des portraits de Tokyoïtes littéralement compressés dans les transports en commun bondés de la ville. Avant Wolf, de nombreux artistes ont créé des séries sur le métro, tels que Bruce Davidson et Walker Evans, mais le concept ainsi que la métonymie de Compression sont cependant très différents. L’artiste ne s’intéresse pas aux sièges, aux graffitis, à l’architecture des rames ou encore à la relation que les voyageurs ont avec elle. Il a plutôt envisagé le système de métro tokyoïte comme lieu approprié d’étude sur l’état mental et la condition humaine des habitants de la ville. Michael Wolf se concentre ainsi uniquement sur les usagers et leurs visages à travers des portraits étouffants, suffocants. Derrière ces vitres embuées, les individus sont difficiles à distinguer. Emprisonnés entre le verre et l’acier, ils subissent leur voyage et tentent comme ils peuvent d’échapper à la foule qui les entoure. Dans cette promiscuité, les corps se déforment et se compriment de manière anxiogène. Le photographe explique: “Ces personnes sont tassées vers les parois arrières de la rame à mesure que de plus en plus de gens s’enfoncent à l’intérieur du wagon. Ces pauvres gens ont une vie de sardine, c’est horrible. Ce n’est pas une façon digne de vivre. C’est comme observer un tour de manège en enfer.” Avec son esthétique radicale, il crée des images particulièrement intenses qui, d’une manière à la fois directe et effrayante, livrent un diagnostic sombre de la solitude de masse dans les mégapoles modernes, et laissent entrevoir la souffrance intérieure des personnages représentés. L’ouvrage de 120 pages, avec son très bel essai signé Christian Schüle, est maintenant disponible chez 25books ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

MICHAEL WOLF – WORKS

À l’occasion de sa grande rétrospective aux Rencontres d’Arles, La Vie dans les Villes (voir ici), les éditions Peperoni Books publient cet été une sublime monographie du photographe allemand Michael Wolf: Works. Le livre présente une vue d’ensemble du travail de création de Wolf, à travers une sélection de clichés issus de ses séries les plus célèbres, réalisées durant plus de quatre décennies: Informal Solutions, Architecture of Density, 100 x 100, Hong Kong Corner Houses, Bottrop-Ebel, Magazine Stories, The Real Toy Story, Real Fake Art, Tokyo Compression, Google Street View, The Transparent City, Paris Rooftops et enfin Bastard Chairs. Toute l’œuvre de Wolf est hantée par la vie dans les villes telle qu’il a pu l’observer dans des grandes métropoles comme Tokyo, Hong Kong ou Chicago. L’artiste fait varier les points de vue afin de mettre au jour la complexité de la vie urbaine moderne. Avec plus de 400 images, ainsi que des essais de quatre auteurs sur 296 pages, Works illustre la façon dont les différentes séries, photographiées à Bottrop-Ebel et à Hong Kong, Chicago et Paris, Tokyo et Dafen, sur Google Street View et en Chine, sont devenues au cours des décennies l’œuvre à la fois multiforme et cohérente d’un grand artiste. L’ouvrage est maintenant disponible dans les meilleures librairies spécialisées.

Continue reading

MICHAEL WOLF – LA VIE DANS LES VILLES @ LES RENCONTRES D’ARLES

Pour la première fois, en étroite collaboration avec le musée de la Photographie de La Haye, les Rencontres d’Arles présentent une vue d’ensemble du travail de création de Michael Wolf. Toute l’œuvre de Wolf est hantée par la vie dans les villes telle qu’il a pu l’observer dans des grandes métropoles comme Tokyo, Hong Kong ou Chicago. L’artiste fait varier les points de vue afin de mettre au jour la complexité de la vie urbaine moderne. La pièce maîtresse de l’exposition est l’installation The Real Toy Story (2004), qui met en scène plus de 20 000 jouets en plastique « Made in China » trouvés dans des brocantes ou des magasins d’occasion aux États-Unis. Au milieu de cet étalage vertigineux de jouets produits en masse pour les enfants, Michael Wolf montre des portraits bienveillants d’ouvriers chinois travaillant sur les chaînes d’assemblage et produisant des jouets destinés à satisfaire une demande mondiale hystérique en biens de consommation bon marché. (Wim Van Sinderen) – Pics by Bruce Silverstein Gallery & Hannes Wanderer.

Continue reading

MICHAEL WOLF – HONG KONG COAT HANGERS

Michael Wolf photographie les mégapoles. Deux fois vainqueur du World Press Photo, il a notamment connu un grand succès pour ses clichés oppressant de façades de gigantesques immeubles résidentiels en Asie. Depuis 2013, le photographe allemand met en lumière – à travers une série de neuf ouvrages – un pan essentiel de son œuvre à savoir : son exploration menée depuis plus de quinze ans dans les rues de Hong Kong, ville où il a élu domicile. Aux grandes artères et ses architectures rutilantes, il préfère les petites ruelles et arrière-cours, et leurs constructions empiriques. Dans la lignée d’un Walker Evans qui a œuvré avec constance et tendresse pour la reconnaissance des formes vernaculaires, Michael Wolf s’attache à dresser minutieusement une cartographie souterraine de la ville, relevant quotidiennement ces petits arrangements informels qu’un regard attentif découvre aux détours des back alleys. Retournant parfois jusqu’à vingt fois sur le même lieu, le photographe pointe ces formes innocemment sculpturales, et dessine le visage d’une ville au travers de ses usages, car toujours derrière ces ready mades colorés se devine le geste d’un travailleur, d’un habitant, qui parvient à faire sien un territoire de béton, d’acier et de verre. Faisant se côtoyer façades monumentales et bouts de ficelle, ce corpus file la trame d’une ville où ingéniosité et poésie s’entremêlent. Pour ce huitième volume publié par les éditions allemandes Peperoni Books, le photographe présente une série de clichés de cintres installés par les locaux dans les ruelles de la ville. Si ces derniers paraissent à priori sans intérêt, leurs dispositions improbables en cascade, leurs formes disproportionnées et leurs emplacements surréalistes sont à la fois drôles et poétiques, et dévoilent un instant d’humanité dans cette urbanité galopante. Hong Kong Coat Hangers est maintenant disponible sur Amazon.com.

Continue reading

MICHAEL WOLF – HONG KONG RUBBER BOOTS AND SHOES

Michael Wolf photographie les mégapoles. Deux fois vainqueur du World Press Photo, il a notamment connu un grand succès pour ses clichés oppressant de façades de gigantesques immeubles résidentiels en Asie. Depuis 2013, le photographe allemand met en lumière – à travers une série de neuf ouvrages – un pan essentiel de son œuvre à savoir : son exploration menée depuis plus de quinze ans dans les rues de Hong Kong, ville où il a élu domicile. Aux grandes artères et ses architectures rutilantes, il préfère les petites ruelles et arrière-cours, et leurs constructions empiriques. Dans la lignée d’un Walker Evans qui a œuvré avec constance et tendresse pour la reconnaissance des formes vernaculaires, Michael Wolf s’attache à dresser minutieusement une cartographie souterraine de la ville, relevant quotidiennement ces petits arrangements informels qu’un regard attentif découvre aux détours des back alleys. Retournant parfois jusqu’à vingt fois sur le même lieu, le photographe pointe ces formes innocemment sculpturales, et dessine le visage d’une ville au travers de ses usages, car toujours derrière ces ready mades colorés se devine le geste d’un travailleur, d’un habitant, qui parvient à faire sien un territoire de béton, d’acier et de verre. Faisant se côtoyer façades monumentales et bouts de ficelle, ce corpus file la trame d’une ville où ingéniosité et poésie s’entremêlent. Pour ce septième volume publié par les éditions allemandes Peperoni Books, le photographe présente une série de clichés de chaussures et bottes en caoutchouc. Si ces dernières paraissent à priori sans intérêt, leur disposition sur des cintres, sur des cordes à linges à coté de poissons, accrochées à des tuyaux, ou encore posées sur des rebords de fenêtres est à la fois drôle et poétique, et dévoile un instant d’humanité dans cette urbanité galopante. Hong Kong Rubber Boots and Shoes est maintenant disponible sur Amazon.com.

Continue reading