Search Results for: aie

URSULA SCHULZ-DORNBURG – BUGIS HOUSES, CELEBES

Depuis plus de cinquante ans, Ursula Schulz-Dornburg explore, à travers son travail, la relation entre l’environnement bâti et le paysage. Souvent attirée par les théâtres de conflits sociaux, politiques et culturels, ou des régions qui revêtent une importance historique, elle met en lumière la façon dont le pouvoir, les conflits, le temps et le déclin perturbent le paysage et le transforment, le marquant pour les décennies à venir. Les éditions britanniques Mack publient aujourd’hui son nouvel ouvrage: Bugis Houses, Celebes. En 1983, la photographe accompagne deux ethnologues et un architecte dans un voyage de recherche à Tana Toraja, sur l’île centrale indonésienne de Sulawesi. Initié par le Royal Tropical Institute d’Amsterdam, le voyage avait pour but “d’explorer les modèles changeants de l’architecture et du symbolisme chez les Sa’dan Toraja”. Sur le chemin du retour de Rantepao à l’aéroport d’Ujung Pandang, Schulz-Dornburg aperçoit les maisons caractéristiques du peuple Bugis ou To-Ugiq, perchées sur les rizières dorées. Fascinée par leurs architectures complexes et expressives, elle commence à photographier les maisons dans le peu de temps qui lui reste avant de partir, réalisant que ces structures n’existeraient probablement plus longtemps sous leur forme traditionnelle. Le résultat est un ensemble d’œuvres qui ne se contente pas d’étudier les formes physiques des maisons, mais qui aborde également des idées très variées sur la construction physique et émotionnelle de la maison et sur la place fragile de la tradition à l’heure actuelle. Coincées entre le ciel et la terre et se dressant au-dessus de l’eau lorsque les rizières sont inondées, les maisons Bugis reflètent le mythe de la création de leur peuple, dans lequel les dieux du monde supérieur et du monde inférieur se sont réunis pour créer l’homme afin de peupler le monde intermédiaire inhabité. Les agriculteurs dépeints par la photographe sont également suspendus entre la tradition historique et les pressions imminentes du monde contemporain. Alors qu’ils vaquent à leurs occupations ou qu’ils saluent son appareil photo, ils sont, eux et leurs maisons, tenus en équilibre entre le passé et l’avenir, la mythologie et la réalité quotidienne. Avec ces images subtiles et délicates, Schulz-Dornburg capture la vie telle qu’elle est façonnée et vécue au sein d’une culture et d’un paysage particuliers, offrant une réflexion approfondie sur les lieux que nous appelons notre chez nous. Le livre de 64 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack.

Continue reading

MONARIS – MOMENTOS

Les éditions britanniques Setanta Books publient Momentos, le nouvel ouvrage de Paola Franqui, également connue sous le nom de Monaris, jeune photographe née à Porto Rico et passionnée par les récits visuels. Elle capture les moments qui nous entourent, les transformant en scènes de films qui n’existent pas encore. Ce qui n’était au départ qu’un passe-temps est rapidement devenu la grande passion de Paola et a changé sa vie d’une manière qu’elle n’aurait jamais pu imaginer. La narration est un élément clé sur lequel elle met l’accent dans son travail personnel et professionnel. Monaris explique : “J’essaie toujours de repousser mes propres limites internes en maîtrisant le timing et en affinant ma capacité à observer et à enregistrer ces moments décisifs dans le temps. Je suis un lecteur de personnes et je suis fascinée par le comportement humain. Je suis toujours curieuse et je me demande ce que vivent les gens que je prends en photo, quelles émotions ils traversent, et j’essaie de partager leurs histoires. Un instantané d’un moment qui ne se reproduira jamais. J’espère que les gens iront au-delà de leurs sens avec mes images, car je souhaite évoquer l’émotion derrière la vie que mènent ces personnes.” Combinant sa passion pour la narration visuelle et la photographie, Monaris a développé un style créatif distinct, axé sur la composition et la théorie des couleurs, qui permet de transformer ces brefs instants de la réalité en scènes dignes d’un film. Son authenticité derrière l’appareil photo fait ressortir l’humanité de ses sujets. Ce superbe ouvrage de 96 pages, imprimé sur papier noir, est maintenant disponible sur la boutique en ligne de éditions Setanta Books.

Continue reading

JOSEPH BEUYS – POSTERS

Joseph Beuys, l’un des artistes allemands les plus influents de l’après-guerre, est célèbre pour ses dessins, ses performances, son activisme et son enseignement. Il a influencé toute une génération de jeunes artistes et a élargi le concept de l’art. Il a toujours eu un objectif ambitieux pour son oeuvre : transformer la culture occidentale en un lieu plus pacifique, démocratique et créatif. Il considérait également que tout le monde pouvait être un artiste et que l’art et la vie ne devaient pas être envisagés séparément. Publié par les éditions britanniques Prestel, Joseph Bueys – Posters rassemble toutes les affiches de l’artiste avant-gardiste dans l’ensemble de son œuvre. Ses premières affiches annonçaient souvent des expositions de ses propres performances artistiques, tandis que ses affiches ultérieures exprimaient ses opinions philosophiques et politiques, comme celles du parti vert allemand, dont il était un membre fondateur. Ce livre comprend des illustrations pleine page des plus importantes affiches de Beuys, des essais sur son influence, une biographie détaillée de l’artiste et un catalogue complet de toutes les affiches créées sous sa direction. Aucun autre média n’exprime mieux les convictions profondes de Beuys que ses affiches, qui utilisent un style de conception graphique qui lui est propre. Le livre de 256 pages est maintenant disponible dans les meilleures librairies, ainsi que sur Amazon.

Continue reading

WILLIAM KLEIN – PAINTED CONTACTS

Les éditions britanniques Prestel publient une nouvelle édition de l’oeuvre phare du photographe William Klein: Painted Contacts. Travaillant à la croisée de la peinture et de la photographie, Klein a conçu cette série originale alors qu’il était en train d’examiner les planches contact d’autres photographes pour un film qu’il était en train de réaliser. Faisant référence à l’époque de la photographie argentique, où les photographes sélectionnaient leurs images en entourant les négatifs individuels sur une planche contact avec des crayons gras de couleur vive, les œuvres de Klein constituent un nouveau type d’objet d’art qui marie organiquement la peinture et la photographie. Les créations qui en résultent sont d’énormes œuvres murales dans lesquelles des couleurs vives et cinétiques encadrent et recadrent des images en noir et blanc agrandies provenant de toute sa carrière. La photographie de mode et de rue emblématique de Klein, toujours vive et audacieuse, acquiert une nouvelle dimension et une nouvelle pertinence dans cette seconde vie. Dans son avant-propos à cette édition, l’artiste américain aujourd’hui âgé de 93 ans décrit ces œuvres comme “tout en coups de pinceau et en allégresse. La frénésie de la peinture rappelle la joie de la prise de la photo.” Le livre de 140 pages est maintenant disponible dans les meilleures librairies, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

PETRA BARTH – ANDERSWO / ELSEWHERE

Les éditions Schilt Publishing viennent de publier le nouvel ouvrage de Petra Barth, ANDERSWO / Elsewhere. La photographe allemande axe son art sur la mémoire, en relation avec les questions humaines, sociales et environnementales. En choisissant des communautés rurales dans des pays ayant une histoire d’après-guerre ou de conflit, Barth s’est remémorée de manière innée l’endroit où elle a grandi. Le projet a débuté en 2004 par un voyage au Nicaragua, suivi de visites prolongées en Amérique du Sud, et s’est poursuivi dans le reste du monde. Ce qui a commencé comme un processus intuitif d’exploration de pays étrangers et d’écoute des histoires des gens qui y vivent, s’est transformé en une expérience personnelle et profondément émotionnelle – le voyage d’une photographe pour en apprendre davantage sur elle-même. Les histoires qu’elle a recueillies ressemblaient à celles que lui racontaient ses grands-parents. Ces similitudes n’étaient pas liées à des lieux spécifiques; au contraire, comme la photographe a fini par le conclure, les lieux n’avaient aucune importance. Ainsi, lorsque le moment est venu de concevoir ce projet, il a été décidé de diviser le récit en trois sections “métaphoriques” – Mémoire, Histoires et Rêves – représentant chacune une étape de sa vie. Barth explique : “Ce sont toujours les petites choses qui ont compté dans ma vie, les moments qui sont souvent négligés ou oubliés parce que quelque chose de plus grand et peut-être de plus important s’est produit et a retenu mon attention. Les photographies réunies dans ANDERSWO / Elsewhere révèlent ces petites observations précieuses qui ont enrichi ma vie et célèbrent les personnes qui ont partagé leurs expériences avec moi au cours de mes voyages, comme je le fais maintenant avec vous.” Ce livre est un trait d’union entre le travail documentaire de la photographe et ses émotions, et permet au lecteur de jeter un regard plus profond sur l’expérience de Petra Barth et d’apprendre comment cette expérience l’a façonnée pour devenir la photographe qu’elle est aujourd’hui. L’ouvrage de 160 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions allemandes Schilt Publishing.

Continue reading

JIM GOLDBERG – FINGERPRINT

Largement considéré comme l’œuvre phare de Jim Goldberg, Raised By Wolves rassemble dix ans de photographies, de textes, de films et d’installations dans un récit épique de la vie d’adolescents fugueurs à San Francisco et Los Angeles à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Ce projet, réalisé sous la forme d’une exposition qui a fait ses débuts au LACMA en 1997 et d’une monographie, documente leurs relations interpersonnelles, leurs affrontements avec la police et les organismes sociaux et leur lutte incessante pour la survie. À travers les histoires des protagonistes Tweeky Dave et Echo, Goldberg a donné une visibilité et une voix aux adolescents à risque à une époque où ils étaient souvent vilipendés et marginalisés, voire effacés de la conscience de la plupart des gens, ce qui permettait aux sujets de contrôler le récit. Dans Fingerprint, publié par les éditions britanniques Stanley / Barker, le photographe américain expose une série de Polaroïds inédits issus du projet, qui ont servi de brouillons pour les photographies qu’il a réalisées par la suite, ainsi que de cadeaux pour les sujets eux-mêmes. Goldberg explique : “Pendant la réalisation de Raised By Wolves, je montrais aux adolescents les photos que j’avais prises d’eux à l’intérieur de la maquette et je leur demandais : “Est-ce que cela vous semble correct ?” Je comptais sur eux pour me donner un retour honnête afin de garantir que l’œuvre était aussi fidèle que possible à leur vie et à leur histoire.” Les images sont parfois griffonnées de textes proclamant l’identité, les défis et la résilience des adolescents, et d’autres fois capturent une réalité tranquille de la vie dans la rue. Rassemblés dans un coffret imprimé, les 45 Polaroïds fac-similés de feuilles mobiles constituent un témoignage intime et fragmenté de cet ensemble classique d’œuvres. Fingerprint est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Stanley / Barker.

Continue reading

DARIA NAZAROVA – ALOE

Aloe est le nom d’un collectif d’Intelligentsia Punk de Saint-Pétersbourg, véritable communauté underground inspirée par la pop-culture des années 90 et 2000. Le projet a été fondé il y a presque 10 ans par Yana Perovskaya. Au commencement, il ne s’agissait que d’une minuscule friperie. Aujourd’hui, Aloe possède sa propre marque de vêtements, loue des tenues pour toutes les occasions, organise des collectes de recyclage, participe à des initiatives caritatives, défend activement un mode de vie écologique et organise la célèbre soirée Dikoe Disco. Les derniers rassemblements ont attiré sept à huit mille personnes. Publié en auto-édition par la jeune photographe russe Daria Nazarova, le livre Aloe a pour ambition de faire découvrir l’esprit de cette jeune communauté. La couverture du livre a été réalisée à partir d’un tissu similaire à celui utilisé pour la confection de vêtements et le patch licorne sur la couverture est le logo d’Aloe. Beaucoup de feuilles et d’autocollants ont été collés à la main dans l’ouvrage, car ce dernier a été créé avec un véritable souci du détail, tout comme les vêtements et les décors de fête du collectif. Une enveloppe contenant des cartes postales et des autocollants habituellement imprimés pour être distribués à l’entrée des fêtes a même été insérée dans les dernières pages du livre. Le questionnaire for friends réalisé par la photographe est la clé pour comprendre le livre. En répondant aux diverses questions, le lecteur peut avoir l’impression de faire partie de la communauté, d’être un de leurs amis. Certaines réponses de Daria Nazarova se trouvent inscrites sur les photos. Tout le concept du livre fait référence à ces questionnaires qui étaient populaires dans les établissements scolaires russes dans les années 2000. Pour beaucoup de russes, cela évoque un sentiment de nostalgie très intime. Limité à 100 exemplaires, le livre est maintenant disponible sur le site https://cargocollective.com/nazarovadar/Aloe-book.

Continue reading

JESSE MARLOW – SECOND CITY

Membre du collectif In-Public depuis 2001, Jesse Marlow est un photographe de rue australien, photographe éditorial et commercial qui vit et travaille à Melbourne. Publié par Sling Shot Press, Second City est sa toute nouvelle monographie. Le livre présente une collection de 44 photographies de rue en noir et blanc prises dans sa ville natale. Photographié entre 1998 et 2004, le livre dépeint la ville telle qu’elle était avant le boom du milieu des années 2000. Malrow explique: “Durant mes études de photographie, notre professeur de photojournalisme envoyait chaque semaine la classe en ville pour des “promenades urbaines”. Notre seule tâche était de garder un œil sur les scènes ou les moments intéressants. L’objectif était que les étudiants ouvrent leur esprit visuellement en explorant leur ville natale. J’ai tout de suite été séduit par la liberté et l’imprévisibilité de ce style de prises de vue. Après mes études, j’ai passé les cinq années suivantes à explorer les artères du centre ville de Melbourne et les banlieues environnantes, constituant peu à peu le corpus de mon oeuvre Second City. Je commençais et terminais souvent ma journée en m’asseyant sur les marches de la gare de Flinders Street, observant les gens qui entraient et sortaient de l’entrée emblématique de la gare, puis s’engouffraient dans les rues adjacentes. Les marches de la gare constituaient une toile de fond merveilleuse pour un photographe de rue. L’étendue et la simplicité d’être dans et autour de la ville avec seulement un appareil photo et un sac plein de pellicules, est essentiellement quelque chose que je continue à apprécier 20 ans plus tard.” Édité à 900 exemplaires signés, l’ouvrage de 96 pages conçu par Yanni Florence comporte une préface de l’auteur de Melbourne Tony Birch. Il est maintenant disponible sur la boutique en ligne du photographe.

Continue reading

STEPHEN SHORE – STEEL TOWN

À la façon d’Eugène Atget ou de Walker Evans, les vues de Stephen Shore (né en 1947) présentent l’ordinaire, les coins de rue, les parkings, des maisons sans charme, une vitrine presque vide, des stations service, des chambres d’hôtel. Le photographe a collecté ainsi des images de tous les coins du pays : Floride, Californie, Texas, Montana, Ohio, Arizona… et même Canada. Le travail vise l’émotion, principalement au travers de la couleur et de la construction. Les éditions britanniques Mack publient aujourd’hui son nouvel ouvrage intitulé Steel Town. En 1977, Shore parcourt l’État de New York, la Pennsylvanie et l’est de l’Ohio – une région en plein déclin industriel qui portera plus tard le nom de Rust Belt. Il y rencontra des métallurgistes mis au chômage par les fermetures d’usines et photographia leur monde devenu soudainement fragile : usines désertes, bars abandonnés, rues commerçantes délabrées et maisons décorées avec amour. Ces images montrent une Amérique moyenne prospère, au bord du précipice d’un effondrement tragique. L’espoir et le désespoir se cachent derrière les façades des magasins, les intérieurs domestiques et les expressions tendues de ceux qui font face à la caméra 4×5″ de Shore. Initialement commandée comme un vaste reportage photographique pour Fortune Magazine dans la veine de Walker Evans, l’enquête multiforme de Shore n’a gagné en importance politique que dans les années qui ont suivi. Les sujets du photographe – ouvriers, dirigeants syndicaux et membres de leur famille – avaient tous voté pour Jimmy Carter l’année précédant sa visite ; il les retrouve quelques mois plus tard désillusionnés par le nouveau président, condamnés à abandonner le parti démocrate et à devenir les “démocrates de Reagan”. Grâce aux images toujours aussi captivantes de l’un des maîtres de la photographie, Steel Town dresse le portrait immersif d’une époque et d’un lieu dont la signification pour la nôtre est de plus en plus urgente. Le livre de 104 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack.

Continue reading

JOSEPH RODRIGUEZ – TAXI

Le photographe américain Joseph Rodriguez est une légende en matière de photographie de rue, en particulier ses images saisissantes de communautés Latino aux États-Unis, au Mexique et à Porto Rico. Attiré par le style du documentaire social, il s’est tourné vers la photographie pour tenter de défier les stéréotypes et d’exposer le monde à des portraits véridiques de la lutte en Amérique. L’humain est au cœur de son travail, qui émerge souvent après de longues périodes passées à gagner la confiance de ses sujets. Les résultats sont des images brutes et granuleuses pleines de vie, révélant la résilience et la beauté des personnes qu’il représente. Publié par les éditions powerHouse Books, son nouvel ouvrage Taxi: Journey Through My Windows 1977–1987 présente des clichés que le photographe a réalisé alors qu’il était chauffeur de taxi dans le New York de la fin des années 70. À cette époque, la ville était composée d’un ensemble de villages avec sa scène du downtown, ses travailleurs du midtown et son élégance de l’uptown. C’était sans nulle doute la ville la plus ouverte au monde. Toute l’humanité de la ville se rencontrait dans ses rues, sur fond de salsa, de rock, de disco, de reggae et bientôt de hip-hop, sur lesquels tout le monde pouvait se déhancher. Mais New York était aussi un lieu de chaos et de désordre. Au bord de la faillite, avec une criminalité galopante, ce sont les drogués, les dealers, les proxénètes et les prostituées de la ville qui règnent sur les rues de Manhattan. Le caractère excentrique de la ville était un phare et une promesse pour de nombreux exclus, ceux qui ne rentraient dans aucun moule, et une communauté LGBTQ dynamique est devenue le point de convergence d’un monde souterrain de travailleurs du sexe qui aimaient faire la fête. Pour un chauffeur de taxi new-yorkais comme Joseph Rodriguez, les endroits les plus prisés étaient les clubs comme le Hellfire, Mineshaft, The Anvil, The Vault et Show World. Après avoir perdu son premier appareil photo lors d’une agression au couteau si typique dans le New York des années 70, Rodriguez s’est rapidement armé d’un nouvel appareil photo pour documenter ce qu’il voyait dans le cadre de son travail : des prostituées sortant de leur service, des travestis et des adeptes du sado-masochisme faisant l’amour sur la banquette arrière ou réussissant d’une manière ou d’une autre un improbable changement de costume pour sortir du taxi proprement vêtu, prêt à affronter la famille et les amis. Humaniste dans l’âme, ses photographies témoignent de la dignité de la classe ouvrière de la ville dans tous ses quartiers et de ceux qui luttent pour s’en sortir. Le livre de 132 pages, avec un essai de l’écrivain Richard Price, est disponible sur la boutique en ligne des éditions powerHouse Books, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading