Search Results for: jim goldberg

JIM GOLDBERG – FINGERPRINT

Largement considéré comme l’œuvre phare de Jim Goldberg, Raised By Wolves rassemble dix ans de photographies, de textes, de films et d’installations dans un récit épique de la vie d’adolescents fugueurs à San Francisco et Los Angeles à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Ce projet, réalisé sous la forme d’une exposition qui a fait ses débuts au LACMA en 1997 et d’une monographie, documente leurs relations interpersonnelles, leurs affrontements avec la police et les organismes sociaux et leur lutte incessante pour la survie. À travers les histoires des protagonistes Tweeky Dave et Echo, Goldberg a donné une visibilité et une voix aux adolescents à risque à une époque où ils étaient souvent vilipendés et marginalisés, voire effacés de la conscience de la plupart des gens, ce qui permettait aux sujets de contrôler le récit. Dans Fingerprint, publié par les éditions britanniques Stanley / Barker, le photographe américain expose une série de Polaroïds inédits issus du projet, qui ont servi de brouillons pour les photographies qu’il a réalisées par la suite, ainsi que de cadeaux pour les sujets eux-mêmes. Goldberg explique : “Pendant la réalisation de Raised By Wolves, je montrais aux adolescents les photos que j’avais prises d’eux à l’intérieur de la maquette et je leur demandais : “Est-ce que cela vous semble correct ?” Je comptais sur eux pour me donner un retour honnête afin de garantir que l’œuvre était aussi fidèle que possible à leur vie et à leur histoire.” Les images sont parfois griffonnées de textes proclamant l’identité, les défis et la résilience des adolescents, et d’autres fois capturent une réalité tranquille de la vie dans la rue. Rassemblés dans un coffret imprimé, les 45 Polaroïds fac-similés de feuilles mobiles constituent un témoignage intime et fragmenté de cet ensemble classique d’œuvres. Fingerprint est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Stanley / Barker.

Continue reading

JIM GOLDBERG/DONOVAN WYLIE – CANDY/A GOOD AND SPACIOUS LAND

À l’occasion de la grande exposition des photographes Jim Goldberg et Donovan Wylie l’été dernier à la Yale University Art Gallery, les éditions Yale University Press publient un sublime coffret contenant deux ouvrages: Candy de Jim Goldberg et A Good and Spacious Land de Donovan Wylie. Ces deux recueils présentent des œuvres des deux photographes créées à partir de l’année 2013, alors qu’ils sont en résidence à la Yale University Art Gallery. Les deux artistes ont choisi comme sujet New Haven, explorant cette ville du sud-centre de l’État du Connecticut à travers la photographie, mais avec des points vue très différents. Goldberg, originaire de New Haven, retourne ainsi dans une ville qu’il a quittée quatre décennies plus tôt. Il se concentre sur les habitants et leurs histoires, dans sa façon si personnelle et originale de dresser des portraits intimes et informels, qu’il présente aux côtés de notes manuscrites rédigées par les sujets. Le photographe utilise des images de films Super 8, des images de paysage urbain de New Haven, des portraits sur Polaroid, et des collages de documents d’archives pour créer un roman photo sur la trajectoire des villes américaines du 20ème siècle. Goldberg explique: “Mon intention est de rassembler tous ces éléments pour créer un ensemble cohérent de souvenirs.” Wylie, d’origine irlandaise et membre de l’agence Magnum depuis 1997, examine quant à lui la spectaculaire construction d’un important échangeur autoroutier dans la ville et ce changement soudain dans la topographie du lieu. Le photographe envisage cette structure massive comme un cadre de composition permettant d’observer le paysage urbain et ses habitants d’un point de vue extérieur. Chaque volume comprend un texte de Christopher Klatell et un essai de Laura Wexler qui analyse le symbolisme, l’importance sociale et le contexte historique des clichés. Candy / A Good and Spacious Land est une grande réussite et permet d’apprécier les œuvres récentes de deux des photographes les plus doués de leur génération, qui s’épanouissent dans de nouvelles directions formelles, narratives et conceptuelles. Cet impressionnant coffret est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Yale University Press, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

JIM GOLDBERG – THE LAST SON

Entré chez Magnum Photos en 2002 en tant que membre associé, Jim Goldberg en est devenu membre à part entière en 2006. Pourtant, sa façon de raconter la réalité n’a pas grand chose à voir avec le photojournalisme. The Last Son, le second livre d’une série de trois ouvrages publiés par les éditions japonaises Super Labo, retrace l’évolution du développement de Jim Goldberg en tant qu’artiste. Le photographe américain relate un conte à travers des images et des souvenirs. Jouant avec des photos de famille et des notes manuscrites issues de son passé, afin de construire un univers pour lui-même et pour le lecteur, Goldberg explore les différentes circonstances qui l’ont mené là où il est aujourd’hui. Fils cadet d’un fabricant de bonbons, il se penche dans The Last Son sur les rêves que son père n’a jamais réalisés, ses regrets, et leur relation à sa maturation en tant qu’artiste. Son enfance compliquée l’a poussé à la fugue, ce qui l’a rétrospectivement conduit à photographier les jeunes fugueurs en Californie, sur une période de dix ans, pour finalement créer son livre culte Raised By Wolves, où il explore les origines de la délinquance juvénile aux États-Unis. Le récit de ce nouvel opus se lit aussi plus généralement comme une histoire sur la persévérance américaine, la dynamique familiale et la lutte pour dépasser les attentes de nos proches. Mélange de photographies, de collages, de textes manuscrits et de visuels de films familiaux, Goldberg puise dans ses archives pour construire un récit de souvenirs à partir de ses tous premiers clichés. Le livre est une collection sculpturale de pages débordantes, offrant une interaction palpable avec son processus de narration. The Last Son offre un aperçu tactile du processus empathique de Goldberg qui cherche à donner un sens à sa propre histoire. Faisant suite à ses célèbres projets qui ont fait l’objet de publications tels que Rich and Poor (voir ici) ou Open See, Jim Goldberg explore une fois de plus avec The Last Son de nouvelles formes narratives et les combinaisons possibles entre texte et image. Ce magnifique ouvrage de 134 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Super Labo.

Continue reading

JIM GOLDBERG – RICH AND POOR

Entre les années 1970 et 1980, le photographe de l’agence Magnum Jim Goldberg, a photographié les riches et les pauvres de San Francisco. Il leur a ensuite demandé d’écrire à la main quelques lignes à propos de leur photo: ils nous parlent de leurs craintes, de leurs aspirations, des perceptions qu’ils ont d’eux-mêmes et de leurs illusions avec une simplicité percutante et troublante. Le photographe déclare : Mon travail est basé sur la confiance. Je ne peux pas travailler juste en volant des images, même si quelques personnes pourraient dire le contraire. Je pense que l’intimité et la confiance sont les fils conducteurs de mon travail. Le livre issu de ce projet, intitulé Rich and Poor, introuvable depuis 1985, a été entièrement repensé et réédité par l’artiste et la maison d’édition Steidl. Dans un monde ou les relations entre les différentes classes sociales sont de plus en plus crispées, ce livre est un témoignage dérangeant sur l’Amérique contemporaine, à la fois sensible et très instructif. L’ouvrage est maintenant disponible chez Steidl ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

MAGNUM SQUARE PRINT SALE 2020 – TURNING POINTS

La nouvelle Magnum Square Print Sale ‘Turning Points’, en partenariat avec The Everyday Projects, se déroule du lundi 6 avril au dimanche 12 avril 2020. Chaque photographe participant offre sa propre interprétation du thème. La vente comprend plus de 120 tirages réalisés par certains des plus grands photographes de notre époque. Les tirages, 15,2×15,2cm, de qualité muséale, signés ou tamponnés par l’estate, sont en vente pour 7 jours seulement, à $100 sur le site shop.magnumphotos.com. Une partie des recettes de la vente sera reversée à l’action d’urgence COVID-19 de Médecins Sans Frontières. 

Continue reading

MAGNUM SQUARE PRINT SALE 2019 – HIDDEN

La Magnum Square Print Sale ‘Hidden’, en partenariat avec Aperture, se déroule du lundi 28 octobre à 8h EST au vendredi 1 novembre 2019 à minuit EST. Les photographes et les estates de Magnum puisent dans leurs archives pour choisir une seule image qui reflète les enjeux, les pratiques de travail et les signatures visuelles qui ont fait la réputation des membres du collectif au cours de leur carrière. Le thème explore ce que le photographe voit, qui est sinon caché. Depuis ses débuts, la photographie a fonctionné en partie comme un moyen de montrer ce qui n’est ni accessible ni visible pour la majorité d’entre nous, ainsi que de mettre en lumière ce qui nous entoure et qui est autrement négligé. Des sociétés lointaines aux “fraternities” d’élite, des lieux isolés aux objets si communs que nous ne nous arrêtons pas pour les regarder, les photographies révèlent des choses, des lieux et des vies cachés. Les artistes, eux aussi, décrivent souvent leurs propres espaces privés et leur vie intérieure comme faisant partie intégrante de leur travail. Chaque photographe participant offre sa propre interprétation du thème. La vente comprend plus de 100 tirages réalisés par certains des plus grands photographes de notre époque, dont Susan Meiselas, Don McCullin, Stephen Shore, Alex Webb, Todd Hido, Daido Moriyama, Bruce Davidson, Mary Ellen Mark, Joel Meyerowitz et Justine Kurland parmi d’autres. Les tirages, 15,2×15,2cm, de qualité muséale, signés ou tamponnés par l’estate, sont en vente pour 5 jours seulement, à $100 sur le site shop.magnumphotos.com.

Continue reading

MAGNUM SQUARE PRINT SALE 2019 – OBSESSIONS

La Magnum Square Print Sale ‘Obsessions’ se déroule du lundi 10 juin à 9h EST au vendredi 14 juin 2019 à minuit EST. les photographes et les estates de Magnum puisent dans leurs archives pour choisir une seule image qui reflète les enjeux, les pratiques de travail et les signatures visuelles qui ont fait la réputation des membres du collectif au cours de leur carrière. Les tirages, 15,2×15,2cm, de qualité muséale, signés ou tamponnés par l’estate, sont en vente pour 5 jours seulement, à $100 sur le site shop.magnumphotos.com.

Continue reading

MAGNUM PHOTOS SQUARE PRINT SALE 2018 – CROSSINGS

Crossings, la nouvelle Square Print Sale présentée par Magnum Photos et la Fondation Aperture se tient du lundi 29 octobre 15h au vendredi 2 novembre minuit. Cette dernière explore les perspectives sur la transition et la transformation dans la photographie. Crossings englobe les passages physiques d’un côté à l’autre (une route, une rivière, une frontière, un océan) et les passages personnels qui se manifestent par la croissance, la révolte, la mutation, la réalisation de soi et les voyages de l’esprit. Les tirages, 15,2×15,2cm, de qualité muséale, signés ou tamponnés par l’estate, sont en vente pour 5 jours seulement, à $100 sur le site shop.magnumphotos.com.

Continue reading

ANOTHER KIND OF LIFE – PHOTOGRAPHY ON THE MARGINS

Another Kind of Life – Photography on the Margins est le catalogue qui accompagne l’exposition du même nom qui s’est tenue au Barbican Center de Londres, entre le 28 février et le 27 mai 2018. Publié par les éditions britanniques Prestel, l’ouvrage s’intéresse à la manière dont sont représentées les marges et les minorités en images, avec le travail d’une sélection de photographes des années 1950 à nos jours. Minorités sexuelles, rebelles romantiques, hors-la-loi, survivalistes ou simplement laissés-pour-compte de l’économie contemporaine, les photographes n’ont jamais cessé de documenter ces populations qui illustrent le changement social. À travers différents regards, le livre montre ainsi la fascination ininterrompue des photographes pour les individus en marge. Certaines des images les plus puissantes des 20e et 21e siècles sont le fruit d’un engagement déterminé et souvent prolongé auprès de communautés semblant en désaccord avec la majorité ou en marge de la société. Vingt photographes de renom participent à ce projet original qui délivre un message d’humanité et d’intégration, qui transcende les frontières géopolitiques et culturelles: Diane Arbus, Casa Susanna, Philippe Chancel, Larry Clark, Bruce Davidson, Paz Errazuriz, Jim Goldberg, Katy Grannan, Pieter Hugo, Seiji Kurata, Danny Lyon, Igor Palmin, Teresa Margolles, Mary Ellen Mark, Boris Mikhailov, Daido Moriyama, Walter Pfeiffer, Dayanita Singh, Alec Soth et enfin Chris Steele-Perkins. Témoignage capital du pouvoir de la photographie de dénoncer l’injustice, Another Kind of Life – Photography on the Margins révèle la façon dont les attitudes sociales changent dans le temps et dans l’espace, et prouve que la représentation visuelle peut promouvoir la compréhension et le dialogue. L’ouvrage de 288 pages est maintenant disponible dans les meilleures librairies, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

JORDAN BAUMGARTEN – GOOD SICK

Publié par les éditions britanniques Gost Books, Good Sick est le nouveau livre du photographe américain Jordan Baumgarten, documentant les errances et les tourments de personnes touchées par la toxicomanie et la prostitution, dans le quartier de Kensington dans le nord de Philadelphie, en Pennsylvanie. Le monde de la toxicomanie y coexiste avec la vie quotidienne du quartier, et plusieurs signes et présages du désordre et de la confusion ambiante sont observables dans le paysage environnant. Les photographies de ce livre représentent le chaos; la nature qui empiète sur la dégradation urbaine; l’ambiguïté entre l’enchantement et les ténèbres; les moments privés devenus publics; les animaux et les humains qui errent librement, et toujours, quelque part, un feu qui brûle… Les images de Good Sick représentent une petite proportion de celles prises par Baumgarten, originaire de la ville, entre l’hiver 2012 et le printemps 2017. Le photographe explique: « Bien que toutes les photographies aient été faites à Philadelphie, le projet ne concerne pas cet endroit précis. La ville sert de microcosme pour discuter des problèmes qui déchirent le tissu de notre paysage social. Le titre du livre est l’argot qui désigne la nausée qui vient après l’injection d’héroïne, et il sert également à communiquer la dualité de la terreur et de la beauté qui est représentée tout au long de l’ouvrage. Ma relation avec Philadelphie est profonde et polarisante. Je suis né ici, je suis allé à l’université ici, j’ai rencontré et épousé ma femme ici, j’ai aussi failli y être tué et j’ai été témoin de certaines des pires tragédies imaginables. L’expérience, et cette relation compliquée au lieu, est la pierre angulaire de mon travail et le moteur de ma vie. » Malgré le malaise que suscite le livre, le projet de Jordan Baumgarten constitue un témoignage précieux sur la face sombre des grandes villes américaines et sur les laissés pour compte du Rêve Américain, tout comme l’a pu être Raised By Wolves du photographe américain Jim Goldberg, il y a plus de vingt ans. Le livre de 96 pages, signé par le photographe et limité à 650 exemplaires, est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Gost Books.

Continue reading

JEFFREY STOCKBRIDGE – KENSINGTON BLUES

Kensington Blues est le nouveau livre du photographe américain Jeffrey Stockbridge, documentant les errances et les tourments de personnes touchées par la toxicomanie et la prostitution, le long de l’avenue Kensington dans le nord de Philadelphie, en Pennsylvanie. Depuis sa création en 2011, son blog, Kensington Blues, a suivi une formule simple: libérer le pouvoir de narration des personnes qui fréquentent ce sinistre quartier, à travers leurs portraits intimes, leurs écrits profonds et leurs propres mots. Pour ce très bel ouvrage, quatre-vingt-onze photographies en couleurs grand format, créées sur une période de 5 ans, ont été sélectionnées. Elles sont associées à des transcriptions audio et à des pages manuscrites, et racontent les histoires personnelles de ceux qui se battent pour survivre au quartier et à eux-mêmes. Stockbridge explique: « Entendre les gens parler de leur passé, dans leurs propres mots, est quelque chose de particulièrement émouvant. C’est très puissant. Je veux que le grand public oublie ce qu’il pensait connaître de la prostitution, de la toxicomanie, des sans-abris et de la pauvreté, et qu’il écoute une personne réelle expliquer ce qu’elle a traversé. » Malgré le malaise que suscite le livre, le projet de Jeffrey Stockbridge constitue un témoignage précieux sur la face sombre des grandes villes américaines et sur les laissés pour compte du Rêve Américain, tout comme l’a pu être Raised By Wolves du photographe américain Jim Goldberg, il y a plus de vingt ans. Publié à 2000 exemplaires seulement, le livre, dont 10% des ventes sont reversées à l’association de Kensington Prevention Point Philadelphia, est maintenant disponible en exclusivité sur la boutique en ligne du photographe.

Continue reading

OFF, OFF BOWERY @ COLETTE

Lundi soir avait lieu la nouvelle exposition de la boutique Colette, réunissant la scène artistique du Lower East Side. Patronnée par Aaron Bondaroff et Jen Brill, Off, Off Bowery rassemble 61 pièces d’artistes new yorkais: Aaron Young, Hanna Liden, Ari Marcopoulos, Neck Face, Taylor McKimens, Nate Lowman, Jim Goldberg, Agathe Snow, Ry Fyan, Jack Pierson, Kembra Pfahler, Evan Gruzis, Leigh Ledar, Clayton Patterson, Rita Ackerman, Dash Snow, Ben Jones, Brendan Fowler, Nico Dios, Terry Richardson, Kon Trubkovitch Jaimie Warren, Dan Colen, Patrick Griffin, Aurel Schmidt, Scott CAmpbell, Leo Fitzpatrick, Terence Koh, Kai Regan, Adam McEwen, Richard Kern, Ryan McGinley, Kathy Grayson, Tim Barber. Immanquable!

Continue reading