Search Results for: larry clark

LARRY CLARK FOR BEAMS – TULSA CAPSULE COLLECTION

Le photographe/réalisateur américain Larry Clark collabore cette saison avec la boutique/marque japonaise Beams, sur une collection capsule rendant hommage à sa première monographie publiée en 1971: Tulsa. La collection, qui verra le jour dès ce weekend au Japon dans l’ensemble des boutiques Beams, se compose de nombreuses pièces: coach jackets, hoodies, tee-shirts, casquettes, plateaux de skate…

Continue reading

LARRY CLARK – “TULSA, 1963 – 1971” – PARIS

La Maison Européene de la Photographie (75004 – Paris) expose depuis le 10 octobre et jusqu’au 10 janvier 2008, les photographies du polémique ouvrage du réalisateur/photographe Larry Clark: “Tulsa”. La ville d’origine du photographe fut donc pour le futur réalisateur du film de toute une génération, Kids, un terrain de jeu incroyable pour documenter la décadence d’une jeunesse américaine en manque de repères. Les clichés en noir et blanc offrent une violence étrange où se mélangent la beauté et l’horreur, l’amour et la drogue.

Une exposition à ne pas manquer pour les fans du réalisateur et pour les amateurs de belles photos.

Continue reading

NOBUYOSHI ARAKI – THE ARAKI EFFECT

Nobuyoshi Araki, né à Tokyo en 1940, a publié au cours de sa carrière plus de cinq cents livres de photographies, ce qui fait de cet artiste le plus prolifique des photographes. Sa notoriété mondiale a souvent reposé sur l’érotisme de son art, et notamment sur les séries sulfureuses consacrées à l’art du kinbaku (bondage japonais né de l’art martial traditionnel du ligotage, le hojojutsu). Avec les photographes américains Nan Goldin et Larry Clark et le photographe ukrainien Boris Mikhailov, Araki est considéré comme l’un des pionniers de la photographie intime et subjective. Son œuvre suscite de vives émotions et polarise les spectateurs – tout comme ce fut le cas au Japon lorsqu’elle est apparue pour la première fois. L’approche artistique d’Araki a toujours défié les normes sociales japonaises avec ses représentations intimes, graphiques et parfois provocatrices de la sexualité et de la société dysfonctionnelle de son pays. Publié par les éditions italiennes Skira, The Araki Effect offre un vaste aperçu de sa carrière: de sa première série de 1963-65, Satchin and His Brother Mabo, à Subway of Love, une grande collection d’images prises dans le métro de Tokyo entre 1963 et 1972, année où il a également réalisé Autumn in Tokyo, qui retrace l’automne qu’il a passé à errer dans la ville au crépuscule. Suivent Sentimental Night in Kyoto, moins connu que le célèbre Sentimental Journey, deux hommages à sa femme, Yoko ; Balcon of Love, Death Reality, Tokyo Diary de 2017, et l’une de ses dernières séries, Araki’s Paradise de 2019. Ce très beau livre de 200 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Skira, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

A HISTORY OF PHOTOGRAPHY AT THE UNIVERSITY OF NOTRE DAME

Le Snite Museum de l’Université de Notre Dame du Lac, Indiana, est considéré comme l’un des meilleurs musées universitaires d’art en Amérique. Sa collection permanente de photographies des XIXe, XXe et XXIe siècles comprend plus de 10 000 pièces. Elle regroupe des œuvres remontant aux débuts de la photographie de William Henry Fox Talbot et de daguerréotypistes français, ainsi que des photographies d’artistes plus contemporains, comme Andy Warhol et Sally Mann. Publié par les éditions GILES, ce premier tome d’un catalogue en deux volumes présente une sélection exceptionnelle de 100 clichés de la collection, comprenant des œuvres d’Edward Steichen, l’une des figures les plus importantes de la photographie créative américaine du début des années 1900, et d’Alfred Stieglitz, Eugène Atget, Edward Weston et August Sander, des premières années du siècle dernier. Le milieu du siècle est quant à lui représenté par des noms célèbres tels que Jacques-Henri Lartigue, Henri Cartier-Bresson, Margaret Bourke-White, Robert Capa, Irving Penn, Diane Arbus, Ansel Adams, Alexander Rodchenko, Berenice Abbot et Hiroshi Sugimoto. La collection continue de s’enrichir jusqu’à nos jours avec des œuvres de Larry Clark, Sally Mann, Richard Misrach et Abelardo Morell. L’imposant ouvrage de 464 pages, avec deux essais signés Charles R. Loving et David Acton, permet au lecteur d’apprécier quelques uns des plus grands clichés du 20ème siècle. A History of Photography at the University of Notre Dame est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions GILES, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

NOBUYOSHI ARAKI – IMPOSSIBLE LOVE

À l’occasion de la grande rétrospective de Nobuyoshi Araki à la C/O Berlin Foundation du 7 décembre 2018 au 3 mars 2019, les éditions allemandes Steidl publient un superbe catalogue de l’exposition, intitulé Impossible Love – Vintage Photographs. Ce dernier présente 13 séries de photos réalisées par le photographe japonais entre 1965 et 2018 et qui mêlent photo de rue, érotisme cru, noir et blanc, couleur, polaroïds… Avec les photographes américains Nan Goldin et Larry Clark et le photographe ukrainien Boris Mikhailov, Araki est considéré comme l’un des pionniers de la photographie intime et subjective. L’œuvre d’Araki suscite de vives émotions et polarise les spectateurs – tout comme ce fut le cas au Japon lorsqu’elle est apparue pour la première fois. Son approche artistique a toujours défié les normes sociales japonaises avec ses représentations intimes, graphiques et parfois provocatrices de la sexualité et de la société dysfonctionnelle de son pays. Le livre combine la série Tokyo d’Araki issue de ses premières œuvres avec une sélection de ses récents collages Polaroid et de nouveaux diaporamas – tous explorant les contradictions entre anonymat et intimité, la sphère publique et privée, la réalité et le rêve. Deux essais de Felix Hoffmann, conservateur en chef au C/O Berlin encadrent les séries. Ce très beau livre de 368 pages est une fois de plus un ouvrage indispensable à la compréhension de l’œuvre fleuve du très prolifique Araki, aujourd’hui âgé de 78 ans. Il est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Steidl, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

CORINNE DAY – DIARY – PARIS

Corinne Day est décédée en 2010 à l’âge de 48 ans. Ancien mannequin, cette photographe autodidacte britannique s’est fait connaître en 1990 avec son éditorial dans le magazine FACE intitulé “3rd Summer of Love”, qui présente pour la première fois Kate Moss, alors très jeune. Elle lui offrira également sa première couverture dans Vogue UK, en 1993. Après avoir révolutionné le monde de la mode avec un style photographique qualifié de grunge, elle s’en éloigne pour se consacrer à des recherches plus personnelles. Présentée pour la première fois en France à la Galerie Gimpel & Müller (75006 Paris), l’exposition Diary tirée du livre éponyme publié en 2000, retrace 10 années d’une grande sincérité autour de sa vie, ses amis et les excès. Ses clichés choquants et tristes, moroses et tendres, ne sont pas sans rappeler Larry Clark ou Nan Goldin par leur honnêteté et leurs sujets percutants. Jusqu’au 8 décembre 2018.

Continue reading

ANOTHER KIND OF LIFE – PHOTOGRAPHY ON THE MARGINS

Another Kind of Life – Photography on the Margins est le catalogue qui accompagne l’exposition du même nom qui s’est tenue au Barbican Center de Londres, entre le 28 février et le 27 mai 2018. Publié par les éditions britanniques Prestel, l’ouvrage s’intéresse à la manière dont sont représentées les marges et les minorités en images, avec le travail d’une sélection de photographes des années 1950 à nos jours. Minorités sexuelles, rebelles romantiques, hors-la-loi, survivalistes ou simplement laissés-pour-compte de l’économie contemporaine, les photographes n’ont jamais cessé de documenter ces populations qui illustrent le changement social. À travers différents regards, le livre montre ainsi la fascination ininterrompue des photographes pour les individus en marge. Certaines des images les plus puissantes des 20e et 21e siècles sont le fruit d’un engagement déterminé et souvent prolongé auprès de communautés semblant en désaccord avec la majorité ou en marge de la société. Vingt photographes de renom participent à ce projet original qui délivre un message d’humanité et d’intégration, qui transcende les frontières géopolitiques et culturelles: Diane Arbus, Casa Susanna, Philippe Chancel, Larry Clark, Bruce Davidson, Paz Errazuriz, Jim Goldberg, Katy Grannan, Pieter Hugo, Seiji Kurata, Danny Lyon, Igor Palmin, Teresa Margolles, Mary Ellen Mark, Boris Mikhailov, Daido Moriyama, Walter Pfeiffer, Dayanita Singh, Alec Soth et enfin Chris Steele-Perkins. Témoignage capital du pouvoir de la photographie de dénoncer l’injustice, Another Kind of Life – Photography on the Margins révèle la façon dont les attitudes sociales changent dans le temps et dans l’espace, et prouve que la représentation visuelle peut promouvoir la compréhension et le dialogue. L’ouvrage de 288 pages est maintenant disponible dans les meilleures librairies, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

ANTOINE D’AGATA – AKA ANA

Aka Ana, après le film éponyme sorti en 2008, raconte la relation du photographe français Antoine d’Agata avec le Japon, au travers de rencontres avec des prostituées. Membre de l’agence Magnum depuis 2004, le photographe marseillais étudie d’abord la photographie à l’International Center of Photography de New York en 1990, où il suit les cours de Larry Clark et de Nan Goldin. En décalage avec la notion de témoignage, le travail d’Antoine d’Agata développe une posture exigeante et subversive, dont le rapport au sexe et à différentes drogues ont pu déranger certains. Mais ces plongées dans la nuit humaine ne doivent pas nous tromper, et masquer son incroyable attention aux événements de l’histoire, ainsi que sa très grande humanité. Le livre, publié par les éditions japonaises Akaaka Art Publishing sous la direction d’Hikari Machiguchi, emprunte la forme du journal intime. Il présente les clichés réalisés pendant les quatre mois qu’Antoine d’Agata a passé au Japon, de septembre à fin décembre 2006. Parcourant l’ordure du monde dans les plus bas des bas fonds, ici dans les bordels, chambres de passe miteuses, les lieux d’orgie et autres boites de strip-tease, le photographe se raconte lui-même en essayant de saisir l’autre, l’interlocutrice, le corps qu’il étreint de son sexe ou de sa caméra. Antoine d’Agata déclare : « Mon projet photographique est une prise de conscience autobiographique. Je documente ce que je vis pendant que je le vis, dans l’impossibilité d´exister hors de la photographie qui s’est greffée sur mes peurs et mes désirs, et s’en nourrit comme d’une chair vivante. » L’ouvrage de 272 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Akaaka Art Publishing.

Continue reading

ED VAN DER ELSKEN – CAMERA IN LOVE

À l’occasion de la grande rétrospective consacrée au photographe néerlandais Ed van der Elsken au Stedelijk Museum d’Amsterdam (du 4 février au 21 mai 2017), les éditions britanniques Prestel publient un magnifique catalogue de l’exposition: Camera in Love. Reconnu internationalement pour sa photographie de rue, Ed van der Elsken est une figure unique de la photographie et du cinéma documentaire néerlandais du XXe siècle. Il a parcouru les grandes villes, de Paris à Tokyo en passant par Hong Kong pour capturer la beauté des scènes de la vie quotidienne. Résolument optimiste, l’artiste s’est illustré pour sa joie et son goût pour l’excentrique, immortalisant l’insouciance de la jeunesse post-guerre ou le réconfort d’un simple sourire. En rupture avec la photographie documentaire de son époque, Ed van der Elsken fait corps avec son sujet et son indéniable implication personnelle affleure dans chacune de ses images. La modernité de ses images et leur caractère quasi cinématographique s’accordent avec le modèle de vie anticonformiste des jeunes gens dont il partage le quotidien. Il est avant tout un photographe de rue. À Paris, Amsterdam ou Tokyo, le photographe est à l’affût de celles et ceux qu’il appelle « les siens » : des hommes et des femmes, vieux ou jeunes, figures de la bohème à qui il reconnait une certaine authenticité et qu’il considère comme porteurs d’une forme de dignité équivalente, à ses yeux, à la beauté. Il a le talent d’entrer en contact avec les gens et de les convaincre de faire face à son appareil. Ed van der Elsken sait être photographe de l’intime en s’attachant au langage des corps. Il se préoccupe de l’humanité qui parcourt la rue. L’ouvrage présente plus de 200 clichés qui retracent son parcours depuis la fin des années 1950, ses voyages dans le monde entier, la rue, les milieux underground. Son style expressionniste très personnel a ouvert la voie à des photographes comme Larry Clark, Nan Goldin, Wolfgang Tillmans. Le livre de 288 pages, avec des essais de David Campany, Hripsimé Visser et Nan Goldin, est maintenant disponible sur Amazon.com.

Continue reading

ANTOINE D’AGATA – DESORDRES

À l’occasion du 20ème anniversaire du Festival Voies Off d’Arles, les éditions Voies Off publient Désordres, le dernier livre d’Antoine d’Agata, qui met en lumière la part documentaire des 20 années de son parcours photographique. Membre de l’agence Magnum depuis 2004, le photographe marseillais étudie d’abord la photographie à l’International Center of Photography de New York en 1990, où il suit les cours de Larry Clark et de Nan Goldin. Au fil de ses voyages, Antoine d’Agata a inlassablement rendu compte de situations d’urgences. Ce travail documentaire, qui constitue la pierre angulaire de son œuvre, est d’une réelle ampleur, mais n’a jamais été montré dans sa globalité, rassemblé dans un livre manifeste, qui permettrait d’appréhender le sens de cet engagement. La forme de l’ouvrage, son caractère dense et monolithique répondent à l’urgence de prendre partie, et de participer à l’histoire du monde. En décalage avec la notion de témoignage, le travail d’Antoine d’Agata développe une posture exigeante et subversive, dont le rapport au sexe et à différentes drogues ont pu déranger certains. Mais ces plongées dans la nuit humaine ne doivent pas nous tromper, et masquer son incroyable attention aux événements de l’histoire, ainsi que sa très grande humanité. La véritable nouveauté de ce livre réside dans l’approche globale de la pratique documentaire de l’auteur, dans la présence d’une cinquantaine de textes, écrits entre 1995 en 2015, constituant un reflet de la pratique photographique, et la confronte à une constante réflexion. « Face à l’oppression qui génère l’abondance d’images stéréotypées, et leur démultiplication par les industries culturelles, face à cette pornographie généralisée, vivre devient le seul enjeu ; et la seule œuvre possible dont il peut être question est la perpétration d’actes insensés » Antoine d’Agata. Le photographe réalise un livre qui est à la hauteur de sa radicalité: il ne s’ agit pas d’ une démarche intellectuelle mais d’ un témoignage brut qui synthétise son expérience vers les ténèbres. L’ouvrage de 112 pages pour plus de 3000 images est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Voies Off.

Continue reading