Search Results for: fuse

ALBERT ELM – WHAT SORT OF LIFE IS THIS

À quoi ressemble le monde? Quels sentiments stimulent-ils? Pourquoi le photographions-nous avec une telle urgence? Depuis 2009, le photographe danois Albert Elm va là où sa curiosité pour les activités humaines le mène, avec une énergie sans fin et un intrépide désir de voyager, traversant les fuseaux horaires en avion, embarquant à bord du Transsibérien, voyageant seul à Dubaï, en Chine, en Inde ou se promenant simplement dans son quartier de Copenhague. Publié par les éditions The Ice Plant, What Sort of Life Is This mélange les voyages proches et lointains d’Albert Elm en une panoplie déconcertante de fragments narratifs et de compositions surréalistes qui semblent à la fois totales et personnelles, fracturées et pourtant étrangement entières. Faisant référence à plusieurs styles et genres photographiques, son travail fait exploser la spontanéité de la couleur et la complexité du monde – tendre, violent, solitaire, joyeux, bizarre. Mettant au même niveau l’exotique et le banal, le livre traite chaque photographie comme si elle avait été faite dans le même endroit déroutant : le monde lui-même. Le photographe danois explique: «Je travaille à l’intuition et parce que j’éprouve le besoin urgent d’étudier ma vie quotidienne et son environnement. Mes photographies sont des descriptions de situations et de lieux particuliers, à un moment particulier. À quoi ils ressemblaient et plus important, ce que j’en ai ressenti.» Le livre de 128 pages a été sélectionné en novembre dernier dans la catégorie Premier Livre des Prix du Livre 2017 organisés par Paris Photo et Aperture. Ce très bel ouvrage est maintenant disponible, dans une édition limitée à 750 exemplaires, sur la boutique en ligne des éditions américaines The Ice Plant, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

MIKE MANDEL – PEOPLE IN CARS

Au début des années 1970, Mike Mandel, alors étudiant à Los Angeles, commence à prendre des clichés de personnes dans leurs voitures, alors qu’elles se dirigent vers le carrefour juste à coté de sa maison. À l’origine projet pour son lycée, Mandel fut si étonné par les réactions des personnes qu’il photographe et par les compositions de cette installation surprise, qu’il retourna sur ce même carrefour, caméra à la main, pendant plus d’un an. Aujourd’hui, 46 ans plus tard, un nouveau livre, People in Cars, publié par les éditions britanniques Stanley / Barker, présente une excellente sélection des images et de leurs protagonistes: certains sourient, quelques-uns sont en colère, d’autres simplement surpris. Le photographe explique: « Je me postais en fin d’après-midi, en lumière rasante, au coin de Victory Boulevard et Coldwater Canyon Avenue, dans le quartier de Van Nuys. C’est ironique, mais c’était si près de chez moi que je pouvais facilement m’y rendre à pied. C’était un carrefour très animé, avec une foule de véhicules qui passaient devant moi pour tourner à droite. De nos jours, le projet ne se passerait sans doute pas de la même façon mais à l’époque, les gens étaient enchantés de se retrouver à l’autre bout de l’objectif et ils participaient volontiers, appréciant ce moment bon enfant. Il faisait bon, les vitres étaient baissées. Ce sont ces fenêtres qui ont encadré ces portraits et leur ont infusé le langage de l’univers automobile ». Ce très bel ouvrage de 72 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Stanley / Barker.

Continue reading

TODD JAMES (REAS) INTERVIEW

À l’occasion de sa nouvelle exposition personnelle (We Are One – voir ici) à la galerie madrilène Javier Lopez & Fer Frances, Guillotine s’est entretenu avec Todd James (REAS). L’artiste new-yorkais qui présente (jusqu’au 2 novembre) ses nouvelles œuvres, dévoile une fois de plus sa vision où la guerre, la mort et le chaos contrastent avec les femmes nues se relaxant au soleil. Il nous parle de ses influences, son processus créatif et l’évolution permanente de son œuvre, ainsi que ses futurs projets.

Continue reading

BRAND-NEW & TERRIFIC – ALEX KATZ IN THE 1950S

Brand-New and Terrific : Alex Katz in the 1950s est le nouveau catalogue de l’exposition présentée au Colby Museum of Art, à Waterville, aux États-Unis, du 11 juillet au 18 octobre 2015. Cet ouvrage de 208 pages, publié par les éditions Prestel, est consacré au travail du peintre figuratif américain Alex Katz dans les années 50, et présente plus de 65 œuvres : peintures, collages et découpages. Sa carrière artistique débute dans les années cinquante, véritable décennie expérimentale pour l’artiste, en tant que peintre figuratif, à un moment où règne l’abstraction. Il réalise notamment des œuvres figuratives en petit format, peintes à coups de pinceau déliés. Ces œuvres étaient en partie le fruit de son intérêt précoce pour le jazz et l’improvisation, mais anticipaient aussi l’un des thèmes essentiels de son œuvre : le portrait. Les premières toiles de Katz, qui datent de l’époque où l’Expressionnisme Abstrait était encore dominant, préfiguraient un intérêt renouvelé pour le réalisme dans la représentation, avant même l’apparition du Pop Art. Katz, qu’on associait habituellement au Pop parce qu’il utilisait des éléments du cinéma, de la publicité et de la mode, rejetait cette connexion : « Le Pop Art travaille avec des signes mais mon œuvre a à voir avec les symboles. Le Pop Art est cynique et ironique. Mon œuvre non. Ça fait une grande différence. Le Pop Art est moderne. Mon œuvre est traditionnelle ». Défiant ainsi la critique qui rejette l’image dans l’art, et en particulier la figuration, Katz refuse toutefois l’abandon total que vise l’Expressionnisme abstrait. Mais il apprécie l’énergie et la logique formelle de ce mouvement et met en jeu une technique rapide et physique inspirée de l’Action painting de Jackson Pollock, dont les compositions all over furent pour lui une révélation. Katz déclare que son but est de capturer dans son travail « toutes les choses rapides qui surviennent ». Le livre contient des essais de Diana Tuite, Katy Siegel, Richard Shiff et Eva Díaz, ainsi qu’une chronologie du début de la carrière artistique d’Alex Katz. Disponible dès maintenant sur le site de Prestel et chez Amazon.com.

Continue reading

TARYN SIMON – CONTRABAND

Les éditions Hatje Cantz viennent de publier une nouvelle édition de Contraband, l’un des plus célèbres projets de la photographe américaine Taryn Simon. Ses prises de vues relatent les aspects contradictoires de l’identité américaine tout en exposant les mécanismes cachés de la société. Cette dernière œuvre poursuit sa série antérieure, An American Index of the Hidden and Unfamiliar (2007) qui explorait l’intersection secrète entre le privé et le public. Durant cinq jours en novembre 2009, Simon est restée sur place à l’aéroport International John F. Kennedy, où transitent plus de passagers internationaux que dans n’importe quel autre aéroport des États-Unis. Le rythme exhaustif auquel elle a effectué les prises de vues était équivalent à celui du flux de marchandises en vingt quatre heures, à travers les frontières et les fuseaux horaires. L’ouvrage de 496 pages comprend 1075 photographies d’articles détenus ou saisis aux passagers et de courriers express qui entrent aux États-Unis en provenance de l’étranger. Simon a travaillé intensivement, en utilisant une procédure photographique médico-légale pour documenter une grande variété d’articles interdits, notamment l’agent actif contenu dans le Botox, des vêtements et accessoires contrefaits (y compris des sacs à main de marque), de l’héroïne, des bijoux, du rhum jamaïcain à très forte teneur en alcool, des articles fabriqués à partir d’espèces menacées, des produits pharmaceutiques, des cigares cubains, des organes d’animaux, des DVD piratés, de la poudre d’or, des pistolets, des oignons, du GHB, des chèques de voyage et des stéroïdes illégaux. En cataloguant un volume important de documents en un temps réduit, des modèles se dégagent et révèlent un échantillon complet du commerce international, exposant les désirs et les besoins qui stimulent l’économie internationale ainsi que les économies locales qui les produisent. Simon a photographié chaque article sur un fond gris neutre, ce qui permet d’obtenir un enregistrement scientifique « objectif » dénué de tout contexte. Séparé des effets personnels du passager, chaque article perd ses connotations individuelles particulières et se transforme en une pièce d’un réseau mondial plus étendu. Contraband peut aussi induire le danger et suscite des questions sur ce qui est officiellement considéré comme étant une menace pour l’autorité et la sécurité dans la société américaine contemporaine. Le livre est accompagné d’un texte de Hans Ulrich Obrist, directeur de la galerie Serpentine à Londres et est maintenant disponible chez Hatje Cantz ainsi que sur Amazon.fr et Amazon.com.

Continue reading

WK INTERACT – ACT 4 – 25 YEARS , 1989 -2014

L’artiste urbain WK Interact présente dans ce nouvel ouvrage intitulé Act 4 – 25 Years, 1989 – 2014, les travaux qu’il a effectués durant les 25 dernières années. Ses peintures en noir et blanc de très grand format représentent généralement des personnages en mouvement aux allures fugitives, qui nous entraînent dans leur dynamique. L’artiste originaire de Caen déclare vouloir tenter de “capturer un instant pendant l’action”. Récemment exposé à la galerie Jonathan Levine à New York, on l’a aussi vu chez Dazed & Confused à Londres ou encore chez Colette à Paris. La première partie de l’ouvrage présente le travail de rue de l’artiste, avec une importante partie sur le street art et les installations créées dans la rue. On découvre ensuite la façon de travailler de WK Interact à travers des clichés de ses différents projets, notamment avec Kobe Bryant, Oscar Pastorius ou encore son projet Brave 9/11 ou D-Day Project Normandy. La deuxième partie du livre s’intéresse quant à elle à l’œuvre de l’artiste avec ses travaux d’illustration, de collage et de sculpture (ses fameux skateboards customisés), etc. On retrouve également dans le livre des textes d’Isabelle Kirsch, Carlo McCormick, Marc & Sara Schiller (Wooster Collective) et Patrick McNeil (Faile). Publié par Drago, cette très belle monographie de 320 pages est maintenant disponible sur Amazon.fr et Amazon.com.

Continue reading

NIKE – SPRING 2014 – AIR MAX 90 LUNAR INFRARED

Nike continue de décliner l’Air Max 90 en diverses versions. Pour le printemps 2014, le modèle est cette fois proposé avec une semelle Lunarlon et une construction Hyperfuse. C’est le coloris culte Infrared qui a été retenu pour cette nouvelle version qui allie allure classique et construction moderne. Disponible début 2014.

 

NIKE SPORTSWEAR – AIR FLOW TZ TONAL PACK

L’Air Flow TZ, modèle culte de Nike datant de 1989, s’apprête à ressortir d’ici quelques semaines dans ses premiers coloris originaux (voir ici). La boutique londonienne Selfridges a quant à elle imaginé une version aux tons plus discrets: black et brown. Les deux paires, produites à très peu d’exemplaires, verront le jour demain en exclusivité dans la boutique Selfridges.

Continue reading

WTAPS – A/W ’09 COLLECTION

Voici un aperçu de la nouvelle collection Autumn/Winter 2009 du label japonais WTAPS, intitulée Dazed and Confused: Sherpa 3L Field Jacket, Saloon Shirt, Vatos L/S Shirt, Oxford B.D. L/S Shirt, Khaki Work Trousers, Hellweek Hooded Sweatshirt, Yesterday is History T-Shirt et Blank Pocket T-Shirt. Une fois de plus, la marque réalise un énorme travail sur les finitions de chacune des pièces.

Continue reading

KAWS – CBS NEWS DOCUMENTARY

CBS News a réalisé un reportage sur Kaws pour le programme Sunday Morning. Ce dernier a été diffusé hier et on y retrouve l’artiste durant sa dernière exposition à New York. Kaws répond également a une interview particulièrement intéressante, dans son studio de Brooklyn.

LE TAPIN AND AUDIO AESTHETICS PRESENT I WOULD SPIT ON YOUR SNEAKERS – BROOKLYN

Le collectif parisien Le Tapin, en association avec Audio Aesthetics, présentera à partir de jeudi prochain à la galerie Yume de Brooklyn, une exposition intitulée I Would Spit On Your Sneakers.

Fashion accessory? The shoe is a symbol of the human condition: from the
barefoot to the high top. It is the social status that takes marquis position. More than ever, in today?s global consumer based culture the shoe is the interface exhibition of the clan membership of the beholder. The latter, in a fit of identity crisis, customized, stylized and adorned, works in contrast and placards his or her graphical vocabulary. The precious children of this century are no longer artisans of consumer discontent, they have become the subjects to a marketing leviathan that plays outrageously with human impulses. This generation of the new century, born from the world of lifestyle marketing and image, regurgitates hyper stimulation reinventing its cosmogony, its stories, its heroes, its codes and its mythology. From the “Seven Miles Boots” to the shoes of Art-Force-One, it’s the same magic spell that gives wings to the shoe holder. Sabrina Yo’land has assembled a collective of progressive artists that deconstruct the “sneaker.” Using a post surrealist aesthetic, the artists extrapolate modern and popular perspective sand provide a daring introspective on the iconic position “sneakers” has taken in contemporary society.

On y découvrira donc le travail de neuf artistes français de talent: Veenom, Arnaud Boutin, Art Force One, Koa, Riton La Mort, iLK, Choko 1er, Dim et The Yo’Land. Jusqu’au 4 décembre.

Continue reading