Search Results for: clarks

CONCEPTS X STASH X CLARKS WALLABEE

En janvier prochain sortira la triple collaboration entre le magasin de Boston, Concepts, l’artiste new-yorkais, Stash, et Clarks sur une magnifique paire de Wallabee noire en suede et cuir perforé. On retrouve l’artwork de Stash sur la semelle! La paire sera disponible chez Concepts et Recon

WTAPS® 01

Publié par l’excellente maison d’édition tokyoïte Mo’Des Book, WTAPS® 01 présente les immenses archives de la marque depuis sa création en 1996, jusqu’à 2017 (EX 35 – voir ici). Plus de 300 produits ont été soigneusement choisis et présentés chronologiquement pour donner un sens à l’histoire de la marque fondée par Tetsu “Tet” Nishiyama. Chacune des 300 pièces présentées est accompagnée de ses caractéristiques propres et d’observations la concernant, en anglais et en japonais. On y retrouve notamment les célèbres vestes et parkas militaires aux imprimés camouflages improbables qui ont fait le succès du label dans la fin des années 90, quelques-uns des tee-shirts les plus emblématiques, de nombreux accessoires ainsi qu’une impressionnante liste de collaborations avec des marques telles que Vans, Supreme, Herschel, Stussy, Dr. Martens, Clarks, Timex, Timberland, etc. Chaque pièce raconte une histoire de l’aventure Wtaps, devenue en quelques années l’une des marques les plus appréciées et respectées au Japon et sur la scène internationale. Présenté dans un superbe coffret, le livre de 360 pages – limité à 2000 exemplaires – est maintenant épuisé sur la boutique en ligne des éditions Mo’Des Book, mais est encore disponible chez End Clothing.

Continue reading

ECOLE DE PENSEE – S/S 2016 COLLECTION LOOKBOOK

Le jeune label indépendant fondé en 2014 à Montréal École de Pensée vient de dévoiler le lookbook de sa nouvelle collection Spring/Summer 2016. L’approche de la marque canadienne consiste à allier passion, recherche et énergie afin de créer une gamme de vêtements pour homme porteur d’originalité et à la fois intemporel. L’ensemble des produits proposés sont créés à partir de matériaux provenant des meilleures filatures à travers le monde et finement confectionnés par des manufactures européennes et canadiennes ayant un savoir-faire remarquable. L’univers d’École de Pensée est construit autour d’un réel intérêt pour les cultures alternatives telles que certaines formes de musique improvisée, de peinture, d’écriture et de photographie partageant la même spontanéité. Pour ce printemps, la marque propose notamment une très belle veste en lin 100% naturel importé d’Angleterre, des chemises sans col et des tee-shirts à base de coton importé du Japon. La collection automne/hiver 2015 est actuellement disponible en boutique chez Goose Barnacle à Brooklyn, chez Beaubien à Paris et chez Clark Street Mercantile à Montréal. L’ensemble de la nouvelle collection sera très prochainement disponible sur l’e-store du label.

Continue reading

CASH CA – S/S 2014 COLLECTION LOOKBOOK

Cash Ca nous dévoile aujourd’hui le lookbook de sa nouvelle collection Spring/Summer 2014. On y découvre les nouvelles pièces créées par le label japonais (tee-shirts, chemises, pantalons, short pants, vestes, etc) ainsi que ses nombreuses collaborations (Tricker’s, Clarks, immun., 6876, etc). La collection sera prochainement disponible en France chez Antic Boutik.

Continue reading

GUILLOTINE GIVEAWAY #015 – GOODSTEAD

Pour son 15ème giveaway, Guillotine s’est associé à la jeune boutique écossaise Goodstead. Créé en 2009, le magasin d’Édimbourg offre une impressionnante sélection pour hommes et femmes: A.P.C., Clarks Originals, Dunderdon, Edwin, Folk, Gitman Bros, Grenson, Makr Carry Goods, Nike, Norse Projects, Our Legacy, Penfield, Pointer, Sebago, Silas, Sixpack, Surface to Air, Uniform Wares, Vanishing Elephant, Vans, Wood Wood, Woorich, YMC, Yuketen, etc. Goodstead offre un premier prix sous la forme d’un bon d’achat de 250 euros et un second de 150 euros. Pour participer à ce nouveau concours, il vous suffit de nous envoyer un email à contest@glltn.com. Vous avez jusqu’au jeudi 31 mai à minuit, date à laquelle les deux gagnants seront tirés au sort et contactés par email.

For its 15th giveaway, Guillotine has partnered with young Scottish store Goodstead. Founded in 2009 in Edinburgh, the shop carries an impressive selection of brands for men and women: A.P.C., Clarks Originals, Dunderdon, Edwin, Folk, Gitman Bros, Grenson, Makr Carry Goods, Nike, Norse Projects, Our Legacy, Penfield, Pointer, Sebago, Silas, Sixpack, Surface to Air, Uniform Wares, Vanishing Elephant, Vans, Wood Wood, Woorich, YMC, Yuketen, etc. Goodstead offers a €250 voucher to the winner and a second prize voucher of €150. To win, just send us an email at contest@glltn.com. You have until Thursday 05/31 at 12 pm, when we will randomly draw two lucky winners and contact them by email.

WEAVER MOCCASIN – S/S 2011 COLLECTION

Weaver Moccasin vient de sortir les premières pièces de sa nouvelle collection Spring/Summer 2011. La marque japonaise fondée par le designer Hiroshi Takahashi offre une vision moderne de modèles classiques tels que la Wallabee ou la Weaver de Clarks. Cinq nouveau modèles fabriqués au Portugal dans des matières premium (cuir, suède) et avec des semelles crêpes sont maintenant disponibles sur l’e-store End.

Continue reading

FUTURA 2000 INTERVIEW – ENGLISH VERSION

For many reasons, France means a lot to you. What’s your special relation with our country?

Well my wife is French, so this is pretty interesting. I’ve been coming here since my first exhibition in Paris in ’81 and I get excited every time I get a chance to go back and I was here only 5 weeks ago for the Agnès B. show (see here), so here I am.

Agnès B. played a crucial role in your comeback in the nineties when she bought a few paintings from you, allowing you to get a new studio in New York. Can you explain us how everything happened and what’s your relation with her today?

Well, I mean Agnès has always been very supportive of street art, this whole movement and I was very fortunate to meet her in the late 80’s. Yes, she did help me very much by investing in my work and as a result I was able to continue painting. At that period I wasn’t really focusing on art so much and she did help to kind of get me going and then helped me with the studio, gave me a condition in Paris. I saw her when I was here for the show a few weeks ago and yeah, the relationship is amazing. She’s such a beautiful person and I’m grateful of her support. If there were not Agnès, a lot of what’s happening in Paris for our movement wouldn’t be possible. And it’s from her heart, it’s genuine love and this is rare you know… it’s very rare.

You presented brand new works last year at your Strategic Synchronicity Exhibition in LA (see here) and it was a huge success. Is that something that surprised you back then and do you plans to do more big solo shows in different cities?

Well I mean I was surprised! We had this work, we created all this work for this show, like kind of a pop-up show, it was very well received. With that group Krunk who was working on that project, we also did a little something in Dubai (see here) which you mentioned, kind of a Part. II of my working with them. Recently there has been some difficulties with that group, for whatever reason, it’s totally cruel. I did this thing in Germany (see here), which was kind of a small version of that pop-up show, but they were friends of mine in Berlin, they had that space and it was pretty easy. In December, I’m going to do something in Stockholm, similar to Germany expect everything will be new. Berlin was more the continuation of paintings from L.A., paintings from Dubai, new works… Now what we’re going to do is just move forward, do some new paintings, new drawings. Similar in that it will be an outside of the gallery sort of space event. I will also for the first time properly exhibit some of my photographs, which I’ve been wanting to do. I’m going to create some light boxes to display the photos, to kind of make them a little more aggressive. That’s exciting! But as far as future shows, I mean not really, not on a bigger scale, I like that pop-up idea. It’s pretty good because you can make the work for the show more or less and that’s what I want to do. I don’t want to continue the show with the works or whatever…

You’ve said in many occasions that you used to feel manipulated and exploited by the gallery scene in the 80’s. How did the situation change today?

Well, as far as the economics go, it’s still the same principles: 50/50…ok. The problem was that at that time I thought… you know… “I’m manipulated”… whatever, I didn’t completely agree with that thing at that time, what can I do? Today I’m a bit in a position where for example, if someone’s going to produce that show, the economics can be discussed, it’s not like written in stone. So probably they’d say: “For your involvement, you will get 40%”. If I can change the dynamics, because now I’m sort of doing an art show, but I’m not in the Art World, so it means I can change the rules a little bit. It becomes less about the space and more about the works. So, yeah I mean, this is not a formula for the future, it’s not something like “Yeah I’m going to eliminate the Gallery”, no, not at all, it’s just a situation of timing and of what was happening. This is my feeling 25 years ago. Today if I have a real gallery, someone who wanted to represent me in some way, perhaps I would consider that, but we’ll see, I mean… the future is… weird.

You started writing your name as a graffiti writer out of a strong desire to communicate. What’s driving you 40 years later?

I still want to communicate, I really do, yeah! It’s just that today it’s not happening that way. Today it’s happening online. What I’m trying to do with my Flickr, my own site, which is just, you know, nothing special, is share my personal experience, which I think is just as interesting as my work, maybe more actually. I mean today it’s easier to communicate that we once did with a marker and spray paint; it’s not limited to writing on the wall. Everyone’s doing it in a different way. Some people communicate through their sense of fashion, some people are writing, some people take photos. I’m trying to make a creative medium. For the moment, I find myself really into this whole photographic period.

You’ve seen a massive evolution of the graffiti art form since your start in the 70’s. What’s you opinion of the scene nowadays?

There are few things happening in the streets right now. One of them is this real sort of “push it”, new people coming on into the street, doing works in the street and this is what I would call real street art, somebody like BLU, there’s one sort of muralistic style. And then, there’s also C215, it has become a central community with many different characters. There’s been this sort of traditional graffiti community and it’s becoming like in “Back in the Days” at the beginning, with taggers… So you have two worlds now. We had like the Very Good and the Very Bad. I’m less in touch with street art as I once was. But the one I can see, the energy of all of this city is being transformed by those artists, and there’s more street art now than there ever was, even when it was only graffiti writers, it wasn’t artists thinking “Hey, maybe I can do something new using the public space!” So yeah, I’m in support of the beautiful muralists and the kind of vandals using scratching.

You said in the past that your inspiration came from your mood… How does the international climate affects your mood and how does it reflect on your work?

In my opinion, nothing reflects into that. That’s just personal experiences. In graphic and in certain imagery, yeah you can make an association to something political or something that’s happening. I’m not really that person so much. My mood now is way more positive. By the middle of this decade I was really depressed thinking about the world, I was depressed in the early decade about other things, you know, bad things… And now we’re coming on this economic period that is supposed to be very bad, but I mean I’m optimistic though. I still think there’s time for a change, a good time and we have Obama so I’m very happy.

You said you were putting commercial collaborations on the background for a bit. Is that something you really want to do when you know how successful a collaboration with yourself can be?

I know! What I meant by that was I’m not going to work with like every fucking company… Like everybody in New York that I know… (Glltn: “Wants to work with you?”)… Yeah exactly! So I think I went through that year of like, “OK…” And it’s not like I’m married to Nike but you know, I have my relationship with them, and I’m always going to have something happening with them, whether it’s the Lance Armstrong project now that I’m part of so maybe we’re going to have things coming, or future shoes… Hopefully next year I’m going to come back to Le Tour de France and be part of that again. So yeah, what happened is that I got to saturated out there with too many different things and I mean, yeah, I guess everyone feels like “Oh we do a project with Futura, it will be OK!”. Usually those things were always kind of limited anyway so it’s just like it’s too easy you know. But in the end, I don’t really benefit from that thing, you know what I mean? I’m more like hooking up somebody. So it’s like ok, stop, stop.

You have a very strong relation with bike culture. You were a messenger in New York, you have been following Le Tour de France since the 80’s. You even worked on the Look Ma No Brakes event organised by Colnago with your good friend Stash. Do you still have the same passion about bikes today?

I mean you know, I love my bike! I have a road bike of course also, but I don’t bring it up so much, but yeah, I love the fixed! It’s just that easy sort of… the operation is still the easiest, so I love the facility. It’s just like “yeah, come on, let’s go!” But I used to be so aggressive, I used to be so like so hardcore… (Glltn: “The Superman Syndrome?”)… Yeah, like “Oh my God, get out of my way!” And now I’m more like really “tranquilo”. It’s like everybody’s jetting, I’m in the back, not trying to win now…

What about the Pointman, one of your most iconic figure? You said it was time to let him rest but it’s still popping here and there?

It is! In Germany, what I was trying to do was… and it’s so funny because people were like “Oh my God, a Pointman!!!” No, no, it’s not, it’s like there’s not one Pointman in there. It’s funny how people gravitate to him and it has become this symbol of my work… He’s awesome but if I wanted to sketch some other things, I could probably do it so, I don’t focus on him anymore, it’s not like “Oh my God!” And the reality is that I never really, really… I mean I wasn’t like in love with that guy anyway, so you know, it’s like, people always go “Pointman! Pointman!” But now I’m trying to like just slowly let this thing… you know, it’s like drugs: you can’t just quit immediately, you have to slowly get off. But yeah I want to get off this drug, I do.

Part of your success comes from your longevity. You said with time, artists get trapped in their own work and can eventually become victims to it. Do you have the feeling that’s happening to you?

Hmmm I don’t think so because I understand this idea. My elements, my icons, my comics, all of these things… to make an association to something that exists… I mean I feel like I can still create art without using all of these things that represent me. The only problem is people will say “Oh but what about Pointman? What about your atomic?” So it’s difficult to get people to kind of accept a new style, but I think I will always find something new… I hope…

Your brand Futura Laboratories is extremely successful in Japan and is considerably growing internationally. What part do you play in the brand? Do you make all the designs?

I submit all of the Futura content, whatever it’s like: my work, a lot of graphic ideas that I’m generating. We also have designers, we have artists working for the company. Everything is approved by me. But for the most part, as far as specifically, like: “we’re going to make a belt, we’re going to make a bag , etc.” No, I allow the company to make those decisions based on whatever the popularity of an item is, what’s so special to them. But one thing about FL I’m really happy about, and I love my guys there, they work really hard for the brand, is doing great collaborations. We’ve done some with Clarks, with Descente, in the past we had a program with North Face, so we’ve done some cool collaborations. Some being sold exclusively for Japan or whatever… So I’m doing the brand out of Japan but I’m not trying to make it a really international brand because then it’s going to become too big for me to kind of control, and we’re doing well so… We’re a small company, we’re in Fukuoka, you know, we’re not in Tokyo. So the development of the company, well for 4 years now…hmmm 5 years, it’s going very well, you know, gradual, very gradual.

You are a Flickr heavy user and you share your pictures on a daily basis. Has this new medium strengthen your relation with your fans?

It’s weird I mean… It’s funny because it’s the only place… I’m not on social networks: I’m not on Facebook, Myspace, Twitter, I can’t do all of that but through the last 10 years, I’ve been putting photos on the web, whether it’s on Recon, 5th Dimension, you know, whatever my mystery of online presence: “Oh Futura is there!”, “Oh he’s putting photos here!” You know, I always liked that whole idea. And so Flickr is the most amazing in that… I mean I will always answer comments, so I’m a little bit surprised that… you know I think when you get people they watch, it’s more like voyeurism than participation but I honestly want them to participate because for the moment this is where you can get me, this is where you can actually get me, you know. And if you really say something about a photo I will comment back and if you say something interesting then we could start a dialogue. It’s not like, I don’t have some people doing this shit for me, it’s ME! I’m sitting there, I’m the one! You know, everyday I’m uploading! Come to me! Flickr is interesting because, you know when I first joined I was trying to be in groups. I see how the program works, the application, but I want to change it, I don’t want it to be the way it is. I want to remake it , like my kind of version. And the thing is that groups, when you’re joining these groups, you get bullshit comments. Say something really, don’t say “Great capture!”. There are always clichés like “Great photo!”, “Awesome light!”, blablabla. It’s like, no dude, tell me a story! Engage me so that we can have the feeling that… So I want it to become more like that, like this is the secret place where if you know about me and you think you know about me… you can almost pretend to really know me by having this thing with me. So I think it’s intimidating, mostly I understand. My son is telling me “Dad, you’re giving them way too much! They can’t deal with the content.” It’s probably true but we’ll see… I like the medium. I’m trying to make my son to design something that looks like Flickr, but it’s not Flickr and it’s not Flickriver either. We want to make a Black Flickr! So there’s one kid we know, he can do it, this guy is amazing, a programmer, so we’re kind of working on that. We want to do our own version! And maybe even make it like our own social network; we want to create our own social network! We’ll see, it’s kind of in development right now, but that would be fun, yeah!

Are you still working with your son Timothy mcGuire? What are your projects together?

Yeah, of course I mentioned we have some Nike stuff coming out and he’s going to help me with some support images. He’s working with me obviously, but at the same time, things we do we don’t like to… you know, we don’t want people just to think “Oh yeah, your father…”, you know what I mean? It’s a bad position for him… (Glltn: “Who cares what people think?”) … Of course, of course, but we care and he cares. It’s funny because… I’m sure you know about Tabatha (Glltn: “Yes, your daughter!”). Well, you can meet Timothy, talk for one hour, he would never mention me, it would never be mentioned. Tabatha, you could talk for one hour… within one minute she would say it: “Oh you know who my father is, right?”, this kind of thing. So it’s weird how they both are and it’s something we discussed when we were growing up. It’s going to be more difficult for the boy. Different personalities… But like I said, I’ve always told my son: “Dude, you’re not gonna get a fair break…”, you know what I mean? “They’re gonna be rough on you…” So we have to make sure what he’s doing is kind of disconnected. I don’t want people thinking it’s because of me. But anyway, he went to Japan, he lived there four years, came back and he learnt the language. I mean I love Timothy, I think he’s very talented.

How did you hook up with Jakuan of 360 Toys Group and how was the process of making the Nosferatu?

Jakuan! I love Jakuan! Jakuan, we go back many years, I’ve known Jak for a long time, after all of the Pointman toys, the Unkle version, Nigo, all of this kind of stuff… I wanted to have more control over making a toy and Jak was sculpting and doing his own stuffs. He did something for Warhol, he had a toy store… But in the end, I think we made too many. No, I know the problem, there was a huge problem with the original delivery. You know how they do: you sell a certain numbers, you receive an advance, you say this is the day we’re going to deliver… and we got delayed more than 3 months from when we promised delivery. And all of this stuff was handled by Jakuan so the realisation of this thing never really worked: the timing was wrong, the cadence was wrong, it was just wrong. And the money was kind of not handled right and in the end it was not a good project. The toy was awesome, I loved it, but the business of that project was horrible! As a result he’s over there, I’m over here, you know what I mean? But it’s totally cool. It’s just unfortunate.

Would you like to do a new 3D rendition of your work? Any sculpture?

No, no… no! I mean, the Nosferatu was the Kiss of Death, (interesting choice of words). That was it. I’m not Kaws. I’m not somebody that wants to manufacture toys. Like, it was totally cool in the beginning. The first toy was kind of interesting but then I don’t know… We sort of started eating that whole thing… I don’t know, I don’t want to do that. What I’d like to do is a sculpture, you know what I mean? I don’t want to do a toy, I want to do like a fucking big sculpture. So the idea of creating an image in third dimension, yeah! But not a commercial project, you know. An art piece at that point.

One of your dream collaboration was working with Apple, Sony, or BMW. Will that happen some day?

Sony… Take Sony away! Off my list. I’m very angry with Sony! Apple is like hmmm… I mean I’ve said these things because I’ve invested so much money in the products, you know what I mean? At that point, I don’t want free shits, I’m not looking for anything free, I’m already giving you guys like crazy money! You owe me a small project! Give me a project! Sony, no, goodbye, over. Apple, like yeah, whatever. And BMW, yeah man, what the fuck? What are you waiting for?

Can you tell us a bit about your future projects for the months to come?

I kind of mentioned the Sweden event, it’s my next immediate thing. We’re working on a book right now, but not a Futura book. A book about all those baseball games that I went to. Last year and this year, I went on a crazy mission and I just finished like, last week! But I’ve been to every stadium so now I have like an arcade of work, a lot of stuff. I’ve been organizing the book, I’m working on the book right now. Hopefully next summer, I’ll get it together. I’m designing it and Timothy will do the layout for me. I’m going to do this book as Lenny McGuire, using my real name and not Futura because what I will hopefully do is find an audience for that content, not for me. I mean, once it’s out there, everyone will find out, but it won’t be Futura on the book anyway. So that’s exciting because it’s a kind of project outside of my world and I’m very passionate about that, I love baseball clubs. It’s almost like, even though I did this trip in the last 15 months, the whole idea of that is a lifelong dream, since I was a child, the idea that you could do that, you know. And not only did I do it but I got so many, so it’s even more crazy for me. Now that I’m seeing the entire collection, I’m like “Man, I did it!” I’m very proud of that. It was a big project. And if anybody likes baseball… then BOOM, you know, it’s perfect! So I’m going to try to use Nike to help me also to do the bridge to make it more baseball. I want to find a way to present my book to them. But I’m figuring right now: do I want to do this myself? My own distribution? We will work out the idea. That’s something I’m interested about. I’m making The Tour next year if possible. You know, Lance is coming back, he’s got a new team: RadioShack, a huge American team. No more Astana. Contador went with Garmin! Contador went with the enemy! So Contador is really like gnarrr… So this should be fun you know and hopefully, perhaps, I will get a visit with Mr Parker! (Glltn: “Helicopter rides?”)… Maybe! I’m not sure, maybe!

How long are you staying in Paris and what do you plan to do here ?

Well the only thing I really want to do, tomorrow morning, I’m going to Notre Dame, just because I want the Gargoyle photo, I need that shot. That’s like an early call. There are some like touristic things, there’s a few shops I want, the Eiffel Tower at night, I’m going to have to go tomorrow at night, you know, the hourly craziness, I need that. You know, I’m a tourist, really, I’m doing touristic things.

Thanks to Patrick Lerouge for his kindness and his precious help.
© Guillotine – www.glltn.com – November 2009

FUTURA 2000 INTERVIEW

Pour diverses raisons, la France signifie beaucoup pour toi. Qu’est ce qui te rattache tant à notre pays?

Pour commencer, ma femme est française. Je viens à Paris depuis ma première exposition en 1981 et je suis toujours très excité à chaque fois que j’ai l’occasion de revenir. J’étais là il y a à peine 5 semaines pour l’exposition d’Agnès B. (voir ici) et je suis déjà de retour.

Agnès B. a joué un rôle fondamental dans ton retour sur le devant de la scène artistique dans les années 90, lorsqu’elle acheta plusieurs de tes toiles, te permettant notamment d’acquérir un nouveau studio à New York. Est-ce que tu peux nous raconter comment ça s’est passé et quelle est ta relation avec elle aujourd’hui?

Agnès a toujours soutenu le street art, tout ce mouvement créatif et j’ai eu beaucoup de chance de la rencontrer à la fin des années 80. Effectivement, elle m’a énormément aidé en investissant dans mes œuvres, ce qui m’a permis de continuer de peindre. À cette période de ma vie, je n’étais pas entièrement focalisé sur l’art et c’est elle qui m’a aidé à continuer dans cette voie. Elle m’a aidé avec le studio et m’a rendu la vie plus facile à Paris. Je l’ai vu à son exposition il y a quelques semaines et notre relation est incroyable. C’est une personne tellement magnifique et je suis très reconnaissant de son soutien. Si Agnès n’était pas là, beaucoup de choses qui se passent actuellement à Paris dans ce mouvement n’auraient pas lieu. Et cela vient de son cœur, c’est un amour vrai et c’est rare… c’est très rare.

Tu as présenté de nombreuses nouvelles œuvres l’année dernière lors de ton exposition Strategic Synchronicity à Los Angeles (voir ici) et ce fut un énorme succès. Cela t’a t-il surpris et prévois-tu d’autres expositions solo dans d’autres villes?

C’est vrai que j’ai été surpris ! On avait toutes ces œuvres réalisées spécialement pour cette exposition, une sorte de pop-up show, et la réaction du public fut incroyable. Avec le collectif Krunk qui travaillait sur le projet, nous avons également fait un petit quelque chose à Dubaï (voir ici), une sorte d’épisode deux de notre collaboration. Nous avons récemment eu quelques différents, qu’importe la raison, et c’est très cruel. J’ai aussi exposé en Allemagne (voir ici). C’était comme une sorte de version miniature du pop-up show, mais c’était des amis à moi de Berlin, ils avaient cet espace et c’était très facile. En décembre prochain, je vais faire quelque chose à Stockholm, dans la même veine qu’en Allemagne si ce n’est que tout sera entièrement nouveau. Berlin était davantage la continuation des travaux présentés à L.A. et Dubaï, avec quelques nouvelles œuvres. Maintenant, on va progresser, faire de nouvelles toiles, de nouveaux dessins. Ce sera similaire du fait que cela aura lieu dans un espace hors galerie. J’y présenterai aussi pour la première fois quelques unes de mes photographies, ce que j’avais envie de faire depuis un long moment. Je vais créer des boîtes rétro éclairées pour présenter les photos et les rendre un peu plus agressives. C’est passionnant! Mais pour en revenir à mes futures expositions, je n’ai rien de vraiment prévu à grande échelle, j’aime le concept du pop-up show. C’est assez intéressant car tu peux plus ou moins créer les œuvres pour l’exposition et c’est exactement ce que je veux faire. Je ne veux pas enchainer les expositions avec les mêmes toiles…

Tu as dis a plusieurs reprises que tu t’étais senti manipulé et exploité par le monde de la galerie dans les années 80. Comment la situation a t-elle évolué aujourd’hui?

D’un point de vue économique, c’est toujours le même concept : 50/50. Le problème, c’est qu’à cette époque, je pensais : “Je suis manipulé!”. Qu’importe, je n’étais pas entièrement d’accord avec ça, bon… Aujourd’hui, je suis davantage dans une position où, par exemple, si quelqu’un va produire une exposition pour moi, on peut discuter de l’aspect financier, ce n’est pas d’avance gravé dans la pierre. Ils diront probablement : “Pour votre participation, vous obtiendrez 40%”. Si je parviens à changer cette dynamique, car maintenant je fais une exposition d’art, mais je ne suis pas dans le monde de l’Art, alors ça signifie que je peux quelque peu changer certaines règles du jeu. Le lieu est désormais moins important que les œuvres elles-mêmes. Ce n’est pas une formule pour l’avenir, je n’ai pas décidé d’éliminer la Galerie, pas du tout. C’est juste une question de timing et de ce qui se passait à ce moment là. C’était mon sentiment il y a 25 ans. Aujourd’hui, si j’avais une véritable galerie qui souhaitait me représenter d’une manière quelconque, j’étudierai cette possibilité, mais on verra… le futur est… étrange.

Tu as commencé à écrire ton nom et à faire du graffiti car tu avais un réel désir de communiquer. Quelles sont tes motivations 40 ans plus tard?

Je veux toujours communiquer, vraiment! C’est juste qu’aujourd’hui, cela ne se produit plus de la même façon. Aujourd’hui ça se passe en ligne. Ce que j’essaie de faire avec mon Flickr, mon propre site, qui d’ailleurs n’a rien de spécial, c’est de partager mon expérience personnelle, qui d’après moi est tout aussi intéressante que mon œuvre, peut-être même plus intéressante en fait. Il est plus facile de communiquer aujourd’hui que ça l’a été par le passé avec un marqueur et une bombe ; ça n’est plus uniquement limité à l’écriture sur les murs. Chacun communique à sa façon. Certains à travers leurs sens de la mode, quelques-uns écrivent, d’autres prennent des photos. J’essaye de créer un support créatif. Pour le moment, je suis profondément dans une période de photographie.

Tu as été témoin d’une impressionnante évolution du graffiti depuis tes débuts dans les années 70. Que penses-tu de la scène actuelle?

Il y a peu de choses qui se produisent dans la rue en ce moment. L’une d’entre elles est cette sorte de scène push it, avec de nouvelles personnes qui arrivent dans la rue où ils créent leurs œuvres. C’est ce que j’appellerais le véritable street art, avec quelqu’un comme BLU par exemple, une sorte de style muraliste. Et puis, il y a aussi C215, c’est devenu une communauté centralisée avec de nombreux autres personnages. Ça devient comme dans Back in the Days au commencement avec les taggers. Il y a donc deux mondes maintenant. Dans le passé, on avait le Très Bon et le Très Mauvais. Je m’intéresse moins au street art qu’auparavant. Mais dans celui que je peux observer, l’énergie de toute la ville est transformée par ces artistes. Il y a plus de street art aujourd’hui que jamais! Même quand il n’y avait que des graffeurs, ces artistes n’avaient pas en tête “Hey, peut-être que je peux créer quelque chose de nouveau en utilisant l’espace publique!”. Donc oui, je soutiens les magnifiques muralistes et les vandales qui utilisent le scratching par exemple.

Tu as dis par le passé que ton inspiration provenait de ton humeur… A quel point le climat international actuel influence t-il ton humeur et cela se reflète t-il dans ton œuvre?

À mon avis, rien ne se reflète dans mon travail. Ce sont juste des expériences personnelles. Dans le graphisme et dans une certaine imagerie, on peut effectivement faire une association avec quelque chose de politique ou quelque chose qui se passe à un moment donné. Je ne suis pas vraiment ce genre de personne. Je suis beaucoup plus positif que par le passé. Vers le milieu de la décennie, j’étais très déprimé en pensant au monde. J’étais déprimé au début de la décennie à propos d’autres choses, de mauvaises choses. Mais quoi qu’il en soit, je suis optimiste. Je continue de penser que le moment du changement est venu et nous avons Obama, alors je suis très heureux.

Il y a peu, tu as dis que les collaborations allaient passer au second plan et ce pour un certain temps. Est-ce que c’est quelque chose que tu souhaites vraiment mettre de côté quand on sait à quel point une collaboration avec Futura peut être un succès?

Je sais! Ce que je voulais dire par là, c’est que je ne vais pas travailler avec chaque putain de marque… À New York, tous les gens que je connais… (Glltn : “Veulent travailler avec toi?”)… Oui, exactement! Je pense que j’ai traversé une année où j’ai pensé “Ça suffit!”. Et ce n’est pas comme si j’étais marié à Nike, mais bon, j’ai une certaine relation avec eux et il se passera toujours quelque chose entre nous, que ce soit avec le projet de Lance Armstrong dont je fais partie et peut être que de nouveaux produits verront le jour, de nouvelles chaussures… Si tout ce passe comme prévu, j’assisterai au prochain Tour de France et ferai à nouveau partie de l’événement. Donc oui, j’ai été saturé de choses diverses, et je suppose que tout le monde pense “Oh, faisons quelque chose avec Futura, ça sera un succès!”. De toute façon, ces choses sont d’habitude toujours très limitées, c’est un peu trop facile. Mais en fin de compte, je ne profite aucunement de tout ça. Je mets plutôt quelqu’un sur le devant de la scène. Donc OK, on arrête, stop.

Tu entretiens une relation très forte avec le cyclisme. Tu as été coursier à New York, tu suis le Tour de France depuis les années 80. Tu as même participé, l’année dernière, au projet Look Ma No Brakes organisé par Colnago, avec ton ami de toujours, Stash. As-tu toujours autant de passion pour le vélo aujourd’hui?

Oui, j’adore mon vélo! J’ai aussi un vélo de route, même si je ne m’en sers pas fréquemment, mais oui, j’adore le fixed! Le fonctionnement est la chose la plus simple qui existe, j’aime cette facilité. Il suffit de dire : “Allez on y va, c’est parti!”. Mais j’avais l’habitude d’être tellement agressif, j’étais si hardcore (glltn : “Le syndrome de Superman?”) Oui, “Oh mon dieu, dégage de mon chemin!”. Et maintenant, je suis beaucoup plus tranquilo. Tout le monde trace et moi je reste derrière, je n’essaye plus de gagner maintenant…

Qu’en est-il du Pointman, l’un de tes personnages les plus emblématiques? Tu as récemment laissé entendre que le moment était venu de le laisser se reposer un peu. Mais pourtant, il continue d’apparaître ci et là?

C’est vrai! C’est amusant car en Allemagne les gens disaient “Oh mon dieu, un Pointman!”. Non, non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas un seul Pointman ici! C’est amusant comme les gens gravitent autour de lui et c’est devenu le symbole de mon œuvre. Il est génial mais si je voulais dessiner d’autres choses, je pourrais probablement le faire. Mon attention ne se porte plus sur lui à présent. En réalité, je n’ai jamais été vraiment, vraiment amoureux de ce personnage! Les gens disent toujours “Pointman, Pointman!”. Mais maintenant j’essaye de me séparer de cette chose. C’est comme la drogue : on ne peux pas arrêter immédiatement, ca prend du temps. Mais oui, je veux arrêter cette drogue, sincèrement.

Ta longévité est à l’origine d’une partie de ton succès. Dans le passé, tu as dit qu’avec le temps, les artistes ont tendance à se renfermer dans leur œuvre et qu’ils peuvent même en devenir les victimes. As-tu la sensation que c’est quelque chose qui pourrait t’arriver?

Hmmm, je ne pense pas car je comprends ce concept. Mes éléments, mes icônes, mes personnages, toutes ces choses… les associer à quelque chose d’existant… J’ai l’impression que je peux encore créer de l’art sans pour autant utiliser toutes ces choses qui me représentent. Le seul problème c’est que les gens diront : “Où est ton Pointman? Où sont tes atomes?”. Donc c’est difficile de faire accepter un nouveau style aux gens, mais je pense que je trouverai toujours quelque chose de nouveau… J’espère…

Ta marque de vêtements Futura Laboratories connait un énorme succès au Japon et la notoriété du label est maintenant internationale. Quel rôle joues-tu dans la marque? Est-ce que tu produis tous les designs?

Je soumets tous les contenus Futura, peu importe de quoi il s’agisse, mes œuvres, beaucoup de concepts graphiques, etc. On a aussi des designers, des artistes qui travaillent pour la marque. C’est moi qui approuve tout. Mais pour des choses plus spécifiques, du style “faisons cette ceinture, faisons ce sac, etc”, non, j’autorise la marque a prendre ces décisions en fonction de la popularité d’un article, s’il est spécial, etc. Mais l’une des choses que j’adore avec FL – et j’adore les mecs là-bas, ils travaillent très dur pour la marque – ce sont nos collaborations. On en a fait avec Clarks, avec Descente, on a eu un programme avec North Face dans le passé… On a vraiment fait des collaborations très cool! Quelques-unes étaient exclusives au Japon… Je développe la marque depuis le Japon, mais je n’essaye pas d’en faire un véritable label international car cela deviendrait trop gros pour que je puisse le contrôler. Et pour l’instant ça fonctionne bien… Nous sommes une petite entreprise, on se trouve à Fukuoka, nous ne sommes pas à Tokyo. Donc, concernant le développement de la marque, eh bien ces 4 dernières années, non 5, ça se passe très bien, petit à petit, c’est très graduel.

Tu es un gros utilisateur de Flickr où tu partages des photos quotidiennement. Ce nouveau support t’a t-il permis de resserrer les liens avec tes fans?

C’est étrange et amusant à la fois car c’est l’unique endroit… Je ne suis pas sur les réseaux sociaux comme Facebook, Myspace ou Twitter. Je ne peux pas m’occuper de tout ça. Mais durant ces 10 dernières années, j’ai mis des photos sur le web, que ce soit sur Recon, 5th Dimension, il y a en quelque sorte un mystère autour de ma présence en ligne : “Oh, Futura est là !”, “Oh, il met des photos ici!”. J’ai toujours aimé cette idée. Et donc, Flickr est le plus étonnant dans le sens où… Je répondrai toujours aux commentaires, donc je suis un peu surpris que la plus part des gens ne fassent qu’observer, c’est davantage une sorte de voyeurisme qu’une réelle participation. Mais honnêtement, je souhaite qu’ils participent car pour le moment, c’est le seul endroit où l’on peut me parler, je suis vraiment joignable là-bas. Si une personne dit vraiment quelque chose sur l’une de mes photos, je lui répondrai. Si tu dis quelque chose d’intéressant, alors on pourrait même commencer une discussion. Ce n’est pas comme si j’avais des gens qui faisaient tout ça pour moi, c’est MOI! C’est moi qui suis assis là, uniquement moi. J’upload des photos tous les jours! Venez me parler. Flickr est intéressant car, quand j’ai commencé, j’essayais de faire partie de certains groupes. Je comprends comment le programme fonctionne, l’application, mais je veux le modifier, je ne veux pas que ça reste comme c’est actuellement. Je veux le refaire, ma propre version. Et quand tu rentres dans ces groupes, tu reçois des commentaires débiles. Dites quelque chose! Ne dites pas juste “Superbe image!” Il y a toujours des clichés comme “Superbe photo!”, “La lumière est fantastique!” blablabla… Non mec, raconte moi une histoire! Déclenche quelque-chose… Donc je veux le faire évoluer dans ce sens, que ça soit l’endroit secret où tu puisses me connaître, ou croire que tu me connaisses… tu peux presque prétendre me connaître en partageant tout ça avec moi. Mais je pense que c’est intimidant et je le comprends. Mon fils me dit “Papa, tu leur en donnes beaucoup trop, ils n’arrivent pas à suivre!”. C’est probablement vrai, mais on verra. J’aime le support. J’essaye de faire en sorte que mon fils conçoive quelque chose qui ressemble à Flickr, mais qui ne soit ni Flickr, ni Flickriver. On veut faire un Black Flickr! On connaît un jeune, un programmeur de talent, il peut le faire! Donc on bosse sur ça. On veut faire notre propre version! Peut-être même que ça pourrait devenir notre propre réseau social; on veut créer notre propre réseau social ! Nous verrons bien, c’est en développement pour le moment, mais ça serait amusant, oui!

Travailles-tu encore avec ton fils Timothy McGuire? Avez-vous des projets en commun?

Oui, bien sur, j’ai parlé de mes futurs projets avec Nike et il va m’aider avec des images. Il travaille avec moi de toute évidence, mais en même temps on aime pas que notre travail… on ne veut pas que les gens pensent : “Ah oui, ton père…”. C’est une mauvaise position pour lui… (Glltn : “Peu importe ce que pensent les gens?”) … Bien sur, bien sur, mais ca nous importe, et ça l’importe. C’est amusant parce que… Je suis sur que vous connaissez Tabatha? (Glltn : “Oui, ta fille.”) Vous pouvez rencontrer Timothy, parler pendant une heure, il ne parlera jamais de moi. Avec Tabatha, vous pouvez parler avec elle pendant une heure… en moins d’une minute elle vous dira “Tu sais qui est mon père, pas vrai?”, ce genre de choses. C’est assez étrange et c’est quelque chose dont on a beaucoup parlé en grandissant. Ça va être plus difficile pour le garçon. Des personnalités différentes… J’ai toujours dit à mon fils : “Tu ne vas pas recevoir un traitement de faveur, ils vont être durs avec toi…”. On doit donc être certain que ce qu’il fait est en quelque sorte déconnecté. Je ne veux pas que les gens pensent que c’est grâce à moi. Mais quoi qu’il en soit, il est allé au Japon, il y a habité 4 ans et est revenu en parlant japonais. J’aime Timothy, je pense qu’il a énormément de talent.

Comment as-tu rencontré Jakuan de 360 Toys Group et peux-tu nous décrire le processus de fabrication du Nosferatu?

Jakuan! J’adore Jakuan! Cela remonte à de nombreuses années, je le connais depuis un long moment, après tous les toys Pointman, les version Unkle, Nigo et tout ça. Je voulais avoir plus de contrôle sur la production d’un toy et Jak faisait de la sculpture et d’autres trucs. Il a fait quelque chose pour Warhol, il avait aussi une boutique de toys… Mais au final, je pense qu’on en a trop produit. Non, je sais ce qui n’a pas marché: il y a eu un énorme problème avec les délais de livraison. Vous savez comment ça fonctionne…. Vous vendez un certain nombre, vous recevez certains exemplaires en avance, vous donnez une date de livraison aux gens… et on a finalement eu un retard de plus de 3 mois par rapport à la date qu’on avait promis! Et tout ça était géré par Jakuan, donc la réalisation globale n’a pas vraiment fonctionné : le timing n’était pas bon, le rythme non plus, rien n’allait comme il faut. L’argent n’avait pas été bien géré non plus et au final ce ne fût pas un bon projet. Le toy était incroyable, je l’adore, mais toute la partie business du projet fût un désastre! Maintenant il est là-bas, je suis ici… Mais ça reste cool entre nous, on a juste manqué de chance.

Aimerais-tu réaliser une nouvelle version 3D de ton travail? Peut-être une sculpture?

Non, non…non! Le Nosferatu fût le Baiser de la Mort (intéressant jeu de mot). Ça m’a suffit. Je ne suis pas Kaws. Je ne suis pas quelqu’un qui veut fabriquer des toys. C’était vraiment cool au commencement. Les premiers toys étaient assez intéressants, mais maintenant je ne sais pas… Le mouvement s’est un peu fait dévorer… Je ne veux pas faire ça. Ce que j’aimerai faire par contre, c’est une sculpture! Je ne veux pas faire un toy, je veux faire une putain de sculpture énorme! J’aime l’idée de créer une image en trois dimensions, oui! Mais pas un projet commercial, plutôt une œuvre d’art.

L’une de tes collaborations rêvées était de travailler avec Apple, Sony ou BMW. Cela finira t-il par se faire?

Sony… On laisse tomber Sony! Ce n’est plus dans ma liste. Je suis très faché avec Sony. Apple hmmm oui… J’ai parlé de cette liste car j’ai investi tellement d’argent dans leurs produits ! J’en suis arrivé à un point où je ne veux plus qu’on me donne des produits gratuits, je vous donne déjà tellement d’argent, c’est dingue! Vous me devez bien un petit projet! Donnez-moi un projet! Sony, non, au-revoir, terminé. Apple, oui pourquoi pas. Et BMW, oui, qu’est ce qu’il se passe, bordel? Qu’est-ce que vous attendez?

Peux-tu nous en dire plus sur tes projets dans les mois à venir?

J’ai déjà mentionné ma future exposition en Suède, c’est mon prochain projet. On travaille actuellement sur un livre, mais pas un livre sur Futura. Un livre sur tous ces matchs de baseball auxquels je me suis rendu. L’an passé et cette année, j’ai réalisé cette incroyable mission et je viens juste de terminer, la semaine dernière! Je suis allé dans tous les stades aux Etats-Unis et j’ai maintenant une collection impressionnante de clichés. J’ai commencé à organiser le livre, j’y travaille en ce moment même. Avec un peu de chance je pourrai le terminer pour l’été prochain. C’est moi qui réalise le design du livre et Timothy gère la configuration de l’emplacement des photos. Je vais sortir ce livre sous le nom de Lenny McGuire, mon vrai nom, et non Futura car j’espère pouvoir trouver un public pour le contenu de ce bouquin. Une fois qu’il sera sorti, les gens se rendront compte que c’est moi, mais quoi qu’il en soit, il n’y aura pas la mention Futura sur le livre. C’est excitant car c’est un projet totalement différent de ce que je fais d’habitude et c’est quelque chose qui me passionne, j’adore les clubs de baseball. Même si j’ai réalisé ce projet durant les 15 derniers mois, l’idée de pouvoir faire ça est l’un de mes plus vieux rêves, depuis que je suis gamin. Je suis allé à tellement de matchs que c’est quelque chose de dingue pour moi. Maintenant que je regarde toute cette collection de photos, je me dis “Je l’ai fait!” J’en suis très fier. C’était un gros projet. Et si quelqu’un aime le baseball… alors BOUM, c’est vraiment parfait! Je vais essayer de faire en sorte que Nike puisse m’aider pour lier tout ça encore davantage au monde du baseball. Je veux trouver un moyen de présenter le livre aux fans. Mais je suis encore entrain de penser à quelques points: est-ce que je veux m’occuper de tout moi-même? Faire ma propre distribution? On va voir. C’est quelque chose qui m’intéresse. Je vais sans doute aller sur Le Tour de France l’année prochaine. Lance revient avec une nouvelle équipe : RadioShack, une énorme équipe américaine. C’est fini avec Astana. Contador a signé avec Garmin! Il est parti avec l’ennemi! Contador est vraiment excité… Donc ca devrait être drôle et avec un peu de chance, je ferai peut-être une visite avec Mr Parker! (Glltn : “Un tour en hélicoptère?”) … Peut-être, je ne sais pas… peut-être!

Qu’as-tu envie de faire lors de ton séjour à Paris?

La seule chose que je veux vraiment faire, demain matin, c’est aller à Notre Dame, car j’ai vraiment besoin de la photo de la Gargouille. C’est presque un besoin urgent. Je vais aussi faire quelques visites touristiques, je veux aller voir quelques boutiques, la Tour Eiffel pendant la nuit. J’irais demain soir pour voir son illumination. Il faut que je le photographie. Je suis un touriste, je fais des trucs de touristes.

Merci à Patrick Lerouge pour sa gentillesse et son aide précieuse.
© Guillotine – www.glltn.com – novembre 2009