GERHARD RICHTER – ABSTRACTION

Les œuvres abstraites de Gerhard Richter font l’objet de ce nouvel ouvrage, Abstraction, publié par les éditions britanniques Prestel, et qui rassemble quatre-vingts œuvres provenant de collections du monde entier. Cette publication, qui accompagne l’exposition Abstraction au Musée Barberini de Potsdam (du 30 juin au 21 octobre 2018), est la première à se pencher uniquement sur les approches et méthodes abstraites contenues dans l’œuvre de l’artiste peintre allemand. Au début des années 1960, Richter commence à remettre en question la peinture, une démarche qu’il poursuit encore actuellement. Dans les années 1970, il répond au rejet de la peinture en créant une série d’œuvres monochromes grises. De plus, il considère alors la couleur grise comme un moyen d’aborder des thèmes politiques sans les représenter d’une manière idéaliste. Dans sa série Inpainting qu’il réalise durant les années 1970, Richter fait de ses coups de pinceau et de l’application de la peinture, le sujet principal de son œuvre. Dans d’autres séries, il photographie de petits détails de sa palette et les  transfère sur de grandes toiles, d’une manière photoréaliste. Dans ses nuanciers, il soumet la peinture à un traitement subjectif en laissant la disposition des différentes couleurs au hasard. Depuis 1976, Richter a créé une série d’œuvres abstraites en appliquant la peinture au pinceau, au grattoir et au couteau à palette, en alternant entre prises de décisions conscientes et processus de travail aléatoires. “Quand je peins un tableau abstrait, explique Gerhard Richter, je ne sais ni avant, ni pendant, à quoi il ressemblera, où je vais et ce dont j’ai besoin pour y parvenir. De ce fait, peindre est une démarche presque aveugle et désespérée qui ressemble à celle d’un être désemparé livré à un univers inintelligible, à la situation de celui qui possède tous les outils, matériaux et capacités nécessaires, désire ardemment construire une chose sensée et utile qui ne saurait être ni une maison, ni une chaise ou autre objet définissable et se mettrait subitement à travailler dans le vague espoir qu’en mettant toutes ses compétences en œuvre, il finira par obtenir un résultat juste et sensé”. Le livre de 240 pages, avec de nombreuses contributions (Hubertus Butin, Dietmar Elger, Valerie Hortolani, Matthias Kruger, Ortrud Westheider, Armin Zweite), est maintenant disponible dans les meilleures librairies, ainsi que sur Amazon.com.