Category Archives: Art

MARTIN CHAMBI – FOTOGRAFIA

Les éditions espagnoles Editorial RM publient Fotografía, le nouveau livre du photographe Martín Chambi. D’origine indigène, celui-ci a consacré une grande partie de sa vie à photographier les Andes péruviennes, se réappropriant le passé préhispanique à travers les images des ruines incas et les portraits de la vie des communautés andines au début du XXe siècle. Chambi apporte une nouvelle perspective à la photographie locale de l’époque, en proposant un regard unificateur sur le Pérou et sur le discours indigène émergent qui commençait à s’imposer sur ce territoire. Onze ans après que Hiram Bingham a photographié la citadelle inca Machu Picchu pour un reportage exclusif du National Geographic, Martín Chambi l’a photographiée à travers son propre objectif. Après cette expérience, son travail est entré dans une phase différente, dans laquelle la gestion de la lumière, de la forme, de l’espace et de la texture évolue vers des angles singuliers et une esthétique très personnelle, faisant de lui un emblème de la photographie documentaire contemporaine au Pérou et en Amérique latine. Les photographies de Chambi constituent pour l’observateur contemporain une captivante source de documents à caractère anthropologique, sociologique et historique sur le Pérou des années 20 et 30. cependant, l’intérêt de son travail ne se résume pas à la simple curiosité pittoresque. ses images décrivent avant tout le parcours sensible d’un photographe qui, du bout du monde et loin de l’effervescence artistique de l’occident, sut constituer une oeuvre singulière qui le place à l’égal des plus grands photographes du XXe siècle. L’ouvrage de 194 pages est maintenant disponible en version espagnole ou anglaise sur la boutique en ligne des éditions Editorial RM.

Continue reading

IOANNA SAKELLARAKI – THE TRUTH IS IN THE SOIL

Inspirée par le chant des lamentations dans la Grèce antique, Ioanna Sakellaraki a vécu pendant près de cinq ans auprès des dernières communautés de pleureuses traditionnelles de la péninsule du Magne afin de saisir des traces du deuil et du chagrin. Considérée comme un art, la “moirologia” (chants du destin) remonte aux chœurs des tragédies grecques et, au fil des siècles, elle est devenue une profession réservée aux femmes. Aujourd’hui vivent là certaines des dernières pleureuses professionnelles grecques. Son projet The Truth is in the Soil , aujourd’hui publié par les éditions britanniques GOST Books, répond à une réflexion personnelle autour du deuil impossible de son père et de sa propre construction dans sa culture et sa famille. En rapprochant son expérience personnelle des performances dramatiques des pleureuses, elle étudie la subjectivité spirituelle des rites funéraires grecs. Ces images aux supports originaux sont un ensemble de transition entre l’état de chagrin et l’état de libération vis-à-vis de la mort. La jeune photographe explique: “Dans ce projet, la mort elle-même devient l’espace, les silhouettes de femmes en deuil se transforment en paysages, des figures informes, obéissant à leurs propres lois. D’une certaine manière, ce processus m’a aidé à me distancer du concret, du présent. La Grèce est une source d’inspiration constante pour moi, mais la façon dont je la représente est imaginaire. J’aime l’idée que notre terre natale existe en dehors de notre mémoire, qu’elle rejaillit lorsqu’on s’y rend, comme un cycle infini.” Ce superbe ouvrage de 112 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions GOST Books.

Continue reading

MIMI PLUMB – THE GOLDEN CITY

Les éditions britanniques Stanley/Barker publient The Golden City, une série de photographies en noir et blanc réalisée à San Francisco entre 1984 et 2020 par la photographe américaine Mimi Plumb. Née à Berkeley et élevée dans la banlieue de Walnut Creek, Plumb a reçu sa maîtrise en beaux-arts du San Francisco Art Institute en 1986. Elle a enseigné la photographie aux niveaux national et régional, notamment à la School of Art Institute de Chicago, au San Francisco Art Institute, à l’Université de Stanford et à l’Université d’État de San Jose. Mimi Plumb a longtemps vécu à la périphérie de San Francisco, là où les loyers étaient bon marché. Non loin de là, au sommet de la colline, se trouvaient des couches stratifiées de calcaire avec des restes fossilisés de créatures microscopiques appelées radiolaires. Une large crevasse dans le flanc de la colline rappelait la menace toujours omniprésente d’un tremblement de terre. Warm Water Cove, le long de la baie, était un spectacle de pneus et de voitures abandonnées. Un jour, Plumb a photographié la cheminée de la centrale électrique au-dessus de la destruction par le feu de la jetée de la 25e rue. Elle a regardé les avions survoler la décharge urbaine de collines en carton. La vie de la jeune photographe était rythmée par les nuits passées à danser au Crystal Pistol dans le quartier de Mission, à écouter un groupe de polka punk à l’Oasis ou à jouer au billard au Palace Billiards. Au bal exotique/érotique, un homme oiseau et une infirmière se cachaient dans les coins. Un homme argenté au regard d’acier dans son smoking fixait Plumb derrière son masque, le flash de la caméra l’éclairant. Les journées de Plumb étaient consacrées à la visite d’écoles abandonnées et de stations-service désaffectées. Pour elle, le cliquetis magique des téléphériques de San Francisco était un monde à part, et l’idéalisme des années 1960 semblait bien loin. La ville dorée de San Francisco, dont les contours s’effilochent, témoignait du fossé grandissant entre les riches et les pauvres. Ce très bel ouvrage est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Stanley/Barker.

Continue reading

CHLOE SELLS – HOT DAMN!

De 2003 à 2005, la photographe américaine Chloe Sells travailla en tant qu’assistante personnelle du célèbre écrivain et journaliste américain Hunter D. Thompson. Hot Damn!, publié par GOST Books, rassemble les photos qu’elle a prise de la maison du journaliste, ses possessions personnelles et ses notes manuscrites. L’ouvrage capture également le paysage d’Aspen dans le Colorado. Imprimées à la main, certaines photos ont été superposées à des techniques de marbrures traditionnelles du Japon et de l’Italie et créent ainsi une balade psychédélique au cœur de la vie d’un des auteurs les plus marquants de sa génération. La série a vu le jour, entre autres, grâce à la volonté de Thompson de voir son lieu de vie documenté. Comme il le relatait à la photographe à l’époque, il s’agissait du dernier et seul pan de sa vie à ne pas avoir fait l’objet d’une histoire. Il a laissé alors à sa jeune assistante le choix d’endosser ce rôle, ce qu’elle fit peu de temps avant que l’un des plus grands écrivains de sa génération ne s’ôte la vie dans cette même maison d’Aspen. La photographe raconte: “Officiellement, j’étais une assistante personnelle. Officieusement, je faisais tout ce qui devait être fait. Un soir, Hunter m’a fait signe de m’asseoir sur sa chaise dans la cuisine et m’a dit : “Alors, vous dites que vous êtes photographe. Eh bien, Taschen publie un livre de mes photographies”, suivi d’un “Ha, Ha” moqueur. Cela ne m’a pas dérangé, Hunter était Hunter. Un moment plus tard, son visage a changé et, l’air penaud et désolé d’avoir malmené sa jeune assistante, il a commencé à expliquer que presque toute sa vie avait été documentée – à l’exception de sa maison – le foyer délabré et remarquable de la créativité qu’était Owl Farm. Il fallait l’archiver visuellement, m’a-t-il dit, et c’était à moi de le photographier si j’en avais envie”. Ce très beau livre de 184 pages, essentiel pour les fans de l’inventeur du journalisme Gonzo, est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions GOST Books.

Continue reading

LUIGI GHIRRI – PUGLIA. TRA ALBE E TRAMONTI

Géomètre de formation, Luigi Ghirri commence à photographier durant le week-end au début des années 1970, arpentant les rues, places et faubourgs de Modène, échafaudant des projets et des thématiques. Il pose sur les signes du monde extérieur un regard attentionné et affectueux en observant, sans les commenter ouvertement, les modifications apportées par l’homme au paysage et à l’habitat de sa province d’origine, l’Émilie-Romagne, baromètre d’un vernaculaire local exposé à l’avènement de nouvelles formes d’habitat, de loisirs et de publicité. «Je m’intéresse à l’architecture éphémère, à l’univers de la province, aux objets considérés comme de mauvais goût, kitsch, mais qui, pour moi, ne l’ont jamais été, aux objets chargés de désirs, de rêves, de souvenirs collectifs […] fenêtres, miroirs, étoiles, palmiers, atlas, globes, livres, musées et êtres humains vus par l’image.» Publié par les éditions britanniques Mack, Puglia. Tra albe e tramonti offre un récit brillant de la relation de Luigi Ghirri avec les Pouilles – une région particulière située au talon de l’Italie, qui a joué un rôle essentiel dans la carrière du photographe et a continué à l’inspirer tout au long de celle-ci. Une première visite en 1982 a permis à Ghirri de découvrir les rues blanchies à la chaux, les nuits lumineuses, les portes et les arches, les cactus en pot, les fêtes foraines et les plages des Pouilles, ainsi qu’un groupe d’artistes, de critiques et de conservateurs qui allaient devenir ses amis proches et ses collaborateurs. Au cours de la décennie suivante, Ghirri est retourné dans la région presque chaque année, photographiant, exposant et approfondissant sa compréhension de ce terrain subtil. Ces photographies, qui sont presque toutes peu connues et inédites, capturent les textures et les rythmes de la vie urbaine, se délectant de coïncidences visuelles et de détails tactiles. Leur sens de la découverte tranquille – et la pellicule couleur sur laquelle elles sont prises – évoque chaleureusement l’identité de la région en tant que destination de vacances populaire. Ghirri cartographie le territoire des Pouilles à travers les traces laissées par ses habitants et ses visiteurs dans des images inondées de la lumière caractéristique de l’Italie du Sud – le soleil brillant et ses ombres éloquentes, et l’aura étrange des néons et des lampadaires à la nuit tombée. Le livre de 288 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack.

Continue reading

FENG LI – GOOD NIGHT

Originaire de Chengdu dans la province du Sichuan, Feng Li exerce la photographie à la fois en tant que fonctionnaire pour le gouvernement local et comme indépendant. De fait, il gravite constamment entre l’imagerie officielle et des photos personnelles en décalage complet avec la propagande dont il est l’artisan. Les éditions chinoises Jiazazhi Press publient aujourd’hui Good Night, le deuxième ouvrage du photographe après le succès de son premier livre White Night. L’éditeur explique: “En 2017, lorsque nous avons débuté la conception du livre White Night pour Feng Li, il nous avait apporté de nombreux clichés dans notre studio. Nous avons immédiatement été frappés par ses photos en couleur. Les photos en noir et blanc avaient alors été mises de côté. Mais il nous a expliqué par la suite que le noir et blanc était le véritable point de départ de sa série White Night. Dès lors, le sens de la “nuit blanche” devint sa muse. “C’est le chemin du monde, et c’est un état d’incertitude”, dit-il. Depuis ce moment, il conserve toujours un regard instinctif et une manière directe d’immortaliser des instants sur la pellicule.” Feng Li n’a d’œil que pour le quotidien et c’est sans effort qu’il décèle les scènes les plus insolites du grand spectacle de la vie de tous les jours. Malgré la différence de couleur entre White Night et Good Night, on retrouve toujours la façon dont Feng Li voit ce monde. Pour lui, ces photos sont monochromatiques et non pas en noir et blanc au sens traditionnel du terme. À ses yeux, le noir est plus que du noir. Pour lui, ce livre est un adieu, un adieu au bon vieux temps. Le livre de 352 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Jiazazhi Press.

Continue reading

ALEC SOTH – A POUND OF PICTURES

Les photographies d’Alec Soth puisent leurs racines dans la tradition de Walker Evans, Robert Frank et Stephen Shore. Sa représentation du quotidien fait apparaître la complexité d’une société américaine construite sur des idéaux d’indépendance, de liberté, de spiritualité, et d’individualisme. Son nouvel ouvrage intitulé A Pound of Pictures, publié par les éditions britanniques Mack, est une célébration du flux de conscience du médium photographique, réunissant une nouvelle série inédite d’œuvres réalisées entre 2018 et 2021. Grand collectionneur de clichés de particuliers qu’il acquiert dans des brocantes ou sur eBay, le photographe explique: “Je rassemblais ces objets, je les regardais simplement et je réfléchissais à ce médium. Sur ce que cela signifie d’être un photographe, et sur les différentes façons dont les photographies vivent dans le monde.” Dépeignant un éventail de sujets très varié – statues bouddhistes, ornithologues ou de chercheurs de soleil, bustes d’Abe Lincoln – ce livre réfléchit au désir photographique d’épingler et de cristalliser le vécu et les expériences, en particulier lorsqu’ils sont représentés par des images imprimées. Dans cette séquence éclectique, on retrouve les présences récurrentes de l’iconographie, des souvenirs et des mémoires, et des créateurs d’images qui nous entourent au quotidien. Les photographies de Soth sont suivies de ses propres notes et réflexions dans une longue postface, formant ainsi un voyage sinueux et ruminatif. “Si les photos de ce livre parlent d’autre chose que de leurs surfaces chatoyantes, écrit-il, elles parlent du processus de leur propre création. Il s’agit de pénétrer dans un monde extatiquement spécifique et de créer un lien entre l’éphémère (la lumière, le temps) et le physique (les yeux, le film)”. Le livre de 156 pages, contenant cinq reproductions aléatoires de photographies vernaculaires insérées au hasard des pages, est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack.

Continue reading

GERRY JOHANSSON – SPANISH SUMMER

Gerry Johansson est un photographe absorbé par la quête de lieux silencieux et dépeuplés. Avec la même attention opportuniste aux rencontres improbables du regard, il arrête les instants de l’œil sur l’éphémère vision de coïncidences signifiantes de formes, de lumières ou de matières. Dans ses images droites et immobiles, la rectitude des traits et la pureté des dégradés de blancs laissent à croire la vérité des trames et des peaux homochromes de l’architecture anodine de la ville, sur lesquelles la lumière fait son jeu parfait. Parce qu’il se donne à voir dans la scène de l’image capturée, ce travail de longue durée nous rend remarquable le monde multiple, complexe et fragmenté de notre quotidien, avec la même volonté fondatrice et flagrante que l’architecture projetée. Dans son nouvel ouvrage Spanish Summer, publié par les éditions britanniques Mack, Johansson retourne dans l’un des premiers endroits qui a captivé son imagination: les plaines du centre de l’Espagne. La péninsule ibérique est restée gravée dans la mémoire de M. Johansson et l’a incité, des décennies plus tard, à y retourner et à redécouvrir le patrimoine architectural, la signification religieuse et la beauté du pays. Avec ces images, un voyage est fait à travers un paysage dans lequel des milliers d’années de traces culturelles se sont installées. La composition exacte de Johansson et les délicates teintes de noir et blanc révèlent un territoire de transition où les fils téléphoniques transcendent les vieux crucifix, le plâtre moderne rencontre la pierre usée par le temps et les ombres des mégalithes industriels s’étendent aveuglément sur la poussière. Ce très beau livre de 320 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack. Une édition spéciale déclinée en 5 sets, comprenant chacun une première édition signée de Spanish Summer, présentée dans un coffret en carton, avec l’un des cinq tirages à la gélatine argentique (signés et numérotés) est également disponible ici.

Continue reading

MARK STEINMETZ – RIVERS & TOWNS

Né aux Etats-Unis d’une mère française et d’un père hollandais, Mark Steinmetz a été influencé aussi bien par la culture européenne qu’américaine. Tout au long de sa carrière, qui a débuté au milieu des années 1980, le photographe s’est appuyé sur des événements fortuits pour réaliser ses photographies. Travaillant par séries, ses clichés intimes en noir et blanc couvrent des sujets tels que l’enfance et l’adolescence. Il réalise également de très beaux projets sur des petites villes du sud-est américain, des scènes de rue à Paris et diverses villes italiennes. Distillées au compte-gouttes, à tel point qu’elles n’apparaissent qu’en filigrane à l’œil averti, ses influences sont aussi nombreuses que diverses; on évoquera Stieglitz, Strand, Evans, Friedlander, Winogrand, Eggleston tout autant qu’Atget, Cartier-Bresson, Kertész, Sander ou encore Boubat. Et, bien sûr, les repères ne sont pas que photographiques. Son œuvre est également littéraire et cinématographique (l’auteur considère d’ailleurs que la photographie et le cinéma sont des formes de littérature). Les photographies du nouveau livre de Mark Steinmetz, publié par les éditions britanniques Stanley/Barker, Rivers & Towns, ont été réalisées dans les années 1980 dans des villes ouvrières du Connecticut, aux États-Unis. Le photographe explique: “Les usines et les moulins maussades construits le long des rivières avaient connu leur apogée et commençaient à décliner. J’ai été ému par ces lieux et j’ai voulu décrire les ponts, les maisons et les rues, et montrer quelque chose de la vie intérieure des gens. En même temps, j’essayais de me découvrir en tant que photographe.” Ce superbe ouvrage de 208 pages, la quatrième collaboration avec Stanley/Barker à ce jour, est maintenant disponible sur la boutique en ligne de l’éditeur.

Continue reading

MAGNUM SQUARE PRINT SALE 2022 – PRECEDENTS

La nouvelle Magnum Square Print Sale ‘Precedents’ se déroule du lundi 14 mars au dimanche 20 mars 2022. Chaque photographe participant offre sa propre interprétation du thème. La vente comprend plus d’une centaine de tirages réalisés par certains des plus grands photographes de notre époque. Les recettes de la vente seront reversées à hauteur de 50% au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Les tirages, 15,2×15,2cm, de qualité muséale, signés ou tamponnés par l’estate, sont en vente pour 7 jours seulement, à 110€ sur le site magnumphotos.com/shop/.

Continue reading

KATE BELLM – LA ISLA

Le magazine indépendant Mirage publie La Isla, le nouvel ouvrage de la photographe d’origine londonienne Kate Bellm. Au cours des dernières années, Bellm a photographié pour des magazines comme GQ, Vogue, Wonderland, Playboy, Interview et 032c, ainsi que pour des marques comme Gucci, Adidas et Audi. Ce nouvel ouvrage est le fruit de la rencontre entre la photographe et le directeur créatif allemand Frank Rocholl sur l’île espagnole de Majorque. La Isla évoque un sentiment de nostalgie pour un endroit où vous n’êtes jamais allé. La vie sur le rocher semble différente de la vie sur le continent. Ici, au milieu de la Grande Bleue, un monde alternatif semble possible. Avec un désir de dépeindre la joie d’explorer de nouveaux endroits, Kate Bellm s’est trouvée instantanément chez elle à Majorque. Elle a exploré chaque recoin des falaises des Baléares, entourée d’un groupe d’amis qui semblent être devenus une famille élargie. Poussée par son amour de l’aventure, de la communauté et de la simplicité, elle a capturé un voyage ensoleillé tout autour du récif. Le travail de Kate est une extension de sa façon de vivre. Elle n’est pas une observatrice, elle fait partie intégrante de l’univers qu’elle photographie, prenant part à toutes les aventures qu’elle décrit. La photographie épurée et atmosphérique de Bellm séduit et attire le spectateur dans un paradis psychédélique issu d’un autre monde – avec des paysages colorés décalés, des cactus fous, des vues brumeuses et chaudes, des palmiers vacillants et des formes rocheuses colossales. Ses magnifiques nus construisent des récits enivrants qui dégagent une alchimie à la fois romantique et bohème. S’inspirant de l’œuvre d’Helmut Newton, Bellm dépeint la féminité avec fascination, alliant élégance, sexualité et autonomisation des femmes. Parmi ses amis et ses amants, l’artiste trouve ses modèles et ses muses, ce qui lui permet de travailler avec spontanéité et aisance, et lui confère le charme de la liberté de la jeunesse. La Isla est un livre sur l’écoute de l’appel intérieur à être libre, plus joyeux, plus spontané, transcendantal et brut. Ce très bel ouvrage de 200 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne du magazine Mirage.

Continue reading

NICK HAYMES – THE LAST SURVIVOR IS THE FIRST SUSPECT

Publié par les éditions suisses Kodoji Press, The Last Survivor is the First Suspect est à la fois une célébration et un requiem. Le projet, capturé entre 2005 et 2009 par le photographe Nick Haymes, est le témoignage d’une communauté de jeunes amis à la dérive, basée principalement entre deux points géographiques distincts : la Californie du Sud et Tulsa, en Oklahoma. La narration du livre mêle un sentiment de joie à documenter les amitiés et les liens naissants, et un sentiment de crainte qui culmine finalement dans une série de tragédies. Les photographies intimes de Haymes sont entrelacées d’une série de captures d’écran numériques que Haymes a identifiées comme essentielles à ce moment précis et qui offrent au spectateur un récit secondaire d’engagement. Les médias sociaux étaient encore relativement jeunes et Haymes a pris conscience d’un nouveau sens nodal de la communication entre ces groupes d’amis distincts. Des plateformes telles que MySpace, YouTube et les forums de discussion en ligne ont engendré un sentiment de communauté en permettant la connexion, tout en établissant des normes et des attentes nouvelles et impossibles à satisfaire. Diligemment collectées, ces diverses formes de communication entre les personnages forment un présage. Dans l’introduction de son livre, Haymes raconte comment son appareil photo lui a permis de compenser une timidité invalidante qu’il a développée pendant son adolescence. “J’ai pris un appareil photo et je me suis caché, découvrant que je pouvais à nouveau être proche des gens, intime avec eux, sans avoir à m’engager”, écrit-il. Pour créer cette publication, l’artiste est revenu à un corpus d’images, reconstituant pour lui-même ce qui est arrivé à ces personnes. Haymes nous invite ici à nous engager de manière contemporaine dans ce moment historique spécifique, où les choses sont à la fois différentes et identiques dans une même mesure. L.P. Hartley ouvrait son célèbre opus The Go-Between sur le thème du passage à l’âge adulte en ces termes : “Le passé est un pays étranger ; on y fait les choses différemment”. The Last Survivor is the First Suspect montre ce sentiment avec une clarté remarquable. Le livre de 480 pages, produit dans une édition limitée à 700 exemplaires, est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Kodoji Press.

Continue reading