Category Archives: Art

JAMIE HAWKESWORTH – THE BRITISH ISLES

À tout juste 34 ans, le photographe britannique Jamie Hawkesworth est l’un de ces précoces génies de l’image qui capture le monde de sa sensibilité brute, offrant une vision poétique et délicate du quotidien, de la nature et de la mode. En 2017 Le New York Times le présente comme “l’un des photographes de mode les plus talentueux de sa génération.” Après le succès de son premier projet de photographie réalisé en gare routière de Preston en tant que membre du collectif Preston is My Paris, les éditions britanniques Mack publient aujourd’hui sa nouvelle monographie intitulée The British Isles. L’ouvrage est le fruit de treize années de vie au Royaume-Uni, vues à travers l’objectif de Hawkesworth. Dans cette suite tentaculaire de portraits et de paysages, le photographe passe en revue les personnages et les lieux qui constituent le tissu quotidien de son pays d’origine : écoliers et ouvriers, marchés et lotissements, prêtres et travailleurs, villes et chantiers de construction. Ces images retracent une version alternative de cette période mouvementée de l’histoire britannique, une période ponctuée d’austérité, de référendums, de célébrations et de conflits. Et pourtant, au même titre qu’un document historique, ce livre est un exercice de curiosité, présentant un portrait radicalement novateur du Royaume-Uni dans lequel les individus, les bâtiments et les scènes naturelles sont imprégnés de l’œil généreux et digne de Hawkesworth. Le livre de 304 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack. Une édition spéciale signée et limitée à 200 exemplaires, contenant un tirage signé, numéroté et imprimé à la main est également disponible ici.

Continue reading

PAUL MCDONOUGH – HEADED WEST

Les éditions britanniques Stanley / Barker publient Headed West, le nouvel ouvrage du photographe américain Paul McDonough. Après avoir quitté Portsmouth, dans le New Hampshire, la ville où il est né et a grandi, McDonough s’est d’abord rendu à Cambridge, dans le Massachussets, puis à New York, où sa carrière de photographe a véritablement commencé. Et s’il ne s’est jamais lassé de la scène de rue kaléidoscopique de New York, il a ressenti l’attrait de l’ouest américain, et du territoire tentaculaire et onirique qui se trouvait entre les deux côtes. Des années 1960 aux années 1990, McDonough a effectué de nombreux reportages photographiques, cherchant à immortaliser les gens, les animaux, l’architecture, les paysages terrestres et urbains – en bref, la vie américaine, avant l’arrivée d’Internet et du téléphone portable, qui bouillonnait tout autour de lui. Comme l’a si bien décrit Hilton Als du New Yorker : “Le projet de McDonough, me semble-t-il, est une sorte de témoignage de sa vie de promeneur… ses images sont une carte de son expérience, de sa conscience. C’est un chercheur qui regarde à travers la lentille de son appareil photo pour distinguer la vérité de la réalité.” Il y a quelques années, Paul McDonough a été diagnostiqué malade d’Alzheimer. Le photographe a néanmoins pu profiter de certains de ses derniers moments de clarté pour éditer ce nouveau livre aux côtés de sa femme Yona et de l’artiste Andrew Borowiec. Le livre de 120 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Stanley / Barker.

Continue reading

MASAHISA FUKASE – SASUKE

Après la monographie sur l’ensemble de son travail sorti en 2018, Sasuke, publié par les Éditions Xavier Barral, est consacré à la série emblématique de Masahisa Fukase autour de ses deux chats, Sasuke et Momoe, mêlant photographies iconiques et inédites. En 1977, Fukase tourne son objectif vers son nouveau compagnon : Sasuke. Entouré de félins depuis l’enfance, il décide avec l’arrivée de ce nouveau chaton d’en faire un sujet photographique à part entière, fasciné par cette créature pleine de vie nommée d’après un ninja légendaire. À son grand désarroi, Sasuke disparaît après une dizaine de jours et le photographe placarde une centaine d’affichettes de son chat perdu (celles reprises sur la couverture de l’ouvrage) dans son quartier. Une personne lui ramène son chat mais ce n’est pas Sasuke, peu importe il l’accueille avec tout autant d’affection. Un an plus tard, il prend un second chat, surnommée Momoe, qui entrera dans le cadre elle aussi. Fukase ne se lassera pas de photographier leurs jeux, qui deviendront un véritable terrain d’expérimentation visuel sans limites. Il s’agit bien ici, comme souvent dans son œuvre, d’une forme de projection du photographe dans son sujet. Le chat, compagnon fidèle qui ne le quitte pas, prend la place de sa femme, éternel chagrin d’amour, représenté plus tard par les emblématiques corbeaux fuyants. Le photographe expliquait : “J’étais si souvent à plat ventre pour me placer à hauteur de chat que j’en suis devenu un. Quel plaisir de prendre en photographie ces deux créatures adorées en train de batifoler jour après jour. Le charme gracieux des chats me captivait. Je voyais mon reflet dans leurs yeux. Je voulais photographier l’amour que j’y percevais. En quelque sorte, il s’agit d’autoportraits plus que d’images de Sasuke et Momoe.” Ses chats ont fait l’objet de plusieurs livres de son vivant. Tomo Kosuga, directeur des archives Fukase, s’est replongé dans ce corpus d’images afin de concevoir cet ouvrage comme l’aboutissement d’une série de publications dédiées à ses félins. Ce très bel ouvrage de 192 pages est maintenant disponible en version française et anglaise sur la boutique en ligne des Éditions Xavier Barral. Une édition limitée comprenant l’ouvrage et le choix entre deux tirages réalisés en collotypie par l’atelier Benrido (Kyoto) sont également disponibles ici et ici.

Continue reading

PAUL GRAHAM – BEYOND CARING

Après le succès de la réédition de A1- The Great North Road, (2020), les éditions britanniques Mack ressortent Beyond Caring, le second volet de la célèbre trilogie de Paul Graham. Publiée à l’origine à compte d’auteur en 1985, la série a été réalisée dans les salles d’attente et les couloirs des bureaux de la sécurité sociale et du chômage du Royaume-Uni, afin de documenter les longues attentes, les queues interminables et les mauvaises conditions d’un système surchargé, pour aboutir à une puissante série de photographies traduisant la détresse des gens. N’ayant jamais reçu l’autorisation officielle de réaliser son travail, Graham a pris ses photos discrètement, généralement sans regarder dans l’appareil, entrainant une désorientation spatiale qui souligne la détresse des citoyens vulnérables. Beaucoup ont été choqué par l’oeuvre de Graham à sa sortie. Les plus grands photographes de l’agence Magnum ont été outrés par l’utilisation de la couleur dans un sujet documentaire classique, tandis que d’autres ont célébré la façon dont la série se situait à cheval entre le monde de l’activisme et celui de l’art (elle a été exposée à la fois aux conférences du Trade Union et au Museum of Modern Art de New York). Paul Graham a façonné une nouvelle forme de photographie engagée, mélangeant des éléments de documentaire social, de “nouvelle couleur” et de reportage, pour créer un ensemble d’œuvres saisissantes qui perdurent à ce jour. Plusieurs décennies se sont écoulées depuis leur réalisation en 1984, mais ces images ont gagné en importance non seulement sur le plan photographique, mais aussi en tant que témoignage historique unique de la crise du chômage au Royaume-Uni au milieu des années 1980. L’ouvrage de 84 pages est maintenant disponible en version normale et version signée par le photographe sur la boutique en ligne des éditions Mack.

Continue reading

MAGNUM SQUARE PRINT SALE 2021 – WAY FOR ESCAPE

La nouvelle Magnum Square Print Sale ‘Way for Escape’, se déroule du lundi 12 juillet au dimanche 18 juillet 2021. Chaque photographe participant offre sa propre interprétation du thème. La vente comprend plus d’une centaine de tirages réalisés par certains des plus grands photographes de notre époque. Les tirages, 15,2×15,2cm, de qualité muséale, signés ou tamponnés par l’estate, sont en vente pour 7 jours seulement, à $100 sur le site magnumphotos.com/shop/.

Continue reading

JULIE POLY – UKRZALIZNYTSIA

Yulia Polyashchenko (née en 1986 en Ukraine) est une photographe basée à Kiev qui utilise le nom artistique de Julie Poly. Elle est particulièrement connue pour ses éditoriaux dans les magazines ukrainiens Vogue et Harper’s Bazaar, entre autres magazines de mode. Mais pour sa dernière monographie publiée par les éditions britanniques DITTO, Ukrzaliznytsia (du nom de la seule société de transport ferroviaire en Ukraine), elle aborde un tout autre sujet : son expérience personnelle de conductrice de train. Après l’obtention de son diplôme de l’université ferroviaire de Kharkiv, Yulia passa tout l’été à voyager à travers le pays. Elle a notamment emprunté les lignes entre Kharkiv, Ivano-Frankivsk, Lviv, Truskavets et la région de Kiev. En chemin, elle a photographié les personnalités uniques et les stéréotypes des passagers ukrainiens que l’on peut trouver à bord. Les notions d’espace personnel et de vie privée n’existent pratiquement pas à l’intérieur du train. Au contraire, les passagers profitent du confort, même s’il s’agit simplement de s’asseoir en sous-vêtements dans la cabine. Un confort qui se situe parfois à la limite de la banalité et de la sensualité. Les photographies de Poly se situent donc à l’intersection de la mode, de l’érotisme et de l’esthétique est-européenne, soulignant l’atmosphère grotesque de ces voyages en train. Aussi curieux que cela puisse paraître, les personnages photographiés sont basés sur les souvenirs réels de Poly. Dans le livre, elle combine des images purement documentaires et des images particulièrement stylisées pour réfléchir à ses expériences personnelles lors des voyages en train. La frontière entre la réalité et la fiction est ainsi brouillée, rendant le spectateur confus quant à ce qu’il voit et ce qui est authentique ou non. À travers le langage visuel innovant et ludique de Poly, nous sommes témoins de l’histoire et de la culture ukrainiennes uniques en leur genre. Le faux documentaire Ukrzaliznytsia nous permet ainsi de devenir des privilégiés et de vivre le voyage ukrainien par nous-mêmes. L’ouvrage de 224 pages, publié dans une édition limitée à 1000 exemplaires, est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions DITTO.

Continue reading

JIM GOLDBERG – FINGERPRINT

Largement considéré comme l’œuvre phare de Jim Goldberg, Raised By Wolves rassemble dix ans de photographies, de textes, de films et d’installations dans un récit épique de la vie d’adolescents fugueurs à San Francisco et Los Angeles à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Ce projet, réalisé sous la forme d’une exposition qui a fait ses débuts au LACMA en 1997 et d’une monographie, documente leurs relations interpersonnelles, leurs affrontements avec la police et les organismes sociaux et leur lutte incessante pour la survie. À travers les histoires des protagonistes Tweeky Dave et Echo, Goldberg a donné une visibilité et une voix aux adolescents à risque à une époque où ils étaient souvent vilipendés et marginalisés, voire effacés de la conscience de la plupart des gens, ce qui permettait aux sujets de contrôler le récit. Dans Fingerprint, publié par les éditions britanniques Stanley / Barker, le photographe américain expose une série de Polaroïds inédits issus du projet, qui ont servi de brouillons pour les photographies qu’il a réalisées par la suite, ainsi que de cadeaux pour les sujets eux-mêmes. Goldberg explique : “Pendant la réalisation de Raised By Wolves, je montrais aux adolescents les photos que j’avais prises d’eux à l’intérieur de la maquette et je leur demandais : “Est-ce que cela vous semble correct ?” Je comptais sur eux pour me donner un retour honnête afin de garantir que l’œuvre était aussi fidèle que possible à leur vie et à leur histoire.” Les images sont parfois griffonnées de textes proclamant l’identité, les défis et la résilience des adolescents, et d’autres fois capturent une réalité tranquille de la vie dans la rue. Rassemblés dans un coffret imprimé, les 45 Polaroïds fac-similés de feuilles mobiles constituent un témoignage intime et fragmenté de cet ensemble classique d’œuvres. Fingerprint est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Stanley / Barker.

Continue reading

AMERICAN GEOGRAPHY : PHOTOGRAPHS OF LAND USE FROM 1840 TO THE PRESENT

American Geography : Photographs of Land Use from 1840 to the Present est le nom du nouvel ouvrage édité par Sandra S. Phillips et Sally Martin Katz, et publié par les éditions américaines Radius Books. Des premiers clichés photographiques de l’habitat humain aux images aériennes et numériques les plus récentes, du désert pratiquement inhabité et des territoires montagneux isolés à la prolifération des banlieues et aux villes densément peuplées, cette publication offre une perspective de plus en plus subtile du paysage américain. Organisées par région, ces photographies montrent comment différentes histoires et traditions d’utilisation du territoire ont donné lieu à différentes transitions culturelles : des prairies du Midwest et des traditions agricoles du Sud aux systèmes fluviaux du Nord-Est, en passant par les défis et les richesses environnementales du Grand Ouest. American Geography offre une étude complexe et stimulante qui présente des œuvres de Robert Adams, Dawoud Bey, Barbara Bosworth, Debbie Fleming Caffery, William Eggleston, Mitch Epstein, Terry Evans, LaToya Ruby Frazier, Emmet Gowin, Lee Friedlander, Dorothea Lange, An-My Lê, Trevor Paglen, Wendy Red Star, Mark Ruwedel, Victoria Sambunaris, Stephen Shore, Alec Soth et Carleton E. Watkins, entre autres. On y retrouve également des essais signés Beverly Dahlen, Hilary Green, Layli Long Soldier, Barry Lopez, Jenny Reardon, Richard White et Richard B. Woodward. Ce magnifique ouvrage de 404 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Radius Books, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

CIG HARVEY – BLUE VIOLET

Cig Harvey est une photographe britannique qui utilise les images et le langage pour explorer l’expérience sensorielle et élever le quotidien. Riche en narration implicite, profondément enracinée dans le monde naturel, son travail est consacré au thème du ressentir. Blue Violet, son nouvel ouvrage publié par les éditions new-yorkaises The Monacelli Press, se compose de photographies, de dessins et de textes particulièrement intimes, et se veut être une célébration de la nature et des sens. C’est une réflexion passionnante sur la succession des saisons, l’abondance sensorielle et la magie de la vie quotidienne. À la fois livre d’art, guide botanique, encyclopédie historique et recueil de poésie, Blue Violet est un condensé de beauté, de couleurs et de sensations. Les plantes, les fleurs et notre expérience du monde naturel sont les fils conducteurs de ce livre unique. Explorant les cinq sens, Blue Violet entraîne le lecteur dans un voyage personnel à travers la nature et la diversité des émotions humaines. Comme pour ses trois précédents titres – You Look At Me Like An Emergency, Gardening at Night et You an Orchestra You a Bomb – ce livre invite le lecteur à faire une pause, à rire, à pleurer, à créer et à prendre conscience du monde naturel. Dans son essai, la journaliste culturel Jacoba Urist explique: “Le travail de Cig Harvey a toujours suscité un choc, un souffle réflexe d’émerveillement, déclenché par un souvenir ou une émotion… Blue Violet ne fait pas exception à la règle et l’on pardonnera aux lecteurs de penser que cette quatrième monographie traite de la botanique et de cette vive inspiration que l’on ressent lorsque l’on découvre, par exemple, le bleu éclatant d’une violette parfaite et singulière.” Les images et les textes de formes variées (poèmes en prose, recettes, listes, travaux de recherche, diagrammes) se concentrent sur l’expérience immédiate pour comprendre la vibration des sens sur la mémoire et les sentiments. Ce très bel ouvrage de 208 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions The Monacelli Press et sur Amazon.com.

Continue reading

DARIA NAZAROVA – ALOE

Aloe est le nom d’un collectif d’Intelligentsia Punk de Saint-Pétersbourg, véritable communauté underground inspirée par la pop-culture des années 90 et 2000. Le projet a été fondé il y a presque 10 ans par Yana Perovskaya. Au commencement, il ne s’agissait que d’une minuscule friperie. Aujourd’hui, Aloe possède sa propre marque de vêtements, loue des tenues pour toutes les occasions, organise des collectes de recyclage, participe à des initiatives caritatives, défend activement un mode de vie écologique et organise la célèbre soirée Dikoe Disco. Les derniers rassemblements ont attiré sept à huit mille personnes. Publié en auto-édition par la jeune photographe russe Daria Nazarova, le livre Aloe a pour ambition de faire découvrir l’esprit de cette jeune communauté. La couverture du livre a été réalisée à partir d’un tissu similaire à celui utilisé pour la confection de vêtements et le patch licorne sur la couverture est le logo d’Aloe. Beaucoup de feuilles et d’autocollants ont été collés à la main dans l’ouvrage, car ce dernier a été créé avec un véritable souci du détail, tout comme les vêtements et les décors de fête du collectif. Une enveloppe contenant des cartes postales et des autocollants habituellement imprimés pour être distribués à l’entrée des fêtes a même été insérée dans les dernières pages du livre. Le questionnaire for friends réalisé par la photographe est la clé pour comprendre le livre. En répondant aux diverses questions, le lecteur peut avoir l’impression de faire partie de la communauté, d’être un de leurs amis. Certaines réponses de Daria Nazarova se trouvent inscrites sur les photos. Tout le concept du livre fait référence à ces questionnaires qui étaient populaires dans les établissements scolaires russes dans les années 2000. Pour beaucoup de russes, cela évoque un sentiment de nostalgie très intime. Limité à 100 exemplaires, le livre est maintenant disponible sur le site https://cargocollective.com/nazarovadar/Aloe-book.

Continue reading

KRASS CLEMENT – METROVIA BUENOS AIRES

Krass Clement (né en 1946) est l’un des photographes danois les plus remarquables de sa génération. Toutes ses photographies abordent les questions existentielles de la condition humaine. Elles nous parlent des sentiments de perte, d’angoisse et de solitude. De cette part de vécu que nous essayons tous de maintenir à distance. Si son univers photographique nous touche si profondément, cela tient non seulement à son grand talent visuel, mais également à son aptitude à rendre ces thèmes proches et abordables. Fondée sur le réalisme de la photographie documentaire, la démarche artistique de Krass Clement consiste à travailler les images comme des métaphores. Il compare volontiers sa photographie à la poésie, où quelques mots suffisent à générer chez le lecteur des souvenirs ou un univers entier. Publié par les éditions danoises Gyldendal, Metrovia Buenos Aires est un livre sur la capitale argentine, mais peut-être plus encore sur le sentiment évoqué par un lieu. Ce sentiment est obtenu dans le livre par l’alternance entre le constat immédiat et l’interprétation subjective. Bien sûr, on perçoit une idée du caractère physique de la ville, mais par dessus tout, l’atmosphère est maintenue par un retour constant au métro de la ville, Metrovia, avec tout ce qu’il offre de diversité humaine. Il y a une alternance entre les thèmes récurrents dans le livre, par exemple le musée d’histoire naturelle, qui, à un certain niveau, représente l’objectivité de la science, mais qui, dans le livre, acquiert progressivement une signification irréelle. À travers le métro, les restaurants de tango, les manèges fermés – des lieux qui évoquent des souvenirs de la vieille Europe – le lecteur fait l’expérience de quelque chose de statique qui n’est plus, mais aussi d’une métropole moderne. Tout comme le flot anonyme des gens reste étranger, la ville l’est aussi, malgré sa forte empreinte européenne et son sens de la convivialité. Le livre se déroule dans ce conflit imperceptible entre, d’une part, ce qui semble familier et, d’autre part, un continent lointain et étranger. Ce très bel ouvrage de 188 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Gyldendal.

Continue reading