KAZUMA OBARA – EXPOSURE

Trente ans se sont écoulés depuis que le pire accident nucléaire au monde s’est produit à la centrale nucléaire de Tchernobyl, dans l’ancienne Union soviétique (actuellement, Ukraine). Le photojournaliste Kazuma Obara a exploré l’Ukraine de février 2015 à avril 2016. Son nouveau projet, Exposure, publié par les éditions Editorial RM, vise à représenter les personnes en Ukraine qui ont un lien avec l’explosion, dont la vie a été altérée par la libération soudaine de l’énergie atomique et les conflits politiques subséquents. Pour illustrer cela, le photographe japonais a remis en cause la représentation visuelle traditionnelle en créant trois types d’objets différents : deux livres photos et une réplique de journal. Le livre photo, Exposure, décrit les 30 premières années de la vie d’une fille, Mariia, née à Kiev à 100 km au sud de Tchernobyl, cinq mois après la catastrophe nucléaire. Son handicap, causé par une thyroïdite chronique, n’est pas visible aux yeux des autres. Toutes les photos ont été prises sur de vieux films négatifs couleur ukrainiens trouvés dans la ville abandonnée de Pripyat, située à 2 km du site. Les images ont été surexposées entre une et cinq minutes. C’est un processus expérimental qui lors du développement des photos a provoqué des halos et a effacé de nombreux détails sur les images. Le titre Exposure a trois significations : exposer un film photographique à la lumière et révéler un fait inconnu au public, mais aussi le fait d’être exposée aux radiations causées par l’accident nucléaire de Tchernobyl. Tout comme la vie de Mariia est restée dans l’obscurité, le film utilisé par Kazuma Obara pour ce projet a été conservé dans l’obscurité avec des matériaux radioactifs à Pripyat, pendant trente ans. Le second livre photo, Everlasting, capture quant à lui le trajet des travailleurs de la fameuse centrale entre leur ville natale et l’usine, comme une métaphore du cycle de répétition. Depuis l’accident, les travaux de décontamination ont été transmis de génération en génération. Compte tenu de la difficulté de traiter les déchets radioactifs, il semble que ce processus puisse durer pour toujours. En complément de ces deux livres de photo, Obara a fait la réplique d’un vieux journal qui a été trouvé dans Pripyat de l’époque et permet de sentir le passage du temps. Présenté dans un superbe coffret qui contient également une reproduction photo noir et blanc au format polaroid, Exposure est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions espagnoles Editorial RM, ainsi que sur Amazon.com.