MARIA LAX – SOME KIND OF HEAVENLY FIRE

Les éditions londonienne Setanta Books publient Some Kind of Heavenly Fire, la première monographie de la photographe finlandaise Maria Lax, qui réalise une série de photos où elle capture les lumières des paysages de son pays natal. Munie de son appareil photo, elle sillonne les rues de la Finlande pour capturer en image les éclairages des néons électriques, les phares de voitures ou les lumières des stations-service. Maria Lax arrive à faire ressortir des scènes les plus banales des lumières envoutantes et mystiques qui nous immergent dans un univers de science-fiction. Inspirée par la vague d’observations d’OVNI qui s’est déroulée en 1960 à Pudasjarvi, la photographe a décidé de monter un projet qui s’inspire des lumières mystérieuses projetées par ces objets venus d’ailleurs. Lax explique: “Je viens d’une petite ville du nord de la Finlande, entourée d’une vaste région sauvage peu peuplée. La plupart des gens passent par la ville en allant ailleurs sans jamais savoir qu’il s’agissait d’un haut lieu de l’observation d’OVNI dans les années 60. N’étant pas moi-même au courant de cette histoire, ce n’est qu’en lisant le livre de mon grand-père que j’ai appris les incroyables histoires d’événements surnaturels, de bravoure et de lutte contre les difficultés dans ce qui est en grande partie une terre stérile. Déjà atteint de démence, il ne pouvait répondre à aucune des questions que je me posais, alors je suis parti seule à la recherche de réponses. Je me suis tourné vers les personnes qui avaient vu les lumières mystérieuses, vers les archives des journaux et les albums photos d’époque de ma famille. Les observations d’OVNI ont coïncidé avec une grande période d’agitation en Finlande du Nord. Les gens affluaient de la campagne vers les villes à la recherche d’un emploi, laissant ainsi des maisons abandonnées éparpillées dans ce magnifique mais rude paysage. Il n’est pas étonnant que les observations d’OVNI aient incarné la peur de l’avenir, de l’inconnu et du changement inexorable des modes de vie et des moyens de subsistance qui se produisaient autour d’eux. Certains ont réagi aux lumières mystérieuses avec crainte, d’autres les ont prises comme un signe qu’ils n’étaient pas seuls”. Maria Lax combine ainsi sa propre photographie avec des archives familiales et des coupures de journaux pour transmettre l’essence des histoires déroutantes qui lui ont été transmises tout au long de sa jeunesse. En utilisant ces éléments, le livre tisse un récit délicat et ambigu, sur une petite ville avec un grand secret. Édité à 750 exemplaires et décliné en deux couvertures distinctes, le livre est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Setanta Books.