HENRI CARTIER-BRESSON – PHOTOGRAPHER

Les édition Prestel publient Photographer, la nouvelle monographie d’Henri Cartier-Bresson (1908–2004). Reproduites dans un noir et blanc de toute beauté, les images de ce livre vont des premiers travaux du photographe en France, en Espagne et au Mexique à ses voyages d’après-guerre en Asie, aux États-Unis et en Russie, et comprennent même des paysages des années 1970, lorsqu’il abandonna son appareil photo pour se consacrer au dessin. Cartier-Bresson, reconnu comme l’un des pionniers de la photographie de rue, a saisi avec candeur des personnes et des lieux avec son appareil 35 mm Leica, à la fois léger et discret. Les images d’enfants en train de jouer (courant sur un trottoir à Montréal en 1962, ou se rassemblant sur une place de Madrid en 1933) mettent en évidence une innocence et une joie de vivre certaine, tandis que d’autres photographies (les funérailles d’un acteur de kabuki à Tokyo en 1965 ; une mère et son bébé malade à Madurai, en Inde, en 1947) évoquent un sentiment viscéral de désespoir. Si son instinct pour capturer ce qu’il appelait les moments décisifs était sans égal, en tant que photojournaliste, Cartier-Bresson se préoccupait uniquement de l’impact humain des événements historiques. Dans ses photographies de la Libération, de la mort de Gandhi et de la création de la République populaire de Chine en 1949, il se concentre sur les réactions des foules plutôt que sur les sujets des événements. La plus grande force de l’œuvre de Cartier-Bresson est sa portée. Qu’il s’agisse de magnifiques paysages urbains – par exemple, Istanbul, Naples ou Paris – ou de simples portraits d’individus (un eunuque de la cour impériale à Pékin en 1949 ; William Faulkner à Oxford en 1947), ses images captivent le spectateur par leur composition artistique et leur intensité. Divisé en six sections thématiques, le livre présente les photographies en double page. Dans une note manuscrite incluse à la fin du livre, le photographe écrit : “Pour donner un sens au monde, il faut se sentir impliqué dans ce que l’on repère à travers le viseur”. Son œuvre illustre comment il a su saisir le moment décisif avec une humilité extrême et une profonde humanité. L’ouvrage de 344 pages, avec une préface réalisée par l’historien et poète Yves Bonnefoy, est maintenant disponible dans les meilleures librairies, ainsi que sur Amazon.com.