JOHN DIVOLA – TERMINUS

L’œuvre hétéroclite de l’artiste visuel américain John Divola explore la peinture et l’art conceptuel à travers la photographie. Si les sujets photographiés vont des bâtiments aux paysages en passant par les objets en studio, ses préoccupations sont conceptuelles : elles remettent en question les frontières entre fiction et réalité, ainsi que les limites de l’art pour décrire la vie. Depuis 2015, l’artiste réalise des projets photographiques dans un complexe résidentiel abandonné de l’armée de l’air à Victorville, en Californie. En intervenant à l’intérieur des bâtiments désaffectés avec de la peinture en aérosol puis en photographiant les scènes modifiées, Divola crée une œuvre qui se situe au carrefour de la photographie, de la sculpture et de l’installation. Les images de Terminus, sa nouvelle monographie publiée par les éditions britanniques Mack, contemplent des couloirs délabrés et des formes sombres que Divola a peintes à leurs extrémités. À travers des couches de peinture, de poussière et de plâtre, elles exercent une attraction indéniable sur le spectateur, suggérant à la fois les forces déterministes du destin et la possibilité déchirante de s’en échapper. En organisant et en juxtaposant ces images dans le livre comme un objet concret, l’artiste entraîne le spectateur dans une traversée stochastique et envoûtante à travers ces lieux abandonnés. Poursuivant l’expérimentation conceptuelle qui a défini l’œuvre de Divola, Terminus capte une tension entre l’observation du spécifique et l’insistance de l’abstrait. Ce sont des lieux réels, photographiés dans la lumière du petit matin, mais altérés par les obscurs hiéroglyphes de Divola ; ils sont vivants avec des suggestions de symbolisme et de fiction. Des détails précis témoignent de l’abandon et de la disparition de scènes à moitié familières, alors même qu’elles sont transfigurées en arènes scéniques pour la conceptualisation. Dans les espaces de transition de ces passages, nous voyageons toujours et n’arrivons jamais, pris entre les courants de marée de l’histoire et de la réflexion. Imprimé sur du papier japonais, l’ouvrage de 68 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack.