KRASS CLEMENT – METROVIA BUENOS AIRES

Krass Clement (né en 1946) est l’un des photographes danois les plus remarquables de sa génération. Toutes ses photographies abordent les questions existentielles de la condition humaine. Elles nous parlent des sentiments de perte, d’angoisse et de solitude. De cette part de vécu que nous essayons tous de maintenir à distance. Si son univers photographique nous touche si profondément, cela tient non seulement à son grand talent visuel, mais également à son aptitude à rendre ces thèmes proches et abordables. Fondée sur le réalisme de la photographie documentaire, la démarche artistique de Krass Clement consiste à travailler les images comme des métaphores. Il compare volontiers sa photographie à la poésie, où quelques mots suffisent à générer chez le lecteur des souvenirs ou un univers entier. Publié par les éditions danoises Gyldendal, Metrovia Buenos Aires est un livre sur la capitale argentine, mais peut-être plus encore sur le sentiment évoqué par un lieu. Ce sentiment est obtenu dans le livre par l’alternance entre le constat immédiat et l’interprétation subjective. Bien sûr, on perçoit une idée du caractère physique de la ville, mais par dessus tout, l’atmosphère est maintenue par un retour constant au métro de la ville, Metrovia, avec tout ce qu’il offre de diversité humaine. Il y a une alternance entre les thèmes récurrents dans le livre, par exemple le musée d’histoire naturelle, qui, à un certain niveau, représente l’objectivité de la science, mais qui, dans le livre, acquiert progressivement une signification irréelle. À travers le métro, les restaurants de tango, les manèges fermés – des lieux qui évoquent des souvenirs de la vieille Europe – le lecteur fait l’expérience de quelque chose de statique qui n’est plus, mais aussi d’une métropole moderne. Tout comme le flot anonyme des gens reste étranger, la ville l’est aussi, malgré sa forte empreinte européenne et son sens de la convivialité. Le livre se déroule dans ce conflit imperceptible entre, d’une part, ce qui semble familier et, d’autre part, un continent lointain et étranger. Ce très bel ouvrage de 188 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Gyldendal.