KIKUJI KAWADA – CHIZU (MAQUETTE EDITION)

La version originale de Chizu (La Carte) a été publiée le 6 août 1965, à la date du 20ème anniversaire du bombardement d’Hiroshima. Ce “livre-objet”, composé de différentes strates (étui, enveloppe, carte, texte et images) est le fruit d’une réflexion poussée sur les traces laissées sur le territoire d’Hiroshima au lendemain de l’explosion. Kikuji Kawada retranscrit de manière profonde et métaphorique les contradictions qui perdurent entre réalité et abstraction, faisant écho aux mots de l’écrivain Kenzaburo Oe : “un monde de violence dans lequel je devais vivre”. En se promenant dans les ruines du Palais d’exposition industrielle de la préfecture d’Hiroshima – déjà connu sous le nom de dôme de la bombe atomique – le photographe a vu les taches écrasantes qui recouvraient ses murs intérieurs. Ces marques grisâtres représentaient tout ce qui restait de manifestations humaines et étaient gravées dans les parois déchiquetées d’un four démoniaque. Kawada a photographié ces taches de près, révélant ainsi des sentiments de chagrin, d’horreur et de folie. Ce voyage marque le début du premier projet personnel de Kawada, Chizu. Au cours des années suivantes, la série s’est enrichie d’images de forteresses militaires disparues, d’outils de guerre et de scènes isolées de la vie contemporaine, puis elle a été retravaillée en collaboration avec le célèbre graphiste Kohei Sugiura, qui a transformé ces images disparates en livre. Ce dernier a connu de nombreuses éditions depuis sa publication originale en août 1965 et est aujourd’hui considéré comme le livre le plus célèbre et le plus recherché de l’histoire de la photographie japonaise. En novembre 2001, la New York Public Library a fait l’acquisition de la version la plus rare du livre, la maquette unique réalisée à la main par Kikuji Kawada. La maquette présente un aspect physique sensiblement différent de celui de l’édition publiée – de nombreuses images sont les mêmes, mais avec des recadrages, des tonalités et des orientations différents, et une configuration nettement différente avec une paire de volumes sous jaquette – chacun d’entre eux étant presque deux fois plus grand en format que la version publiée – séparés par un séparateur noir et blanc. Les pages étant constituées de minces tirages argentiques réalisés en chambre noire, pliés en deux et collés dos à dos, il n’y a pas de folios à déplier, seulement une progression d’images au contraste intense. Cette version, publiée par les éditions britanniques MACK, est un fac-similé exquis de la maquette en deux volumes et s’accompagne d’un livret bilingue comprenant de nouvelles reflexions de Joshua Chuang et Miyuki Hinton, ainsi qu’un long entretien avec l’artiste, détaillant l’évolution de l’un des plus grands livres de photos jamais réalisés. Ce sublime ouvrage est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions MACK.