DAVE HEATH – ONE BRIEF MOMENT

Dave Heath (1931-2016) occupe une place singulière dans l’histoire de la photographie américaine. Influencé par Eugene W. Smith et par les maîtres de l’école de Chicago dont Aaron Siskind et Harry Callahan, il ne peut être pourtant considéré ni comme un photographe documentaire ni comme un photographe expérimental. Il s’initie à la photographie dès la fin des années 1940, inspiré notamment par les essais photographiques publiés dans le magazine Life. Sa photographie est avant tout une manière d’attester de sa présence au monde en reconnaissant en l’autre un alter ego absorbé dans ses tourments intérieurs. Il sera l’un des premiers, dès les années 1950, à exprimer aussi radicalement le sentiment d’aliénation et d’isolement inhérent à la société moderne. Dès le début des années 1960, travaillant dans les rues des villes du nord-est de l’Amérique, Heath se sert de ses habitants pour capturer des moments individuels dans des compositions à la structure resserrée, chargées de l’importance de leur individualité et de la gravité de leur situation. « Mes photos ne sont pas sur la ville mais nées de la ville. La ville moderne comme scène, les passants comme acteurs qui ne jouent pas une pièce mais sont eux-mêmes cette pièce. […] Baudelaire parle du flâneur dont le but est de donner une âme à cette foule ». Ce nouveau livre intitulé One Brief Moment, publié par les éditions britanniques Stanley/Barker reproduit avec une remarquable précision les tirages originaux de Heath, dont beaucoup n’existent qu’à l’état de copie unique. Au-delà de l’enregistrement d’une scène ou d’un événement — presque toutes ses photographies sont dénuées d’indices de lieux, de dates ou d’actions — Dave Heath cherche à traduire avant tout une expérience du monde, quelque chose de vécu, d’éprouvé : la tension, dans l’espace public, entre la proximité contrainte des corps et l’isolement des individus, comme perdus en eux-mêmes. Alors il isole des figures dans la foule et emplit son cadre de leurs présences « absentes au monde ». Ce très bel ouvrage de 120 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Stanley/Barker.