FRED HERZOG – BLACK AND WHITE

Né en Allemagne en 1930, Fred Herzog a émigré au Canada au début des années 1950. S’installant à Vancouver à partir de 1953, il photographie la ville durant les heures de liberté que lui laisse son travail de photographe médical. Longtemps ignoré, son travail a été redécouvert au milieu des années 2000 et ses photos sont aujourd’hui exposées dans les musées et les galeries du monde entier. « Pendant plus d’un demi-siècle », écrit David Campany « il a regardé vivre, travailler, jouer et changer Vancouver ». Son style documentaire rappelle le photographe américain Walker Evans (voir ici), mais il possède également la vision poétique et la sensibilité picturale d’un Edward Hopper, mort en 1967, à l’époque où Fred Herzog captait les couleurs d’un monde encore dans sa splendeur crépusculaire. Mais ce n’est qu’à la fin des années 1950 qu’il décide de travailler presque exclusivement avec la pellicule couleur Kodachrome. Publiée par les éditions allemandes Hatje Cantz, Black and White est la première mise en valeur d’une facette moins connue de l’œuvre du photographe. L’ouvrage rassemble ses somptueux arrangements d’ombre et de lumière, ainsi que des moments de vie hors de la ville. Les premières photographies en noir et blanc évoquent un sentiment de mélancolie, et non de nostalgie, montrant que l’attrait du travail d’Herzog réside dans son flair pour condenser un état psychologique. Le livre de 128 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Hatje Cantz, ainsi que dans les meilleures librairies indépendantes.