JOHN DIVOLA – TERMINUS

L’œuvre hétéroclite de l’artiste visuel américain John Divola explore la peinture et l’art conceptuel à travers la photographie. Si les sujets photographiés vont des bâtiments aux paysages en passant par les objets en studio, ses préoccupations sont conceptuelles : elles remettent en question les frontières entre fiction et réalité, ainsi que les limites de l’art pour décrire la vie. Depuis 2015, l’artiste réalise des projets photographiques dans un complexe résidentiel abandonné de l’armée de l’air à Victorville, en Californie. En intervenant à l’intérieur des bâtiments désaffectés avec de la peinture en aérosol puis en photographiant les scènes modifiées, Divola crée une œuvre qui se situe au carrefour de la photographie, de la sculpture et de l’installation. Les images de Terminus, sa nouvelle monographie publiée par les éditions britanniques Mack, contemplent des couloirs délabrés et des formes sombres que Divola a peintes à leurs extrémités. À travers des couches de peinture, de poussière et de plâtre, elles exercent une attraction indéniable sur le spectateur, suggérant à la fois les forces déterministes du destin et la possibilité déchirante de s’en échapper. En organisant et en juxtaposant ces images dans le livre comme un objet concret, l’artiste entraîne le spectateur dans une traversée stochastique et envoûtante à travers ces lieux abandonnés. Poursuivant l’expérimentation conceptuelle qui a défini l’œuvre de Divola, Terminus capte une tension entre l’observation du spécifique et l’insistance de l’abstrait. Ce sont des lieux réels, photographiés dans la lumière du petit matin, mais altérés par les obscurs hiéroglyphes de Divola ; ils sont vivants avec des suggestions de symbolisme et de fiction. Des détails précis témoignent de l’abandon et de la disparition de scènes à moitié familières, alors même qu’elles sont transfigurées en arènes scéniques pour la conceptualisation. Dans les espaces de transition de ces passages, nous voyageons toujours et n’arrivons jamais, pris entre les courants de marée de l’histoire et de la réflexion. Imprimé sur du papier japonais, l’ouvrage de 68 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack.

Continue reading

 

RRL – S/S 2021 – HANDWOVEN RUG

Pour sa nouvelle collection Spring/Summer 2021, la marque américaine RRL propose un tapis tissé à la main à partir d’un mélange de coton et de laine. Celui-ci est orné d’un motif à l’inspiration southwestern et mesure 208 x 137 cm.

Continue reading

 

TOMOKO YONEDA @ FUNDACION MAPFRE MADRID – OPENING

Tomoko Yoneda (Akashi, Japon, 1965) a étudié la photographie à Chicago et plus tard à Londres, où elle vit actuellement. Passionnée dès son plus jeune âge par le journalisme, ses œuvres font généralement référence à des événements historiques, des paysages et des intérieurs associés à des conflits armés, avec lesquels elle souhaite documenter la présence intangible de l’histoire dans le cours de la vie quotidienne et pas seulement dans les monuments qui l’évoquent ou les vestiges qui en témoignent. Cette exposition, organisée par la Fundación MAPFRE de Madrid, offre un large aperçu de son travail qui, bien qu’ayant déjà fait l’objet d’une exposition monographique internationale, n’avait pas encore fait l’objet d’une exposition individuelle en Espagne. Du 11 février au 9 mai 2021.

Continue reading

 

DE BONNE FACTURE – S/S 2021 COLLECTION LOOKBOOK

Le label parisien De Bonne Facture nous présente aujourd’hui le lookbook de sa nouvelle collection Spring/Summer 2021, inspirée par les portraits vivants du peintre américain Alice Neel (1900-1984), montrant une variété de personnages dans leurs vêtements quotidiens avec une vision expressive et réaliste, et se démarquant des stéréotypes habituels du regard masculin. La collection, aux influences provençales et méditerranéenne, se compose de très belles pièces conçues en lin et en coton dans les meilleurs ateliers traditionnels français, Les premières pièces sont maintenant disponibles sur la boutique en ligne de la marque.

Continue reading

 

ALBARRAN CABRERA – PARAJOS

Depuis plusieurs années, le duo d’artistes de Barcelone Angel Albarrán et Anna Cabrera sont les imprimeurs privilégiés des musées et de certains photographes de renommée mondiale. Récemment, ils ont développé leur propre activité artistique, en expérimentant entre techniques d’impression modernes et traditionnelles, et en exposant dans le monde entier. En plus de maîtriser les techniques artisanales telles que les tirages platine et les cyanotypes, ils ont développé une technologie d’impression unique : imprimer des photographies avec des pigments sur du papier japonais fin, qui est ensuite placé sur une feuille d’or, imprégnant les images d’une qualité hors du commun. Dans Pájaros, nouvel ouvrage publié par les éditions Editorial RM, l’univers poétique des deux photographes espagnols est présenté au fil d’un voyage onirique au pays des oiseaux. Le temps, la mémoire, la beauté sont des thèmes qui traversent toute leur oeuvre. “Nous cherchons à expérimenter la beauté de la découverte”, précisent-ils. Entre réel et illusion, l’image interroge notre rapport au monde tangible. “La photographie nous aide à comprendre la réalité, les images sont comme des notes visuelles dans un carnet.” Chaque image est comme une histoire arrêtée. Ses nuances chromatiques, nous immergent dans la couleur. L’image se fait vibration sensible. Pour la collection Des Oiseaux dont c’est le 7e titre, le duo a réalisé des photographies spécialement pour le livre. La beauté de l’éphémère, une certaine mélancolie mais aussi la fragilité de l’instant saisi par l’objectif se révèlent au fil d’images en couleurs mordorées ou en monochrome. Les oiseaux semblent tout droit sortis de contes fantastiques; ils prennent leur envol sur des surfaces miroitantes, se dispersent parmi de sombres frondaisons. Les cadrages serrés soulignent leur présence physique. Les oiseaux deviennent presque abstraits. Cou souple bicolore d’un couple de cygnes, bec immaculé d’une poule d’eau d’un noir lustré, ailes de palombes déployées auxalba pennes argentées, plumes de paon au somptueux tombé : le jeu formel des formes sert de contrepoint à la saturation des couleurs. Cabrera et Albarrán laissent l’interprétation de leurs images à la mémoire du spectateur, s’inscrivant dans la démarche de Joan Miró, qui dans son tableau Bird in Space, donne une représentation minimale de l’oiseau, à travers des points ou des ombres, pour laisser voler notre imagination. Le livre de 96 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions espagnoles Editorial RM.

Continue reading

 

LARRY CLARK – SELECTED WORKS: 1963—1979

La galerie madrilène 1 Mira Madrid accueille depuis le weekend dernier la nouvelle exposition personnelle du photographe et réalisateur américain Larry Clark, Selected Works: 1963—1979. Cette rétrospective présente ses clichés documentant la culture de la consommation de drogue et les activités illicites de ses amis à Tulsa. L’exposition est accompagnée d’une vente de tirages. Jusqu’au 3 avril 2021.

Continue reading

 

DEANNA TEMPLETON – WHAT SHE SAID

What She Said, le nouvel ouvrage de Deanna Templeton publié par les éditions britanniques Mack tire son titre d’une chanson de The Smiths : “What she said was sad / But then, all the rejection she’s had / To pretend to be happy / Could only be idiocy.” L’œuvre trouve son origine dans les portraits que la photographe californienne a réalisés dans les rues des États-Unis, d’Europe, d’Australie et de Russie, dans lesquels elle a immortalisé des femmes à l’adolescence : des punks et des parias dont les jeans déchirés et les collants, les tatouages et les coiffures témoignent de ce moment de transition dans leur vie alors qu’elles naviguent dans l’intensité de l’adolescence. Templeton a grandi dans un environnement ostensiblement différent dans la jeunesse des années 80, mais elle reconnait en eux quelque chose de l’universalité de l’adolescence féminine, alors qu’elles sont aux prises avec des déceptions et des défis similaires à ceux qu’elle a elle-même rencontrés dans sa jeunesse. La photographe explique : “En réalisant ces portraits, j’ai commencé à remarquer que beaucoup de ces photos me rappelaient soit moi-même quand j’avais leur âge, soit comment j’aurais aimé être, mais avec plus d’assurance et d’attitude”. Le livre combine ces portraits modernes avec des flyers de concerts et les propres notes manuscrites du journal intime de Deanna Templeton adolescente, datant du milieu à la fin des années 80, dans lesquelles les joies et les peines que l’on ressent en grandissant sont mises à nu dans tout leur antagonisme, humour et pathos. Le livre de 168 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Mack. Une version signée avec un cliché de la photographe est également disponible.

Continue reading

 

EASTLOGUE – S/S 2021 COLLECTION LOOKBOOK

Fondée en 2011 à Séoul, la marque EASTLOGUE connait un succès grandissant en Asie. Le label nous dévoile aujourd’hui le lookbook de sa nouvelle collection Spring/Summer 2021 qui s’intitule Cretaceous, et se compose de pièces inspirées par le military wear et le workwear traditionnels: vestes, chemises, tee-shirts, pantalons, short pants, bucket hats, casquettes, sacs, accessoires, etc.

Continue reading