REHACER – F/W 2017 COLLECTION LOOKBOOK

Rehacer présente aujourd’hui le lookbook de sa nouvelle collection Fall/Winter 2017. Une fois de plus, la marque japonaise propose des pièces de qualité, très soignées et avec de nombreux détails: vestes, chemises, pantalons, pullovers, tee-shirts, chapeaux, accessoires, etc.

Continue reading

 

ANDERS PETERSEN – CAFÉ LEHMITZ

Anders Petersen (né en 1944 en Suède) s’est fait connaître en publiant en 1978 chez Schirmer/Mosel (puis l’année suivante aux éditions Contrejour), un livre désormais culte : Café Lehmitz. Dans une vision documentaire investie et pleine d’empathie, il y narrait la vie claudicante des habitués d’un café d’Hambourg sous la forme d’un huis clos photographique en noir en blanc. Le photographe visita cet ancien troquet du quartier rouge de la ville portuaire pour la première fois en 1962, alors qu’il n’avait que 18 ans, tissant avec les habitués des liens qui marqueront son existence et sa pratique artistique. En 1968, il s’y rend à nouveau et noue des relations avec les habitués qu’il photographie au quotidien dans l’espace du Café Lehmitz. Conçu comme un huis-clos, Café Lehmitz est un chef-d’œuvre dans lequel l’auteur, immergé dans la vie du bistrot et de ses gens ordinaires, s’évertue à maintenir cette « proche distance » (selon le titre d’un ouvrage de Petersen paru en 2002) nécessaire à l’exécution de son travail. Le livre propulsa immédiatement Anders Petersen sur la scène artistique internationale. Le chanteur américain Tom Waits en choisira même l’image de couverture pour illustrer son album Rain Dogs. Élève du suédois Christer Stromholm, Anders Petersen n’a cessé depuis lors de consacrer sa vie à une pratique existentialiste de la photographie où l’expérience compte plus que la composition (à l’instar notamment d’Ed Van der Elsken, Daïdo Moriyama et Antoine d’Agata dont il est un des maîtres). Publié pour la première fois en version espagnole par les éditions La Fabrica, cette nouvelle édition de Café Lehmitz témoigne une fois de plus avec vigueur et sans complaisance de la fragilité de la condition humaine. Le livre est maintenant disponible sur la boutique en ligne de La Fabrica, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

 

END. X FRACAP – F/W 2017 – M120 HERONIMO BOOT EVERGREEN

La boutique britannique End. collabore cette saison avec la marque italienne Fracap pour réaliser une version exclusive Evergreen de la M120 Heronimo Boot. Cette dernière puise son inspiration des forêts tropicales de l’hémisphère sud. La paire est conçue en suède souple et est montée sur une semelle Vibram. Conçue en édition limitée, elle sera disponible à partir du 20 septembre et un système de loterie est proposé à cette occasion.

Continue reading

 

SPELLBOUND – F/W 2017 COLLECTION LOOKBOOK

Spellbound vient de présenter le lookbook de sa nouvelle collection Fall/Winter 2017. Entièrement fabriquée à Kojima au Japon dans des matières nobles, la marque puise son inspiration de l’esthétique militaire, du workwear et de l’outdoor wear en proposant des silhouettes et des designs modernes. On découvre pour cette saison quelques nouvelles vestes, chemises, crewnecks, hoodies, tee-shirts, jeans, pantalons, chapeaux, casquettes, etc.

Continue reading

 

BLEU DE CHAUFFE – F/W 2017 COLLECTION LOOKBOOK

Bleu de Chauffe nous présente aujourd’hui le lookbook de sa nouvelle collection Fall/Winter 2017, entièrement fabriquée en France par des artisans. La marque parisienne continue de revisiter les sacs de métiers traditionnels en cuir tanné végétal et en toiles cirées, et propose cette saison de nouveaux modèles particulièrement réussis.

Continue reading

 

JEFFREY STOCKBRIDGE – KENSINGTON BLUES

Kensington Blues est le nouveau livre du photographe américain Jeffrey Stockbridge, documentant les errances et les tourments de personnes touchées par la toxicomanie et la prostitution, le long de l’avenue Kensington dans le nord de Philadelphie, en Pennsylvanie. Depuis sa création en 2011, son blog, Kensington Blues, a suivi une formule simple: libérer le pouvoir de narration des personnes qui fréquentent ce sinistre quartier, à travers leurs portraits intimes, leurs écrits profonds et leurs propres mots. Pour ce très bel ouvrage, quatre-vingt-onze photographies en couleurs grand format, créées sur une période de 5 ans, ont été sélectionnées. Elles sont associées à des transcriptions audio et à des pages manuscrites, et racontent les histoires personnelles de ceux qui se battent pour survivre au quartier et à eux-mêmes. Stockbridge explique: « Entendre les gens parler de leur passé, dans leurs propres mots, est quelque chose de particulièrement émouvant. C’est très puissant. Je veux que le grand public oublie ce qu’il pensait connaître de la prostitution, de la toxicomanie, des sans-abris et de la pauvreté, et qu’il écoute une personne réelle expliquer ce qu’elle a traversé. » Malgré le malaise que suscite le livre, le projet de Jeffrey Stockbridge constitue un témoignage précieux sur la face sombre des grandes villes américaines et sur les laissés pour compte du Rêve Américain, tout comme l’a pu être Raised By Wolves du photographe américain Jim Goldberg, il y a plus de vingt ans. Publié à 2000 exemplaires seulement, le livre, dont 10% des ventes sont reversées à l’association de Kensington Prevention Point Philadelphia, est maintenant disponible en exclusivité sur la boutique en ligne du photographe.

Continue reading

 

EUGENE RICHARDS – THE RUN-ON OF TIME

À l’occasion de la première grande rétrospective consacrée à l’œuvre du photographe américain Eugene Richards au Musée George Eastman de Rochester, dans l’Etat de New York (du 10 juin au 22 octobre 2017), les éditions du musée Nelson Atkins publient un superbe catalogue intitulé The Run-On of Time, la première publication à situer le travail de Richards dans la longue tradition photographique fusionnant vision artistique personnelle et pratique documentaire. Le photographe américain est respecté et reconnu dans le monde entier pour son œuvre intègre et puissante, riche de son dévouement aux questions sociales et économiques. Durant ces dernières décennies, il a exploré des sujets complexes, comme le racisme, la pauvreté, l’urgence médicale, l’addiction aux drogues, le cancer, la famille américaine, le vieillissement, les effets de la guerre et du terrorisme, ou la dépopulation des campagnes américaines. The Run-On of Time (« L’ininterruption du temps ») parcourt la carrière de photojournaliste et photographe documentaire de Richards, depuis 1968 jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à maintenant, son œuvre a d’abord été célèbre dans les actualités internationales et les organes de presse pour lesquels il a pris des photos sur commande, ou dans les livres, dans lesquels il plonge au plus profond de ses sujets, par ses photos et des textes à la première personne. À travers plus de 150 photos, cet ouvrage permet une compréhension plus complète de la carrière de Richards, montrant en quoi sa vision artistique personnelle s’avère l’héritière de W. Eugene Smith et Robert Frank dans sa façon d’aborder les questions sociales importantes de notre époque. Le livre présente des photographies extraites des séries majeures de Richards, dont Dorchester Days (1978), étude de la vie d’un quartier au sud de Boston ; Exploding Into Life (1986), chronique de la lutte de sa première femme contre le cancer du sein ; Below The Line: Living Poor in America  (1987), étude documentaire de la pauvreté urbaine et rurale ; The Knife & Gun Club: Scenes from an Emergency Room (1989) ; Cocaine True, Cocaine Blue (1994), exploration en profondeur des conséquences sociales de la consommation de drogue ; American We (1994), poignant portrait collectif de la vie de famille américaine ; Stepping Through the Ashes (2002), images de New York les jours qui ont suivi le 11 septembre 2001 ; et The Fat Baby (2005), anthologie de quinze essais photographiques. Ses projets récents sont aussi représentés, avec des photos de The Blue Room (2008), méditation poétique sur les fermes familiales abandonnées des Hautes Plaines ; A Procession of Them (2008), sur ses visites dans les établissements psychiatriques autour du monde ; War Is Personal (2010), portraits empathiques mais impitoyables de personnes ayant fait l’expérience directe de la guerre en Irak ; et Red Ball of a Sun Slipping Down (2014), reconsidération de sa première série aboutie sur le Delta de l’Arkansas. Les photos d’Eugene Richards traitent des aspects les plus profonds de l’expérience humaine : naissance, mort, et effets écrasants de la pauvreté systémique. Son style est déterminé mais poétique, et ses photos profondément ancrées dans le tissu de l’expérience vécue. A travers ses photos, ses écrits et ses œuvres filmées, Richards confronte des sujets provocateurs à une honnêteté dépassionnée, qui peut être également controversée, lyrique, belle et mélancolique. Au final, les photos de Richards mettent en lumière des aspects de la société américaine qui seraient sinon restés cachés à la vue de tous. Le livre est maintenant disponible sur la boutique en ligne du Musée George Eastman, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading