RICO SCAGLIOLA & MICHAEL MEIER – YEARS LATER…

Rico Scagliola et Michael Meier vivent et travaillent à Zurich. Leur collaboration a commencé durant leur formation à la Haute École des beaux-arts de Zurich et se poursuit aujourd’hui encore. Pendant près de trois ans, les deux artistes ont pris des photographies sur le vif de personnes de tous horizons et de tous âges, dans les espaces publics urbains et semi-publics: dans les rues et les places de la ville, dans les cafés et les bars, les gares et les aéroports, les magasins et les centres commerciaux. Dans la pure tradition de la photographie de rue subjective, ils explorent les rituels quotidiens et les stratégies d’auto-présentation, en observant comment la frontière entre sphère publique et privée devient de plus en plus floue, notamment du fait de l’utilisation des nouveaux médias. Ces images révèlent comment les occidentaux, en grande partie émancipés des idéologies globales et autres normes sociales uniformes, s’efforcent d’afficher leurs identités uniques, sans toute fois réussir à s’éloigner de l’influence toute puissante de la culture dominante. Les exigences excessives de désir d’individualité sont exacerbées par l’architecture homogénéisée et optimisée des zones commerciales, avec leur promesse de transparence et de stabilité. L’individu a bien du mal à échapper au contrôle exercé par l’aménagement urbain. Les textes, présentés dans un petit carnet séparé, contiennent des fragments de conversations entendues dans la rue, des échanges entre amis, ainsi que des passages de monologues issus de chaînes Youtube. Ces récits de l’expérience quotidienne ordinaire immergent le lecteur dans un véritable flux de conscience. Les images et les textes se combinent pour donner une vue d’ensemble de la société transnationale, une séquence sans ordre particulier de scènes de genre, une comédie humaine de notre époque. Publié par Patrick Frey, Years Later… (232 pages) est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions suisses, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

 

REMI RELIEF – F/W 2017 COLLECTION LOOKBOOK

Remi Relief, le label fondé par le designer japonais Yutaka Goto, célèbre cette année son 10ème anniversaire et vient de dévoiler le lookbook de sa nouvelle collection Fall/Winter 2017. La marque continue de puiser son inspiration dans la culture américaine des années 60 et 70 et propose cette saison quelques très belles pièces: vestes, sweatshirts, chemises, pullovers, pantalons, etc.

Continue reading

 

MICHAEL WOLF – TOKYO COMPRESSION FINAL CUT

Le photographe allemand Michael Wolf vient de publier aux éditions Peperoni Books la quatrième et dernière édition de sa série culte: Tokyo Compression. Pour ce projet, acclamé par la critique et exposé à travers le monde, le photographe réalise des portraits de Tokyoïtes littéralement compressés dans les transports en commun bondés de la ville. Avant Wolf, de nombreux artistes ont créé des séries sur le métro, tels que Bruce Davidson et Walker Evans, mais le concept ainsi que la métonymie de Compression sont cependant très différents. L’artiste ne s’intéresse pas aux sièges, aux graffitis, à l’architecture des rames ou encore à la relation que les voyageurs ont avec elle. Il a plutôt envisagé le système de métro tokyoïte comme lieu approprié d’étude sur l’état mental et la condition humaine des habitants de la ville. Michael Wolf se concentre ainsi uniquement sur les usagers et leurs visages à travers des portraits étouffants, suffocants. Derrière ces vitres embuées, les individus sont difficiles à distinguer. Emprisonnés entre le verre et l’acier, ils subissent leur voyage et tentent comme ils peuvent d’échapper à la foule qui les entoure. Dans cette promiscuité, les corps se déforment et se compriment de manière anxiogène. Le photographe explique: “Ces personnes sont tassées vers les parois arrières de la rame à mesure que de plus en plus de gens s’enfoncent à l’intérieur du wagon. Ces pauvres gens ont une vie de sardine, c’est horrible. Ce n’est pas une façon digne de vivre. C’est comme observer un tour de manège en enfer.” Avec son esthétique radicale, il crée des images particulièrement intenses qui, d’une manière à la fois directe et effrayante, livrent un diagnostic sombre de la solitude de masse dans les mégapoles modernes, et laissent entrevoir la souffrance intérieure des personnages représentés. L’ouvrage de 120 pages, avec son très bel essai signé Christian Schüle, est maintenant disponible chez 25books ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

 

ELLIOTT ERWITT – PITTSBURGH 1950

Photographe depuis 1948, membre de l’agence Magnum Photos depuis 1953, Elliott Erwitt (voir son exposition sur Cuba ici) est un observateur espiègle de la vie quotidienne. En 1950, il se rend à Pittsburgh, alors surnommée «la Ville de l’Acier» (“Steel City”) à l’invitation de Roy Striker, directeur du programme photographique de l’agence agricole américaine (Farm Security Administration). Aujourd’hui âgé de 89 ans, il déclare: “Cela fût probablement la chose la plus importante qui me soit arrivée, en ce qui concerne le début de ma carrière”. Il photographie ainsi pendant plusieurs semaines une ville en pleine mutation, passant d’une cité industrielle notoirement polluée à une métropole plus propre et plus moderne. Les photographies d’Erwitt ont capturé l’humanité et l’esprit des habitants de la ville qui contrastent avec l’architecture industrielle angulaire de la première moitié du XXe siècle. Enrôlé dans l’armée en Allemagne quatre mois seulement après son arrivée à Pittsburgh, Erwitt est forcé d’abandonner le projet, laissant derrière lui la totalité de ses négatifs. Pendant des décennies, ses pellicules furent stockées dans les archives de la Carnegie Library de Pittsburgh et, par conséquent, la majorité des photographies de ce livre n’ont été ni publiées ni exposées auparavant. Publié par les éditions britanniques GOST Books, Pittsburgh 1950 présente une sélection de ces images réalisées alors que le photographe n’avait que 22 ans, et qui ont failli rester dans l’oubli. Malgré son jeune âge, la démarche et la vision artistique si originale d’Elliott Erwitt est déjà bien présente dans cette magnifique série, qui rejoint les clichés exceptionnels de ce photographe américain né à Paris déjà entrés dans l’histoire des États-Unis et du XXe siècle. L’ouvrage de 140 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions GOST Books, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

 

NICHOLAS NIXON @ FUNDACION MAPFRE MADRID – OPENING

La Fundación MAPFRE de Madrid accueille depuis la semaine dernière la grande rétrospective du photographe américain Nicholas Nixon, avec une impressionnante sélection de plus de 200 clichés. L’exposition s’étend des premières premières prises de vues des villes des années 70, à la célèbre série The Brown Sisters (ci-dessus). Principalement axé sur l’art du portrait, Nicholas Nixon occupe une place fondamentale et unique dans l’histoire de la photographie de ces dernières décennies. Son œuvre met en évidence la tension permanente entre le contenu et les émotions latentes dans ses images. Avec une technique très raffinée et une composition minutieuse, ses photographies nous montrent la réalité quotidienne de l’auteur. Jusqu’au 7 janvier 2018.

Continue reading