VIEWPOINTS – PHOTOGRAPHS FROM THE HOWARD GREENBERG COLLECTION

À l’occasion de l’exposition “Viewpoints – Photographs from the Howard Greenberg Collection” (du 10 août au 15 décembre 2019), qui réunit certaines des photographies les plus marquantes et les plus influentes du XXe siècle, explorant le pouvoir transformateur de la photographie et son rôle dans la contribution à la mémoire collective, un catalogue très réussi est publié par le Museum of Fine Arts de Boston. Au cours du XXe siècle, la photographie a évolué en tant que forme d’art tout en servant de témoin oculaire du changement social, culturel et politique. Figure passionnée et avertie dans le domaine artistique, Howard Greenberg est un ancien photographe, un galeriste, un ardent défenseur des artistes et, par-dessus tout, un connaisseur qui a passé des décennies à constituer l’une des plus importantes collections de clichés des photographes les plus remarquables de l’époque. Les photographies vont des chefs-d’œuvre modernistes européens des années 1920 et 1930 à des œuvres socialement conscientes comme des témoignages visuels puissants de l’Amérique de la Dépression, des photographies de rue politiquement engagées, du photojournalisme de guerre et des représentations convaincantes de la vie afro-américaine des années 1930 par le mouvement des droits civils. Si l’exposition présente près de 150 clichés issus de la collection de Howard Greenberg récemment acquis par le MFA de Boston, le livre dévoile quant à lui une sélection de plus de 80 images significatives – dont beaucoup de tirages d’époque uniques – qui ont défini leur époque, et nous invite à jeter un nouveau regard sur les photographies célèbres de maîtres du medium tels que Berenice Abbott, Margaret Bourke-White, Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Walker Evans, Robert Frank, Consuelo Kanaga, Dorothea Lange, Gordon Parks, Edward Steichen et Weegee. L’ouvrage de 192 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne du Museum of Fine arts de Boston, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

 

SASQUATCHFABRIX – S/S 2020 COLLECTION LOOKBOOK

La marque japonaise SASQUATCHfabrix vient de présenter le lookbook de sa nouvelle collection Spring/Summer 2020 qui s’intitule Kanei. Inspirée par l’esthétique et le savoir-faire traditionnel nippon, cette dernière se compose notamment de très belles pièces cut-and-sew: vestes, chemises, tee-shirts, pantalons, short pants, accessoires, etc. Les premières pièces seront disponibles à partir du 14 décembre 2019.

Continue reading

 

TS(S) – S/S 2020 COLLECTION LOOKBOOK

Le label japonais ts(s), fondé par Takuji Suzuki et Daiki Suzuki (Engineered Garments), vient de présenter le lookbook de sa nouvelle collection Spring/Summer 2020, avec de nouvelles vestes, chemises, tee-shirts, pantalons, short pants, casquettes, etc.

Continue reading

 

SOPHY RICKETT – THE CURIOUS MOANING OF KENFIG BURROWS

Sophy Rickett est une artiste plasticienne originaire de Londres, travaillant avec la photographie et l’installation vidéo / sonore. The Curious Moaning of Kenfig Burrows, son nouvel ouvrage publié par les éditions britanniques Gost Books, s’inspire de la vie et de l’œuvre de Thereza Dillwyn Llewelyn, une artiste et astronome galloise peu connue, qui a exercé à la fin du XIXe siècle. À travers la photographie et le texte, Rickett retrace son cheminement vers la compréhension des archives tentaculaires et complexes de la famille Dillwyn Llewelyn. L’histoire de Thereza a été le point de départ du projet. Toutefois, dès le début, l’objectivité de son étude est corrompue par une approche idiosyncrasique, où les résultats des recherches originales menées à la British Library se mélangent avec des rencontres fortuites, des associations subjectives et des malentendus. Rickett tente d’établir des liens entre l’ancien monde victorien de Dillwyn Llewelyn et ses privilège, son utilisation de la photographie et sa propre expérience de la vie, du travail et de la photographie en Grande-Bretagne au 21e siècle. Le projet consiste en 41 œuvres photographiques, combinant des images prises à des endroits de la péninsule de Gower associés à la vie de Thereza Dillwyn Llewelyn, des œuvres en studio et d’autres images trouvées. Différentes histoires de Thereza Dillwyn Llewelyn, une pionnière de la photographie, émergent, ainsi que les structures à travers lesquelles elle a développé sa pratique. Dans ce livre, Rickett développe son intérêt pour les pratiques archivistiques et le fonctionnement de l’industrie du patrimoine, en mettant en scène certains repères par lesquels le passé est rendu visible. Le livre de 80 pages est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Gost Books. Une édition spéciale limitée à 25 exemplaires signés par l’artiste et contenant un cliché numéroté et signé par le photographe est également disponible ici.

Continue reading

 

VISVIM – F/W 2019 – ARI DESERT CHUKKA-FOLK

Visvim sort cette saison une nouvelle interprétation de la chukka: l’Ari Desert Chukka-Folk. Celle-ci est conçue en suède tanné végétal d’origine suédoise, en mesh provenant de Taïwan, et est montée sur une semelle Vibram. La paire est déclinée en trois coloris (camel, black, sand), et vient juste de sortir au Japon.

Continue reading

 

PETER SAUL – POP FUNK BAD PAINTING AND MORE

À l’occasion de la grande rétrospective de l’œuvre de Peter Saul aux Abattoirs de Toulouse (du 20 septembre au 26 janvier 2020), la première consacrée à l’artiste pop en France depuis 1999, un très beau catalogue bilingue anglais/français a été édité par les éditions allemandes Hatje Cantz. L’artiste californien de 85 ans mélange avec humour Pop Art, Surréalisme, Expressionnisme Abstrait, culture funk de San Francisco et univers du cartoon. Ses toiles aux couleurs criardes, au dessin trash, portent un regard caustique sur la société de consommation et ses valeurs, sur les idoles planétaires (Superman), sur l’impérialisme américain (la guerre du Vietnam, la geôle d’Abu Ghraib), les inégalités sociales et la violence urbaine. Influencé par la bande dessinée et les graffitis, Saul développe une thématique violente, pornographique, scatologique et drôle dans un style qu’on dit (à tort) bâclé. Son œuvre est une fête de l’esprit et des sens que Dali lui-même appréciait. Cette figure majeure de l’underground américain, maître de la peinture de la satire et du sacrilège, met en lumière la face sombre du rêve américain. Le catalogue Pop, Funk, Bad Painting, and More couvre ainsi toute la carrière de Peter Saul depuis la fin des années 1950 jusqu’à aujourd’hui et rassemble avec une ampleur inédite près de quatre-vingt œuvres (peintures, arts graphiques, etc.), pour certaines inédites, ainsi qu’un ensemble d’archives. Le livre de 224 pages, comprenant des textes de John Yau, Annebelle Ténèze et de l’artiste lui-même, est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions Hatje Cantz, ainsi que sur Amazon.com.

Continue reading

 

MIKE KELLEY – TIMELESS PAINTING – NEW YORK

Au cours de ses quatre décennies de carrière, Mike Kelley (1954-2012) a produit une œuvre particulièrement hétéroclite dans toute une gamme de médias, mêlant ce qu’on appelle la haute culture et la basse culture, critiquant les conventions esthétiques dominantes et combinant les notions traditionnelles du sacré et du profane. Cette exposition intitulée Timeless Painting, organisée par la galerie new-yorkaise Hauser & Wirth en collaboration avec la Fondation Mike Kelley pour les arts, présente des peintures de différentes séries créées sur une période de 15 ans, entre 1994 et 2009, mettant en lumière l’ampleur de l’engagement de l’artiste dans le domaine de la peinture. Organisée par la conservatrice Jenelle Porter, l’exposition tire son titre et son point de départ conceptuel de la série qui a donné naissance à de nombreuses œuvres exposées, et dont “l’approche compositionnelle”, a déclaré Kelley, “doit être lue en dehors de l’influence du développement esthétique historique”. Rassemblant une douzaine d’œuvres dont The Thirteen Seasons, Cult Paintings et Missing Time Color Exercises, cette exposition met en lumière la remarquable exploration de la peinture en couleur de Kelley. Jusqu’au 25 janvier 2020 à la galerie Hauser & Wirth.

Continue reading

 

KAPITAL – S/S 2020 COLLECTION LOOKBOOK

On découvre aujourd’hui le lookbook de la prochaine collection Spring/Summer 2020 du label japonais Kapital. Kiro Hirata, le designer de la marque, propose de nouvelles pièces particulièrement réussies et entièrement fabriquées au Japon: vestes, pantalons, short pants, jeans, chemises, tee-shirts, sacs, accessoires, etc.

Continue reading

 

BLEU DE CHAUFFE – S/S 2020 COLLECTION LOOKBOOK

Bleu de Chauffe nous présente aujourd’hui le lookbook de sa nouvelle collection Spring/Summer 2020, entièrement fabriquée en France par des artisans. La marque parisienne continue de revisiter les sacs de métiers traditionnels en cuir tanné végétal et en toiles cirées, et propose cette saison de très beaux sacs à dos, sacoches, accessoires, etc.

Continue reading

 

TONY RAY-JONES

Tony Ray-Jones (1941-1972) a marqué l’histoire de la photographie indépendante britannique. Plaçant sa vision artistique au-dessus de toutes considérations commerciales, il a documenté son époque à la recherche de sujets décalés et saugrenus. Dans cette nouvelle monographie publiée conjointement par les éditions britanniques RRB Photobooks et la Fondation Martin Parr, son œuvre est replacée dans son contexte et l’évolution de la photographie dans les années 1960 est également abordée. Le livre se concentre sur des photographies prises entre 1966 et 1969, alors que Ray-Jones, motivé par sa curiosité, parcourait le pays pour documenter les coutumes sociales anglaises et ce qu’il considérait comme un mode de vie en voie de disparition. Ce corpus de photographies, petit mais distinct, s’inscrivait dans l’évolution de la photographie britannique, plaçant la vision artistique au-dessus du succès commercial. Au cours de cette courte période, Ray-Jones a réussi à établir un style personnel individuel. Il a construit des images complexes sur un fond typiquement anglais, où les espaces entre les composants de l’image étaient aussi importants que le sujet principal lui-même. Le photographe explique: « J’ai essayé de montrer la tristesse et l’humour dans la folie douce qui règne chez les gens. Les situations sont parfois ambiguës et irréelles, et les juxtapositions d’éléments apparemment sans rapport, et pourtant les personnes sont réelles. J’espère que cela contribue à créer un sentiment de fantaisie. La photographie peut être un miroir et refléter la vie telle qu’elle est, mais je pense aussi qu’il est peut-être possible de passer, comme Alice, à travers le miroir et de trouver un autre monde avec la caméra. » Les talents de Ray-Jones ont été mis à profit par une génération de photographes de rue qu’il a rencontrés alors qu’il vivait à New York au milieu des années 1960. Parmi ces photographes figuraient Garry Winogrand, Joel Meyerowitz et d’autres personnes associées au cercle du légendaire directeur artistique de Harpers Bazaar, Alexey Brodovitch. Leurs images définissaient l’époque car ils utilisaient la rue comme cadre. Ray-Jones a appliqué cette nouvelle façon de voir à son Angleterre natale et a photographié ses observations comme elles ne l’avaient jamais été auparavant. En 2012, Martin Parr, aux côtés du conservateur Greg Hobson, a revisité les planches contact de Ray-Jones de cette période et retrouvé des images inédites. Parr explique: « Tony Ray-Jones a été l’une de mes premières inspirations. Ses images m’ont montré comment il était possible de photographier mon propre pays. » Ces nouvelles découvertes sont publiées avec des images anciennes emblématiques, notamment des tirages d’époque de la collection de la Fondation Martin Parr. L’ouvrage de 128 pages, qui comprend un essai de Liz Jobey et une introduction de Martin Parr, est maintenant disponible sur la boutique en ligne des éditions RRB Photobooks.

Continue reading